•                                                           

     C'est la pleine saison et on commence à les voir sur les marchés bretons, et ce midi ils seront en accompagnement d'un roti de porc

     

    LE COCO DE PAIMPOL

     

     Le coco de Paimpol est une variété de haricot sec bénéficiant depuis 1998 d'une appellation d'origine contrôlée produit sur un territoire bien défini : le nord-ouest des Côtes-d'Armor dans la zone de Paimpol. Sa gousse doit contenir au moins 6 graines.

      Le haricot est cultivé en Bretagne depuis le XVIIIe siècle mais il faut attendre 1928 pour qu'un marin du nom d'Alban rapporte d'Argentine des graines de coco et les plante dans ses terres du Goëlo.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, il permet aux habitants de s’alimenter alors que la région connaît une grave période de pénurie. Depuis cette date, la production n'a jamais cessé de croître et a atteint près de 9 000 tonnes en 2012.

     

     

     

    Description

      Le coco de Paimpol est un haricot « demi-sec » facilement reconnaissable à la robe jaune paille et les petites marbrures violettes de sa cosse.

    Les grains sont blancs, d'une forme ovale presque ronde.

    Ses qualités culinaires ont justifié l'attribution de la première appellation d'origine contrôlée décernée à un légume frais, en 1998.

    Riche en fibres et vitamine B5, le coco de Paimpol contient aussi de la vitamine B1, du fer et des oligo-éléments et sa peau très fine ne provoque pas de flatulences.

    Le coco est pauvre en glucides et riches en protides : 100 grammes de cocos fournissent 100 calories.

    On le trouve de juillet à octobre.

     

    Cuisine

    Il accompagne parfaitement un cabillaud en cocotte par exemple. Il est aussi apprécié en salade tiède, en gratin à la tomate..

    LE COCO DE PAIMPOL

     

     

    LA CONFRERIE DES COCOS DE PAIMPOL

    http://www.confrerie-cocodepaimpol.com/

     

     

                                                                     

     

    • Préparation : 10 minutes
    • Cuisson : 50 minutes
     

    Ingredients

    • 500 g de cocos paimpolais
    • 300 g de tomates
    • 1/4 de litre de bouillon de pot-au-feu
    • 2 gousses d' ail
    • 2 oignons
    • 2 échalotes
    • 2 carottes
    • 1 poivron vert
    • Thym
    • Du sel
    • Du poivre

    Instructions

    • Pour commencer, faites revenir les oignons émincés.
    • Arroser avec le bouillon de pot-au-feu et portez à ébullition.
    • Rajoutez l’ail et les échalotes, les tomates, les carottes et le poivron coupés en cube, et le thym.
    • Ajoutez les cocos de Paimpol, puis salez et poivrez à votre convenance. Ils doivent être impérativement recouverts de bouillon.
    • Pour une bonne cuisson des cocos, laissez-les mijoter pendant environ 3/4 d’heure.
    • Vos cocos Paimpolais sont prêts !

    Astuces du chef  :

    A déguster selon vos envies avec un poisson blanc (du haddock par exemple), des moules, du lard, de la saucisse bretonne ou encore du gigot.

     

     

                                                                           

     

                                             

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  •  

     

    "Bravo Lorient !" Carton plein pour la Grande Parade du Festival interceltique

    Chargement en cours
    Lors de la Grande Parade des nations celtes, point d'orgue du Festival interceltique de Lorient, le 5 août 2018
     
    Lors de la Grande Parade des nations celtes, point d'orgue du Festival interceltique de Lorient, le 5 août 2018
    1/2
    © AFP, SEBASTIEN SALOM GOMIS
    A lire aussi
     

    AFP, publié le dimanche 05 août 2018 à 18h17

    Casquette ou chapeau de paille sur la tête, applaudissant ou enchaînant quelques pas au passage des bagads: quelque 70.000 personnes ont assisté dimanche à la Grande Parade des nations celtes, point d'orgue du Festival interceltique de Lorient.

    "Bravo Lorient!", crie une femme juchée sur une chaise au passage du bagad Sonerien An Oriant de la cité maritime, composé d'une quarantaine de musiciens en habits traditionnels. "Le costume breton me donne la chair de poule", explique Géraldine Vigot, 53 ans, chapeau de paille sur la tête, lunettes de soleil sur le nez et baskets aux pieds. 

    "Les costumes, la culture, la foule... j'aime ça!" assure cette Lorientaise, disant ne pas se lasser d'année en année du spectacle offert par les 3.500 artistes et musiciens venus des quatre coins du monde témoigner de leur celtitude, lors de cette parade organisée chaque année dans les rues du centre-ville et ouverte à tous. 

    La 48e édition du Festival interceltique de Lorient célèbre du 3 au 12 août les nations celtes, parmi lesquelles l'Acadie, les Asturies, les Cornouailles, l'Ecosse, la Galice, l'Ile de Man, l'Irlande ou encore le Pays de Galles, invité d'honneur cette année. La Grande Parade est le point d'orgue de ce rendez-vous annuel. Selon les organisateurs, elle a réuni à la mi-journée 70.000 personnes, dont 10.000 dans l'enceinte du stade du Moustoir.

    Banda, pipe bands, cercles bretons ou bagadou ont parcouru quelque 1.400 mètres sous un large soleil et les applaudissements de la foule, enchaînant les danses traditionnelles, entre gavottes, quadrilles et entre-deux au son des cornemuses, bombardes, clarinettes ou percussions.

    "C'est merveilleux, c'est très beau à voir et à écouter", se réjouit Patrick Poirier, 68 ans, lui aussi un chapeau de paille sur la tête. "J'adore la musique, elle me fait frissonner", poursuit l'homme venu avec son épouse de Pleuven, non loin de Quimper. 

    - "Fier" -

    "Ils ont beaucoup de mérite à défiler aujourd'hui", souligne-t-il, en référence aux artistes, parfois très jeunes, ruisselants sous leurs lourds costumes parfois en laine.

    Parmi ceux-ci, Alexandre, 17 ans. "C'est la première fois que je participe à la Grande Parade. C'est impressionnant, je n'ai jamais vu autant de monde lors d'un défilé", assure le jeune homme, vêtu d'une chemise blanche sous un gilet "glazig", cette couleur "du ciel et de la mer, entre bleu et vert en fonction des nuances", explique ce membre de l'ensemble Eostiged Ar Stangala de Quimper, dont il fait partie depuis ses quatre ans. 

    "Je me sens fier dans mon costume", assure l'adolescent. "Je suis fier de présenter au public ce que je fais pendant l'année et notamment aux gens qui ne connaissent pas la culture bretonne", souligne-t-il, après avoir enchaîné les gavottes tout au long du parcours.

    Au passage des ensembles, plus de 70, la foule applaudit, tend les téléphones portables au-dessus des têtes pour immortaliser le moment, parfois juchée sur des chaises ou des tabourets, des murets ou les rebords des fenêtres. Les balcons sont aussi remplis. 

    Bien que hissée sur la pointe des pieds, Danielle Sibiel ne voit pas grand-chose du spectacle. "Je ne vois rien, mais j'entends", note-t-elle un large sourire aux lèvres. "Je suis arrivée trop tard ce matin, mais c'est pas grave", assure cette touriste de 70 ans originaire de Seine-Saint-Denis, notant cependant un "certain manque de propreté, notamment dans les ruelles adjacentes".

    En dehors de sa Grande Parade, le Festival interceltique de Lorient propose des concerts, des conférences, des projections, des fest-noz, ces fêtes typiques bretonnes mêlant musique et danse, tous les jours sur plusieurs scènes. Quelque 750.000 festivaliers sont attendus lors de cette 48e édition.
     

    https://actu.orange.fr/france/bravo-lorient-carton-plein-pour-la-grande-parade-du-festival-interceltique-CNT0000015sh4M/photos/lors-de-la-grande-parade-des-nations-celtes-point-d-orgue-du-festival-interceltique-de-lorient-le-5-aout-2018-c885714538de13f9fac2a3939946f568.html

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    12 commentaires
  •  

     

     Aujourd'hui il pleut !

    Une petite journée de transition Ca fait du bien aux fleurs et ca rafraichit un peu l'atmosphère !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    15 commentaires
  •  

     Dans mon jardin ou sur les chemins de promenade des fleurs en Bretagne

     

    Fleurs de Bretagne

     

     

    Fleurs de Bretagne

     

    Fleurs de Bretagne

     

    Rhododendon

    Fleurs de Bretagne

     

    Fleurs de Bretagne

     

    Fleurs de Bretagne

    Mimosa et genet

    Fleurs de Bretagne

     

    Fleurs de Bretagne

     

    Ajoncs d'or et bruyère

     

     

    Camélia, agapanthe et fleur d'artichaut

    Fleurs de BretagneFleurs de BretagneFleurs de Bretagne

    Partager via Gmail Yahoo!

    15 commentaires
  •                                                           

              Ils font partie de mon environnement et j'aime bien les observer, il y a longtemps que je sais les reconnaitre et si je peux aider les gens qui ne les connaissent pas bien                                   

     

     Photo maisonneuve/SIPA

    Quelle est la différence entre la mouette et le goéland ?

    La principale différence est que la mouette est plus petite que le goéland.

    Pour aller plus loin, précisons qu'il existe plusieurs dizaines d'espèces de mouettes et de goélands et qu'il n'est donc pas évident d'établir des différences générales.

    Néanmoins, les mouettes ont généralement un bec fin et rouge, alors que les goélands ont un bec jaune avec une tache rouge dessous.

    http://www.20minutes.fr/planete/756731-comment-reconnaitre-goeland-mouette

                   

     

    "Grisard" devant un goeland adulte - Wikipedia

                                      

    Les indices: taille, couleurs et chants Premier critère, la taille: les goélands sont plus gros que les mouettes. «La mouette rieuse fait en moyenne un mètre d’envergure, explique Frédéric Jiguet, ornithologue au Muséum national d’histoire naturelle.

    Le goéland argenté fait 1m40 à 1m50 et le goéland leucophée mesure jusqu’à 1m50 d’envergure.» Si vous avez le compas dans l’œil, vous savez déjà à quel oiseau vous avez affaire. Si vous doutez encore, la couleur du plumage devrait vous aider.

    «La mouette, lorsqu’elle porte son plumage nuptial en été, est blanche avec un capuchon noir sur la tête, précise Frédéric Jiguet. Son bec et ses pattes sont rouge foncé.» Le goéland, lui, est toujours gris avec un bec jaune orné. «Ses plumes vont du gris clair au gris foncé et ses pattes peuvent être roses ou jaune selon les espèces, mais jamais rouges comme les mouettes», nous explique l’ornithologue. Dernier indice si vous hésitez encore: tendez l’oreille et distinguez le ricanement caractéristique de la mouette du cri plus classique du goéland.

                   http://entre-sel-et-mer.eklablog.fr/les-mouettes-sur-le-rivage-a128086128                                                                         

     

    Mouette rieuse (wikipedia)

                                                            

    Quatre mouettes pour un goéland

    En bord de mer, vous avez les mêmes chances de rencontrer les deux espèces, que vous soyez à Honfleur ou à Nice. En revanche, si vous êtes dans les terres, par exemple au bord d’un fleuve ou d’un lac de montagne, vous ne croiserez, sauf rares exceptions, que des mouettes. «Les goélands sont plutôt marins, on les voit en colonies sur les falaises de bord de mer et ils vont plus loin au large que les mouettes», détaille Frédéric Jiguet.

    Si mouettes et goélands peuvent cohabiter sur une même plage, vous avez statistiquement plus de chances de croiser les rieuses, qui sont 885.000 en France, selon les derniers comptages hivernaux, que des goélands argentés, qui ne sont que 180.000, ou un des 41.000 goélands leucophées qui nichent en France.

     

    Les conseils de l’expert si vous croisez une mouette ou un goéland Les goélands et les mouettes sont des animaux protégés.

    En conséquence, il ne faut pas ramasser les poussins qui seraient tombés du nid. «Les petits goélands quittent le nid très tôt, avant de savoir voler, explique Frédéric Jiguet. Ils se cachent souvent dans la végétation, mais il ne faut surtout pas croire qu’ils sont perdus car les parents savent très bien où ils sont.»

    En revanche, rien à craindre pour les enfants qui s’amuseraient à courser les oiseaux sur la plage: «On peut s’amuser à leur donner un peu de pain, ces oiseaux ne sont pas agressifs sauf si on est trop près de leur nid. Dans tous les cas, ils n’attaquent pas les humains: ils vont pousser des cris très forts et faire un beau bazar mais ce sera tout», rassure l’ornithologue.

                                                   

                                                        

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique