•  

     

     

    La coloration d'automne : les bouquets secs, le feuillage.

    Si l'été n' a pas desséché les fleurs (d'où l'importance d'un bon arrosage et/ou d'un bon système d'arrosage), les fleurs changeront progressivement de couleur : de bleues, roses ou blanches en juin /juillet, elles deviendront progressivement d'un vert plus ou moins soutenu en Août/Septembre, puis vieux rose à rouge au début de l'automne.

    Certains Hydrangea paniculata se teintent de rose ou rouge quand les nuits deviennent fraîches. Les Hydrangeas quercifolia prennent aussi des teintes roses. Les arborescens prennent des reflets verts.

    Elles conserveront ces couleurs jusqu'aux gelées : c'est le moment de les cueillir pour en faire des bouquets secs.

    Simultanément, les feuilles, qui jusqu'alors étaient d'un vert plus ou moins foncé vont, soit devenir de plus en plus blondes, soit brunir, soit rougir, et ce, en fonction des variétés et espèces.



    les hortensias en automne

     

     

    Ils étaient lumineux, mais la chaleur et le soleil n'ont pas plu aux hortensias du jardin, ils ont déjà leurs couleurs d'automne

     

    Les hortensias du bleus aux roses

    Les hortensias ont déjà pris leurs couleurs d'automne, ils étaient bleus, ils deviennent roses et parmes, les tons d'automne sont magnifiques.

    Ils n'ont pas trop supporté la chaleur et le soleil

    Et d'une année sur l'autre, ils ne sont pas les memes, ils ont encore plus de charme avec leurs robes d'automne

     

    Les hortensias du bleus aux roses

     

    Les hortensias du bleus aux roses

     

    Les hortensias du bleus aux roses

     

    Les hortensias du bleu aux rose

     

    Les hortensias du bleu aux rose

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires
  •  

     

     

     

    Les roses fanées ....

     

    Ce mélange de fleurs séchées peut très bien remplacer les diffuseurs. Même des siècles après sa création, le pot pourri reste très prisé pour parfumer la maison.

    D’ailleurs, rien n’est plus écologique que le pot pourri. Pour en réaliser vous-même, suivez cette vidéo !

     

     

    Les roses fanées ....

     

    Ingrédients nécessaires Pour fabriquer un pot-pourri maison, il vous faut :

     


    — des pétales de rose
    — des noix de muscade
    — du romarin
    — de la cannelle
    — des clous de girofle
    — du zeste d’orange et de citron
    — du gros sel.


    Comme outil, une râpe et un micro-ondes suffisent.
    Une fois que vous avez en main ces différents ingrédients, lancez-vous dans la réalisation de votre pot pourri.

     

     

    Les roses fanées ....

     

    Fabrication du pot-pourri maison :

    Commencez par sécher les pétales de rose sur un essuie-tout posé dans une assiette.

    Mettez ensuite l’assiette de pétales de rose dans le micro-ondes. Et, laissez chauffer le tout pendant 3 minutes.

    Au bout de 3 minutes, déposez les pétales secs dans un récipient.

    Incorporez-y quelques noix de muscade. ensuite trois pincées de romarin et une tige de cannelle cassée.

    Mettez également deux à trois pincées de clou de girofle.

    Maintenant, prenez l’orange et le citron, puis zestez-les directement dans le récipient.

    Afin d’éviter que le mélange ne pourrisse, rajoutez deux cuillères à soupe de gros sel.

    Il ne reste plus qu’à laisser reposer le mélange durant un mois avant son utilisation.

     

    Désormais, vous savez tout sur la fabrication d’un pot-pourri maison !

     

     

     

    Comment faire sécher une rose :

     

     

    Vous aurez besoin de :

    Si vous coupez les fleurs du rosier de votre jardin pour les faire sécher, vous devez le faire lorsque le bouton a récemment éclos. C'est le moment idéal.

     

    Que vous les coupiez vous-même ou qu'on vous les offre, vous devrez également, avant de les faire sécher, enlever les feuilles abimées ou celles qui ont un mauvais aspect.

     

    Cherchez un lieu sans humidité, ventilé et peu lumineux où faire sécher correctement vos roses.

     

    Attachez la rose tête en bas avec une ficelle pour qu'elle sèche.

     

    Les roses doivent rester suspendues deux ou trois semaines, jusqu'à ce qu'elles soient complètement sèches.

     
     

    Une fois ce temps écoulé, vous pouvez mettre un peu de laque sur les roses afin qu'elles se conservent encore mieux. Nous vous recommandons de le faire avec un aérosol ou un spray afin de maintenir une distance suffisante pour ne pas les abimer.

     

    Les roses fanées .... (pot pourri)

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  •  

     

     Ce matin, il pleut !

     

    Au bout du chemin

     Au fond du jardin, découvrez les hortensias à tete plate, cette année ils sont magnifiques !

     

    Les hydrangeas à tête plate ont une allure naturelle mais architecturée. Ils sont différents des hortensias boules qu'on a l'habitude de voir dans les jardins mais ils sont intéressants par la légèreté qu'ils apportent dans un massif .Il existe de nombreuses variétés de ces hydrangeas mais toutes sont faciles à vivre et s'adaptent aussi bien à la culture en pot qu'à celle en pleine terre.

     

    Au bout du chemin

     

     

    Au bout du chemin

     

     

    Au bout du chemin

     

     

    Au bout du chemin

     

     

    Au bout du chemin

     

    Au bout du chemin

     

     

    Au bout du chemin

     

    Au bout du chemin

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • essais fleurs

     

    Et oui, il pleut encore ce matin ... Alors il faut mettre un peu de couleurs dans tout ce gris !

     

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

     

    essais fleurs

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

     J'ai un couple de merles dans mon jardin et ils me suivent partout !

    En ce moment deux petits merles les suivent, c'est amusant à regarder

     

     

    Le merle

    Théophile Gautier

    Un oiseau siffle dans les branches
    Et sautille gai, plein d’espoir,
    Sur les herbes, de givre blanches,
    En bottes jaunes, en frac noir.

    C’est un merle, chanteur crédule,
    Ignorant du calendrier,
    Qui rêve soleil, et module
    L’hymne d’avril en février.

    Pourtant il vente, il pleut à verse ;
    L’Arve jaunit le Rhône bleu,
    Et le salon, tendu de perse,
    Tient tous ses hôtes près du feu.

    Les monts sur l’épaule ont l’hermine,
    Comme des magistrats siégeant.
    Leur blanc tribunal examine
    Un cas d’hiver se prolongeant.

    Lustrant son aile qu’il essuie,
    L’oiseau persiste en sa chanson,
    Malgré neige, brouillard et pluie,
    Il croit à la jeune saison.

    Il gronde l’aube paresseuse
    De rester au lit si longtemps
    Et, gourmandant la fleur frileuse,
    Met en demeure le printemps.

    Il voit le jour derrière l’ombre,
    Tel un croyant, dans le saint lieu,
    L’autel désert, sous la nef sombre,
    Avec sa foi voit toujours Dieu.

    A la nature il se confie,
    Car son instinct pressent la loi.
    Qui rit de ta philosophie,
    Beau merle, est moins sage que toi !

    Théophile Gautier

     

     

     

     

    Le merle noir appartient à la famille des grives, le mâle est entièrement noir, à l'exception de son bec jaune prononcé et un cercle orbital jaune-orange vif. On rencontre parfois des mâles partiellement blanc dans leur plumage, car cette espèce a une forte tendance à l'albinisme.

    Les femelles sont brun foncé avec des nuances plus claires sur la gorge et la poitrine et elles n'ont pas de bec et de cercle orbital jaune.

    Le plumage du jeune mâle est terne (ailes brunâtres). Jusqu'à son premier hiver, il a le bec brun-noir et n'a pas encore l'anneau orbital jaune-orangé de l'adulte.

    Photographie PR Meffre - La faune de mon jardin

    Comportement

    À l'origine le merle noir vivait dans les bois et les forêts, mais de nos jours, il a fait aussi des jardins son domaine parce que son régime alimentaire n'est pas spécialisé.

    Le merle noir est l'un des premiers chanteurs du petit matin et son chant est le plus familier de nos jardins. Il défend son territoire très tôt dans l'année et commence parfois à construire son nid quand la neige recouvre encore le sol, dès février.

    La formation des couples commence parfois à l'automne ; elle s'accompagne de disputes relatives au territoire au desquelles les oiseaux se poursuivent, essayant de voler l'un au-dessus de l'autre.

    Le merle, véritable champion de la reproduction, peut élever jusqu'à 5 couvées en une seule saison, mais la première est souvent détruite, parce qu'elle n'est pas suffisamment dissimulée par des feuilles. La femelle peut commencer une nouvelle couvée alors que le mâle est encore en train de nourrir la précédente. Les jeunes des merles, commencent à voleter après huit jours à peine.

    Comme tous les turdidés, les merles recherchent leur nourriture au sol de préférence. Lors des hivers cléments, ils trouvent sous les arbres et les buissons des escargots, des vers, des scarabées et des larves d'insecte. Ils tournent souvent la tête pour localiser les vers. Il est important dès lors de laisser à leur intention des feuilles mortes dans nos jardins.

    À la mangeoire, les merles sont souvent querelleurs et chassent leurs congénères, mais aussi les autres oiseaux, Ces querelles sont moins fréquentes lorsqu'ils trouvent au sol plusieurs portions de nourriture dispersées; de cette manière, les jeunes mâles et les femelles prélèvent plus aisément leur part; en outre, cela permet aux espèces plus petites d'accéder à la mangeoire.

    Le merle se nourrit dans les espaces ouverts et les sous-bois, mais toujours à proximité du couvert végétal. Il est particulièrement bruyant lorsqu'il fouille les feuilles mortes à la recherche d'insectes, de vers (qu'il dérobe souvent aux grives musiciennes). Le merle noir visite volontiers les pelouses et les mangeoires.

    Habitat

    Le merle est très largement répandu dans les dans les bois, les bocages, les jardins et les bosquets des zones tant rurales que suburbaines ou même urbaines au cœur des espaces verts de nos villes.

     

    http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/Especes/Merle-noir.html

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique