•  

     

     

    je commencerai par le désert car cette recette est une tuerie !

     

     

     

     

    LE GIGOT DE 7 HEURES

    Impossible de résister à ce gigot d'agneau confit pendant 7 heures en cocotte. Tellement fondant qu'il se sert à la cuillère !

    Les ingrédients du gigot de 7 heures :

    Pour 6-8 personnes

    • 1 gigot d’agneau
    • 1 carotte pelée, en cubes
    • 1 oignon pelé, en morceaux
    • 2 gousses d’ail pelées
    • 25 cl de fond de veau
    • 30 cl de vin blanc sec
    • 2 tomates en quartiers
    • Thym, laurier
    • Sel, poivre
    • Huile d’olive

    Les étapes de la recette

    1 Dans une poêle, faites revenir l’oignon, l’ail et les carottes dans l’huile d’olive.
    2 Déglacez avec la moitié du vin blanc et le fond de veau et laissez mijoter.
    3 Pendant ce temps, dans une autre poêle ou directement dans la cocotte si elle supporte le feu direct, faites revenir le gigot dans un peu d’huile d’olive, sur toutes les faces. Il doit être bien coloré.
    4 Ajoutez le contenu de la poêle sur le gigot, dans la cocotte. Ajoutez les quartiers de tomates, le reste de vin blanc, le thym, le laurier, sel et poivre. Refermez la cocotte et enfournez le gigot dans le four préchauffé à 120°C pour 7 heures.

    5 Servez le gigot confit à la cuillère, avec une purée de pommes de terre ou une polenta crémeuse, le tout arrosé du jus de cuisson.

    Le bon conseil

    Si ce n’est pas la saison des tomates, remplacez-les par de la pulpe de tomate en boîte ou 2 cuillerées de concentré de tomate.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  •   

     

     

     

     

     

     

     

    Pourquoi on offre du chocolat à Paques ?

     La tradition veut que l’on offre du chocolat pour Paques, mais ça n’a pas toujours été le cas.

    Il y a plusieurs centaines d’années, les paysans s’offraient des animaux ou des aliments frais à cette occasion. Cette pratique à peu à peu disparue et comme le chocolat est devenu un présent apprécié et populaire, les gens ont commencé à s’offrir du chocolat en forme de lapins, poules, œufs…

    Pour fêter paques, le chocolat en forme d’œuf est le symbole le plus fort car au 4ème siècle, l’église interdisait de consommer des œufs pendant le Carême de 40 jours.

    Les œufs pondus quotidiennement par les poules étaient amassés sans être consommés. Le jour de Pâques venu, les paysans les donnaient aux enfants après les avoir peints et fait bénir…

    La tradition d’offrir des œufs de Pâques était née.

     

     

     

     

     

     

     

    http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Pourquoi-s-offre-t-on-des-aeufs-en-chocolat-a-Paques-2014-04-17-1137733

    Aujourd’hui, les œufs sont en chocolat

     

    Les chocolatiers du XIXe siècle se sont emparés de la tradition, au moment de la démocratisation du cacao et du chocolat.

    Les Frères Fry découvrent qu’en mélangeant du sucre, du beurre de cacao et du chocolat en poudre, on obtient une pâte malléable que l’on peut verser dans des moules.

    L’œuf en chocolat est né.

    Peu à peu, on assimile l’œuf à la poule en réalisant des statuettes, et les progrès techniques en matière de moules permettent aujourd’hui une grande variété de sculptures en chocolat.

     

     

     

     

     

    Francis Fry (1803-1886)

    . Francis Fry (28 octobre 1803 – 12 novembre 1886) était le principal industriel anglais du chocolat au XIXe siècle, qui a inventé le chocolat à croquer, sous forme de tablettes.

    À la mort en 1835 de Joseph Storrs II, fils de Joseph Storrs Fry, ses fils Francis Fry, Richard et Joseph Fry (1795–1879), reprennent l'entreprise. En 1847, les trois frères découvrent qu'en mélangeant du beurre de cacao au chocolat en poudre de Van Houten et à du sucre, on obtient une pâte à mouler pour obtenir du chocolat à croquer.

    Vers 1880, ils contrôlent la première chocolaterie au monde qui occupe tout le centre de Bristol et emploie 1 500 ouvriers. Collectionneur de bibles anciennes qu'il fait rééditer sous forme de fac-similés1 et qu'il vend à grande échelle, il avait aussi investi dans la société de distribution d'eau de la ville de Bristol et dans une compagnie ferroviaire régionale, la Bristol and Gloucester Railway. Vivant modestement, il était très impliqué dans les affaires de la communauté quaker de Bristol.

    Moralisateur comme l'étaient d'autres industriels quakers anglais, par exemple John Cadbury le fondateur de la société éponyme, Francis Fry était un anti-esclavagiste convaincu qui refusait le cacao en provenance des plantations portugaises d’Afrique où travaillait une abondante main-d’œuvre soumise à l’esclavage. Il s'inquiétait aussi des conditions de travail des ouvriers de sa manufacture, logés dans des pavillons édifiés à leur intention.

    Alcool et «divertissements indécents» tels que danses, jeux de cartes et paris, y sont interdits. Son paternalisme rappelle celui de John Owen à Lanark, dans les usines de coton en Écosse. Lorsqu'ils se marient, les salariés reçoivent une Bible des mains même de Joseph Fry, accompagnée d'un sermon sur le respect des préceptes évangéliques.

    La journée de travail est limitée à huit heures, la semaine s'arrête le samedi midi. La création d'associations cultuelles et sportives est encouragée.

    À sa mort en 1886, son fils Francis J. Fry lui succède.

    En 1919, il fusionne la maison Fry & Sons, fondée un siècle et demi plus tôt, avec l'entreprise CadburyBrothers.

       

     

     

     

     

     

     

     En Conclusion, joyeuses Paques ! Sans modération !

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique