•  

                                              

                                          

     

    Parabole des oiseaux du ciel

    Les Oiseaux du ciel est une parabole de Jésus-Christ issue de l'Évangile selon Matthieu. Elle invite à croire en la providence divine.

    François d'Assise prêchant aux oiseaux (d'après les Fioretti) par Giotto Texte « Regardez les oiseaux du ciel :

     

    ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ? »

    — Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chapitre 6, verset 26 (traduction d'après la Bible Louis Segond).

     

    Moineau domestique

     

    Interprétation:

    Jean Chrysostome dit que les oiseaux sont les plus petites créatures de la nature et que Dieu s'en occupe ; alors sa création majeure qu'est l'humain, il la nourrit également, et fort importante est la parole du Christ comme nourriture donnée. Le docteur de l'Église ajoute que Jésus n’empêche pas de semer pour se nourrir mais qu'il ne faut pas le faire avec l'anxiété du lendemain.

    Et de rappeler que Dieu par le bras de Jésus a opéré la multiplication des pains pour 5 000 hommes .

     

                                                           

     

     

     

    LES OISEAUX DU CIEL:

    C'est une très jolie expression et c'est comme ca que l'on appelle les oiseaux de nos jardins.

    Lorsque que l'hiver arrive, la nourriture se fait rare et les abris naturels ont disparu. Si certaines espèces migrent vers des climats plus cléments, bon nombre d'entre elles restent chez nous toute l'année.

    Dès Octobre jusque début mars, ces oiseaux endurent des nuits glaciales. C'est une terrible épreuve pour ces petits volatiles de quelques dizaines de grammes; il faut donc impérativement trouver en journée une alimentation énergétique fiable, en petite quantité.

     

    QUI SONT LES OISEAUX DU CIEL ?

     Les images sont pour la plupart de chez Wikipedia

     

     COMMENT RECONNAITRE LES OISEAUX DU CIEL :

    https://www.oisillon.net/fr/apprendre-reconnaitre-oiseaux-de-jardin

     

     

    ROUGE-GORGE,

     

     

     

    MESANGE BLEUE

     

     

     

    OU CHARBONNIERE,

     

    PINSON DES ARBRES,

     

     

    VERDIER,

     

    BOUVREUIL

     

    L'ETOURNEAU

     

    DEMAIN .... Comment nourrir les oiseaux des jardins en hiver

     

                                             

    Tant que durent les fleurs, tant que l'épi qu'on coupe

    Laisse tomber un grain sur les sillons jaunis,

    Tant que le rude hiver n'a pas gelé la coupe

    Où leurs pieds vont poser comme au bord de leurs nids.

    Ils remplissent le ciel de musique et de joie :

    La jeune fille embaume et verdit leur prison,

    L'enfant passe la main sur leur duvet de soie,

    Le vieillard les nourrit au seuil de sa maison.

    Mais, dans les mois d'hiver, quand la neige et le givre

    Ont remplacé la feuille et le fruit, où vont-ils ?

    Ont-ils cessé d'aimer ? ont-il cessé de vivre ?

    Nul ne sait le secret de leurs lointains exils.

    On voit pendre à la branche un nid rempli d'écailles

    Dont le vent pluvieux balance un noir débris ;

    Pauvre maison en deuil et vieux pan de murailles

    Que les petits, hier, réjouissaient de leurs cris...

    LAMARTINE

                                                      

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  •  

     

     

     

    Première légende
     
     
     
    La légende du Rouge-gorge est liée à la mort de Jésus.
    Il y a fort longtemps, ce n'était qu'un modeste oiseau au plumage brunâtre.
    Alors qu'il voletait, il s'approcha du Christ crucifié sur sa croix.
    Il se posa sur son épaule, de ses ailes, il essuya ses larmes, et de son bec, il arracha les épines qui lui blessaient la tête.
    Une goutte de sang tomba sur sa gorge, colorant à jamais son humble plumage.
     
     
     

     

     

    Deuxième légende
     
    De Jésus qui priait au jardin des Pardons, un petit oiseau s'approcha. Haut sur pattes fines comme aiguilles, la plume brunette un peu olive, l'œil rond comme un cassis, il s'en venait frisant le sol, sautillant et parfois s'arrêtant pour faire une révérence. Une brise lui avait dit que cet Homme-là était le cœur fait homme.
     
    Que voulait-il bien, ce petit passereau du monde ?
     
    Il désirait visiter le cœur du Fils. Alors souriant, Jésus lui ouvrit son cœur, et le petit oiseau entra dans la cage des côtes : il y fut pris d'amour, et battit des ailes au rythme des pulsations divines.
     
    En souvenir de cette visite, Jésus lui empreignit la lumière de son sang sur la poitrine. Désormais, l'oiseau était baptisé rouge-gorge.

    Chaque jour, un rouge-gorge témoigne discrètement de cette sorte de légende sur la branche du temps.

    Qu'il en tire profit, celui qui a des oreilles pour entendre.
     
     

     

     

    Troisième légende
     
    C'était la deuxième nuit après Noël.
     
    Il faisait froid et le feu allumé à l'entrée de l'étable s'éteignait doucement.
    A l'intérieur, couchés sur la paille, chacun dormait en frissonnant.
     
    Le Bon Dieu, attentif du haut du ciel, interpella un petit oiseau gris et brun qui picorait à ses pieds :
    "Descend, et va ranimer le feu ; je ne veux pas que mon Fils ait froid".
    L'oiseau s'envola et descendit vers Bethléem.
     
    Arrivé à l'étable, il s'approcha de ce qui restait du feu :
    un tas de cendre sous lequel couvaient quelques braises, et sur lequel restaient quelques branchages qui n'avaient pas encore brûlé. L'oiseau se percha sur une grosse bûche préparée devant le foyer et agita ses ailes. Peu à peu, sous la force du courant d'air, les cendres s'écartèrent, puis les braises se mirent à rougeoyer. Leur chaleur devint si forte que les plumes de la petite bête roussirent.
     
    Mais décidée à achever sa tâche, elle supporta la douleur jusqu'au moment où les flammes jaillirent, embrasant les branchages au dessus.
     
    La flamme réveilla Joseph, qui se leva pour nourrir le feu.
    Il se mit à faire bon dans l'étable.
     
    Alors, se tournant vers l'oiseau, St Joseph lui dit :
    "Pour rappeler ton dévouement à l'enfant Jésus, ta poitrine gardera la couleur rouge du feu, et tu t'appellera désormais le rouge-gorge".

     


     


     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

     

     C'était l'année dernière, il était venu frapper à ma vitre,

    Les photos sont prises derrière les vitres de mon salon et j'ai pu l'observe un bon moment

     

    Malheureusement avec "Gavotte" les oiseaux ne s'aventurent plus trop dans le jardin, car c'est un chaseur redoutable !

     

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

    « Au feu ! au feu ! crièrent les moineaux.
    Au feu ! son plastron brûle !
    Qu’on déverse sur lui le seau
    De la petite Ursule ! »
    Mais calmement, le rouge-gorge
    Continuait à remuer
    Les pattes, la queue, le gosier
    Sans voir qu’il faisait flamboyer
    Autour de lui, l’hiver entier.

    (Maurice Carême, La Grange bleue, 1961)
     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

    Le petit rouge-gorge

     

    Au fond de mon jardin,

    Il y a quelque chose qui bouge,

    Là bas près du chemin,

    Il y a quelque chose de rouge.

     

    Je m’avance peu à peu,

    Et n’en crois pas mes yeux,

    Un petit oiseau en vadrouille

    Est là, chez moi, qui gazouille.

     

    J’avance sans faire de bruit,

    Mince, le voilà qui s’enfuit.

    Vraiment, je suis dépitée.

     

    Alors, je me mets vite à crier,

    « Petit rouge-gorge reviens »,

    Hélas pour moi, il est déjà loin…

     

    Fanfan FL

     

     

    © Extrait de Poésie en Val de Loire

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Hortensias d'automne encore et toujours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hortensias d'automne encore et toujours

     

     

    Hortensias d'automne encore et toujours

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

     

    Comment faire sécher les hortensias

     

     Sur mon buffet

     

    Profitez quelques jours de vos fleurs en les mettant dans un vase avec de l'eau, puis vous les faites sécher. Soit en enlevant tout simplement l'eau du vase, les fleurs vont se déshydrater toutes seules,

    Soit en attachant les tiges et en les suspendant la tête en bas dans un endroit aéré , les pétales seront ainsi plus jolis

    C'est aussi simple que cela.

    Vous garderez longtemps ce bouquet sec.

    Pour les fêtes de fin d'année vous pourrez les colorer avec un aérosol doré, argent, rouge ou autre.

    Hortensias à Piriac au mois de septembre

    En attendant de les faire sécher, voici comment bien conserver vos fleurs d'hortensias en vase chez vous :

    Les hortensias coupés supportent mal les vases ou seaux en métal.

    Un vase en verre est idéal.

    Vous pouvez alors facilement contrôler la quantité et la qualité de l'eau. Veillez à ce que le vase soit propre.

    Coupez un petit bout de la tige pour améliorer l'absorption d'eau et du produit conservateur. Supprimez toujours le feuillage superflu ainsi que les pousses inutiles ou mal formées.

    Utilisez toujours du produit conservateur pour fleurs coupées. Cela permet aux fleurs de s'ouvrir pleinement et maintenir leur feuillage bien vert et solide. Les fleurs coupées fraîches tiendront bien plus longtemps.

     

    Hortensias à Piriac au mois de septembre

    Promenade dans les rues de Piriac fin septembre

    chaque porte a son pied d'hortensias

    Hortensias à Piriac au mois de septembre

     

    Attention, dès que les fleurs sont dans le vase, elles sont fragilisées.

    Elles n'aiment pas :

    que le vase soit déplacé, que l'on remue l'eau dans le vase, que l'on ajoute de l'eau, être dans les courants d'air, en plein soleil ou trop près du chauffage, ou près d'un panier de fruits !

    Les fruits dégagent des gaz qui font vieillir les fleurs plus vite.

    Les fleurs sont-elles molles lorsque vous les recevez ?

    Coupez cinq centimètres de la tige et enveloppez-les dans du papier (de préférence imperméable). Laissez les fleurs absorber de l'eau dans un espace frais et récupérer ainsi pendant environ trois heures. Placez-les ensuite dans un vase en verre si possible.

    Si les fleurs sont toujours molles, vous pouvez encore les humidifier au moyen d'un vaporisateur. Les fleurs se ramollissent au bout de quelques jours dans le vase ?

    Coupez de nouveau l'extrémité des tiges en biais et humidifiez-les soigneusement au moyen d'un vaporisateur.

     

     

    Le séchage des hortensias

     

    Le séchage des hortensiasLe séchage des hortensiasLe séchage des hortensiasLe séchage des hortensias

     

     

     

    Le séchage des hortensias

    Le séchage des hortensiasLe séchage des hortensiasLe séchage des hortensias
     

     

     

    Le séchage des hortensias

     

    Le séchage des hortensias

    Le séchage des hortensias

     

    Le séchage des hortensias

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique