•  

     

     

     

     

     

     

     

    Défilés, travestis et bonhommes carnavals

    Dans les villes, particulièrement dans les ports, les jours gras sont une période de licence et de désordre, un court laps de temps où les rôles s’inversent, ou les conventions tombent où les esprits se libèrent pour marquer la fin de l’hiver. Malgré leurs réticences, les autorités civiles et religieuses laissent faire, même si elles reprouvent les débordements ou les moqueries dont elles vont être les victimes. L’une des premières mentions de carnaval remonte à 1732 et évoque un droit de « bazogues ou quoquinerie » à Pont-L’Abbé. Dans les années 1920, on interdit à Brest, le défile des Strouilles (du breton strouill, « boue ») au cours duquel les passants sont aspergés de gadoue ou du contenu des pots de chambre.

    A partir de la fin du xixe siècle, on crée des cavalcades pour tenter d’organiser les carnavals, comme à Nantes ou à Scaër. Une partie de l’energie des participants est canalisée dans la création et à l’animation des chars. Mais le naturel comme les vieux rites reviennent vite au galop, notamment la fréquentation assidue des cafés de la ville.

    Peu à peu, ces carnavals urbains débordent du mardi gras pour s’étaler sur plusieurs jours pendant lesquels on se déguise, on mange et on boit beaucoup. Le principe de l’invertion prévaut : les hommes s’habillent en femmes, les pauvres en riche, les marins en paysans… et inversement. Les défilés donnent lieu à des parodies de processions religieuses. Enfin, le mercredi des cendres a lieu le procès du bonhomme carnaval. A Douarnenez, on le nomme Den Paolig. Il s’agit souvent de la représentation d’une personnalité locale sur lequel on rend compte de tous les ragots de l’année. Puis, rituellement, le manequin qui sert de bouc émissaire pour tous les fléaux de l’époque, est exécuté rituellement, brûlé, pendu ou jeté à l’eau… Dans la cité penn-sardin, les Gras (meularjez en breton) sont toujours fort populaires et attirent des milliers de participants.

    http://ablogjeanfloch.over-blog.com/2017/04/carnavals-et-jours-gras-en-bretagne.html

     

     

     

     

     

    DICTONS

     

    ! * Lune de Mardi-Gras, tonnerre entendra[.

    * A Mardi gras, qui n'a pas de viande tue son coq - Qui n'a pas de coq tue sa femme[

    * Quand Mardi gras est de vert vêtu, Pâques met des habits blancs[

    * Au Mardi gras, l’hiver s’en va[.

    * Mardi gras sous la pluie, l'hiver s'enfuit .

    * Si le soleil est là pour Mardi Gras, il reparaîtra tout le Carême[

    * Mardi gras près du feu, Pâques auprès de la porte ; Mardi Gras près de la porte, Pâques auprès du feu[

    * Mardi Gras, beau temps, beau foin

    * Si le soleil luit tôt le matin, semailles de Mardi Gras vont bien

    * Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets[

    * Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux[ (Périgord)

    * Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y'aura des noix. (Charente)

    * Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras]. (Aveyron)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

     

    La bruine, le crachin

     

    La bruine, aussi appelée crachin, est une précipitation fréquente dans les zones côtières prenant naissance dans les stratus bas et constituée de fines gouttelettes d'eau, très rapprochées les unes des autres, qui semblent rester en suspension dans l'atmosphère bien qu'elles tombent à petite vitesse. Le diamètre des gouttelettes de bruine (inférieur à 0,5 millimètre) est nettement plus petit que celui des gouttes de pluie, ce qui permet de les distinguer.

     

    La formation de la bruine

    Les nuages se composent de fines gouttelettes en suspension. Elles finissent par grossir en s'agglomérant les unes aux autres, avant de tomber sous l'effet de la gravité lorsque leur poids devient trop important. Mais quand les nuages sont bas et peu épais, les gouttelettes ont moins d'opportunités de s'agglomérer et tombent alors qu'elles sont encore de petite taille, formant la bruine.

     

     

    La bruine, le crachin

     

     

     Le crachin est un type de petite pluie fine et pénétrante.

    Ce type de précipitations est engendré par des nuages bas de type stratus et est assez fréquent sur les côtes de la Manche. Ce mot, relativement récent dans le vocabulaire français, a une origine normande.

    On peut considérer que le crachin est un type spécial de bruine qui est durable et très fine.

     

    La bruine, le crachin

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    12 commentaires
  •   

     

                                         

                                                          

     

     

     

     

    Selon la mythologie celte, l'enchanteur Merlin fut le premier à déguster une crepe lorsque la fée Viviane renversa sur la pierre chaude du foyer la bouillies qui mijotait dans son chaudron !                                                 

    Cette fete catholique correspond à la présence de jésus au Temple et à la purification de la Vierge. Elle tombe lors des rudes jours de l'hiver, ou l'on se réchauffe des bonnes crepes faites au coin du feu.

     

                                             

     Autrefois, on faisait sauter ces crepes à la Chandeleur (car il faut les faire sauter pour s'attirer chance et prospérité toute l'année : la coutume voulant meme qu'on fasse sauter la première crepe au-desus de l'armoire)  pour s'assurer de bonnes récoltes..

     Ainsi, ce jour-là, à la nuit tombée, tous les habitants du village,munisd'un cierge béni allumé, la chandelle (d'ou le nom de Chandeleur, du latin "candelorum festum"), se rendaient en procession dans les champs et les vignes.

    Les lumières de la Chandeleur servaient également à repousser les esprits malins de l'hiver.

    D'ailleurs, la crepe, disque doré, n'est pas sans rappeler le soleil.

     

    TRADITIONS

    Sur l'ile d'Ouessant, juste avant une demande en mariage, lamère de la jeune fille enfermait dans une armoire des galettes au lard. Quand le jeune prétendant venait faire sa demande, si la réponse était favorable, la galette et le lard apparaisaient comme par magie sur la table, ils restaient enfermés dans l'armoire si le père de famille refusait la main de sa fille .  

     

     

     

                                           

     

                                                              

     

     

     

     

    La crêpe bretonne ou galette bretonne est un type de crêpe fabriquée en Bretagne et particulièrement renommé. Elle peut être confectionnée à base de sarrasin ou de froment, et être salée ou sucrée.

    Elle est aujourd'hui servie dans des crêperies où on la sert nature ou garnie d'ingrédients divers. Au milieu du XXe siècle, du fait de l'émigration de nombreux Bretons, des crêperies bretonnes ont vu le jour en France et notamment à Paris dans le quartier de Montparnasse, mais aussi dans de nombreux pays à travers le monde.

     

     Selon la légende, la galette bretonne est née de la maladresse d'une fermière qui aurait renversé de la bouillie de sarrasin sur un galet brûlant dans la cheminée. On trouve dès le XIIe siècle des traces de pollen de sarrasin dans des tourbières en Bretagne

     

                                                              

    Préparation 

    Autrefois plat du pauvre, la galette de blé noir est confectionnée à partir d'un mélange de farine de sarrasin, de sel et d'eau, et éventuellement d'un œuf servant de liant. La galette est à l'origine un plat en soi, servi sans garniture mais par couple, parfois émiettée dans une bolée de cidre ou de lait ribot.

    Depuis les années 1950, la galette est devenue la base d'un plat principal. La pâte est en principe cuite sur un appareil spécifique appelé billig en breton, nommé galetière en Haute-Bretagne, galettoire, ou encore tuile ; une simple crêpière peut cependant être utilisée. Elle y est étalée en disque à l'aide d'une rozell, rouable ou raclette, sorte de petit râteau.

    Variantes, garnitures et accompagnement « Crêpe » et « galette » Ce que les bretonnants appellent krampou(ezh)enn (pluriel : krampou(e)zh) désigne indifféremment une préparation salée au sarrasin (galette de blé noir) ou sucrée au froment.

    Dans l'est de la Bretagne (pays gallo de la Haute Bretagne) où le breton n'est pas ou plus parlé, il est habituel d'appeler galette une crêpe au blé noir et crêpe une crêpe de froment sucrée.

    On distingue ainsi des crêpes :

    à la farine de froment ou bleud gwinizh.

    La pâte traditionnelle se compose d'oeufs, de farine, de sucre et de lait. à la farine de blé noir (ou sarrasin) ou bleud ed-du. La pâte traditionnelle se compose de farine, d'eau et de sel, bien que certains ajoutent des œufs ou du lait. Depuis peu, certains restaurateurs proposent des galettes de blé noir sucrées.

    À Quimper, certaines crêperies proposent des « galettes » faites de farine de froment et sucrées, selon une recette spéciale.

                                                                   

    Galette saucisse

    Traditionnellement dans l'est de la Bretagne, la « galette » est accompagnée d'une saucisse de porc qui est glissée dedans. Cette « galette saucisse », appelée avec humour par certains consommateurs le « hot-dog breton », est consommée avec les mains. On rencontre fréquemment des vendeurs de galettes saucisses lors des fêtes foraines, des pardons et des fêtes publiques.

     

     

    Au restaurant

    Mais il est plus courant de manger les crêpes à table. Les crêperies rivalisent d'imagination pour proposer des accompagnements variés (champignons, fromages forts, viandes, etc.), le plus populaire reste fait de fromage râpé, d'un œuf (étalé ou « miroir ») et d'une tranche de jambon, l'ensemble étant dénommé « une complète ».

    Traditionnellement, au moment de servir, on ajoute une noix de beurre (salé) sur la crêpe (sucrée ou salée).

    La boisson qui est jugée souvent comme idéale pour accompagner les crêpes bretonne est le cidre produit abondamment en Bretagne. Une tradition ancienne du pays faisait parfois préférer le lait ribot.

     

       

    La crêpe-dentelle

    En 1886, Katell Cornic (née à Kerfeunteun en 1857, décédée en 1917) mit au point une méthode pour faire une crêpe sucrée très fine et très croustillante qui est repliée en petits parallélépipèdes. Après l'avoir vendue elle-même à Quimper et sur la Côte d'Émeraude, elle transmit son savoir-faire à la maison « Les Délicieuses » dirigée par Madame Tanguy. Ce produit a connu une diffusion internationale sous le nom de crêpe-dentelle. Ce produit est aussi connu sous le nom de Gavottes, marque de crêpes dentelle née à Quimper en 1920, dans le quartier de Locmaria. Les gavottes font partie des ces grandes erreurs culinaires…

     

    Un oubli sur un bilig (tôle où l'on fait cuire crêpes et galettes). Elle a trop fait cuire sa crêpe. Elle décide alors de la plier : la gavotte est née.

    wikipedia

                                                          

    FROMENT OU SARAZIN ?

    Déjà, au niveau des farines: * Ce qu'on appelle la farine de blé noir, n'est autre que la farine de sarrasin:

    Si on l'appelle "blé noir", c'est juste que cette farine est plus foncée que la farine "normale" (de blé). Mais bien qu'on l'appelle "blé noir", le sarrasin n'est pas du tout une espèce de blé: c'est en fait une plante à fleurs annuelle (Famille des Polygonacées).

    * Le froment, est aussi appelé "blé tendre" ou même parfois "blé mou", et est une des espèces de blés les plus cultivé dans le monde, environ 90% de la production.

    Maintenant, en ce qui concerne les crêpes, habituellement, les crêpes au blé noir (sarrasin) sont plutôt utilisées pour faire des crêpes "salées" (et on parle alors de "galettes" plutôt que de "crêpes"), alors que les crêpes au froment sont plutôt réservées aux crêpes "sucrées"...

    cette différence est liée au fait que la farine de sarrasin (s'il y en a beaucoup) donne un goût beaucoup plus "fort" aux galettes.

                                                                        

                                                

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

    J'ai trouvé toute une collection de proverbes bretons sur ce blog, merci à son propriétaire !

    http://chez-dom.eklablog.com/proverbes-bretons-a58218075

     

    certains connaissent peut etre

     

     

    • PROVERBES ET DICTONS BRETONS




      Breton de Terre :

      - Le monde appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt.
      - Caleçon qui gratte, morpions qui squattent.
      - Qui mange un oignon, rote comme un démon.
      - Qui pisse loin ménage ses pompes.
      - Caca de fête, caca qui fouette.
      - Pet sournois, pet de putois.
      - Trou qui gratte au soir, doigt qui pue au matin



      Breton de mer :

      - Horizon pas net, reste à la buvette.
      - Quand les mouettes volent bec au vent, c'est signe de mauvais temps.
      - Qui pisse contre le vent se rince les dents.
      - Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer.




      Breton et Boisson :

      - Un verre ça va, 3 verres ... ça va, ça va, ça va.
      - La bière est la preuve que Dieu existe et qu'ils nous aime.
      - Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer d'avance, merci.
      - Le pastis se trouble quand on le mouille. Les filles c'est l'inverse.
      - Qui boit sans soif vomira sans efforts.
      - On boira du lait quand les vaches boufferont du raisin.
      - Conduire ou choisir, il faut boire.




      - Tout a une fin sauf le saucisson qui en a 2.
      - Si l'argent n'achète pas l'amour, ça facilite nettement les négociations.




      Breton et Saisons :

      - Froid de novembre, range ton membre.
      - Pluie de novembre, Noël fin décembre.
      - Quéquette en décembre, layette en septembre.
      - Gel en février fait l'eau se solidifier.
      - Pingouins dans les champs, hiver méchant.




      Breton et Logique :

      - Verglas en avril, Tricostéril.
      - Quand le merle chante en mai, avril est fini.




      Breton de Base :

      - En Mathilda May, fais ce qu'il te plait.
      - Fellation du matin, repos du vagin.
      - Sodomie du soir, repos des mâchoires.
      - 69 du midi, nettoyage des outils.
      Gourdin du matin, pipi sans les mains.
      - Qui nique trop, a les couilles en drapeau.

       


      KENAVO !


       

       

       

       

       

       

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  

    Route du Rhum : François Gabart toujours en tête

     

     

    Un peu moins de deux jours après le départ, François Gabart (Macif) est toujours en tête de la Route du Rhum. Il devance Francis Joyon (Idec Sport) et Armel Le Cléac'h (Banque populaire).

     

     

    Voile - Lucile Alard - François Gabart reste en tête. (B.Le Bars/L'Équipe)

    François Gabart reste en tête. (B.Le Bars/L'Équipe)

     

    Tôt ce matin, François Gabart était toujours en tête de la Route du Rhum (à 2722,4 milles de l'arrivée). Le skipper de Macif conserve la première place depuis lundi matin et l'avarie de Sébastien Josse. Il est talonné par Francis Joyon qui pointe à 35 miles de son bateau et Armel Le Cleac'h (42 milles).

    À noter que si les Ultimes ont été épargnés cette nuit, deux bateaux d'autres catégories ont démâté en raison de la tempête dans le golfe de Gascogne : Narcos de Sam Goodchild (Class40) et le Monin d'Isabelle Joschke (Imoca). Les deux sont saufs.

    Jérémie Beyou, dont le bateau a été victime d'une avarie à la barre, a lui été remorqué dans la nuit et se dirige vers Lorient.

     

     

     

     

     
     
     
    .

     

    Avis de tempete

    La météo est exécrable sur la route du rhum, d'ailleurs de nombreux skippers ont abandonné ou ont cassé du matériel

     

     

    Avis de tempete

     

    Route du Rhum : rafales tempétueuses, mer grosse... la météo ne fera pas de cadeau !

     

    Des conditions fortement perturbées vont se maintenir jusqu'à vendredi, avec des coups de vent, une mer croisée et de fortes rafales... Les skippers ne sont pas au bout de leurs peines. Pascal Scaviner, responsable des prévisions METEO CONSULT, nous décrypte la météo des prochains jours.

     

    Figaro Nautisme

      Lire la suite ................

     

    http://figaronautisme.meteoconsult.fr/course-nautique/course-au-large-0/2018-11-06-20-00-00/route-du-rhum---rafales-tempetueuses--mer-grosse...-la-meteo-ne-fera-pas-de-cadeau---49012.php

     

    Sur nos cotes le temps est tout aussi mauvais, et le premier coup de vent depuis longtemps est annoncé

    Avis de tempete

     

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

    Avis de tempete

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique