•  

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

    Je suis allée faire un petit tour le matin à l'installation de cette fete, et ca soufflait ur le port, la nuit avait été tempétueuse !

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

    Fete de l'automne à Piriac

     

    Fete de l'automne à Piriac


     

    Fete de l'automne à Piriac

    Un petit coup d'oeil sur la fete de l'automne en 2015

    http://entre-sel-et-mer.eklablog.fr/la-fete-d-automne-a-piriac-a118978122

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  •  

     

     Piriac - Port Georges

     Sur la route on apercoit la mer au milieu des arbres, au bout du chemin une très jolie vue sur la mer,

    juste s'asseoir sur un banc et contempler la mer

     

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

    Regarder au loin la voile blanche des voiliers comme au temps ou c'était nous sur le voilier ...  

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

    Une planche de paddle glisse tranquillement sur l'eau

    du bleu, du bleu, allez les bleus....

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

    Un bon moyen de cacher les boites à lettres (Kervin, Piriac)

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

    Une belle matinée ensoleillée, profitons en avant qu'il ne pleuve !

    des roses

    le batiment est une ancienne sardinerie

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    des roses

     

    Marée basse

     

    Marée basse

     

    Marée basse

     

    Marée basse

     

    Marée basse

     

    Marée basse

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  

     

     

    la valériane est partout en ce moment et embellit les vieux murs, ici dans la petite citée de Piriac

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

    Le centranthe rouge (Centranthus ruber), appelé aussi lilas d'Espagne ou valériane rouge, est une plante herbacée vivace de la famille des Valérianacées (famille aujourd'hui parfois agrégée aux Caprifoliacées).

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     Étymologie

    Le nom de genre Centranthus a été forgé en 1805 par le botaniste suisse De Candolle à partir du grec kentron κέντρον « piqure, éperon » et anthos ἄνθος « fleur », car la fleur est munie d'un éperon. L'épithète spécifique dérive du latin ruber « rouge ».

     Caractéristiques botaniques


     
     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac


     
     

    C'est une plante assez grande vivant souvent en colonies (elle forme des touffes). Sa hauteur est variable, allant de 30 cm à 1,30 m, avec des tiges beaucoup plus longues qui peuvent courir sur le sol pour chercher le soleil (espèce héliophile). La souche est épaisse, subligneuse. Cette partie souterraine à odeur prononcée rappelant celle de la valériane, sa cousine, attire irrésistiblement les chats, d'où son nom vernaculaire d'Herbe aux chats. Les tiges, cylindriques (de 5-12 mm de diamètre), lisses, glauques et glabres, sont creuses et fragiles. D'abord simples et étalées, elles deviennent rameuses lorsqu'elles se redressent. Elles se cassent facilement, tout net.

    Les feuilles sont opposées, glabres, glauques et entières ou finement dentées, charnues. Elles présentent une hétérophyllie marquée : les supérieures sont sessiles, engainantes (souvent connées) et deltoïdes (7 × 6 cm), les inférieures décurrentes et elliptiques (15 × 5 cm).

    Les fleurs hermaphrodites sont rouges, roses ou parfois blanches (10 % des individus : Centranthus ruber 'Albus'), odorantes. Elles sont groupées en cymes multipares qui forment à l'extrémité des rameaux des panicules ou corymbes denses puis les inflorescences s'allongent. Ces grappes de fleurs ressemblent un peu à celles du lilas, d'où son nom vernaculaire de « lilas d'Espagne ». Chaque fleur possède une longue corolle en tube (8 à 14 mm de long) prolongée d'un bout par un éperon étroit (5 à 10 mm) et de l'autre s'étalant en 5 lobes (4+1). Il n'y a qu'une seule étamine et un style dépassant la corolle. La floraison s'étale de mai à septembre. La pollinisation est de type entomogame (bourdons, et surtout papillons à longue trompe).

    Les fruits sont des akènes glabres à dissémination anémochore.

       
       

     Écologie

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

    Centanthrus ruber est originaire des régions méditerranéennes : Afrique du nord (Maghreb), Turquie, Grèce, ex-Yougoslavie, Italie, France, Espagne et Portugal. Le réchauffement climatique lui permet de remonter progressivement vers le nord du pays.

    C'est une espèce thermophile et hyperxérophile qui s’accommode des sols très secs. Ses longues tiges presque lignifiée à la base peuvent courir au sol pour trouver la chaleur et le soleil. Chasmophyte, elle croît sur les rocailles, éboulis, sur les vieux murs eutrophiles ou les rochers ensoleillés (flore des murs, elle est associée en ville avec la Pariétaire de Judée). Elle est assez indifférente à la composition chimique des sols.

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

    Usages

    Les feuilles ont des propriétés antiscorbutiques.

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

    La valériane embellit les vieux murs de Piriac

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  •  

     

     

     Ciel gris, on oublie l'été de la semaine dernière mais les chemins et les maisons se parrent de glycine, de lilas et de capanules des murs

     

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    LE SAVIEZ VOUS ?

     

    En Perse, on avait coutume d’offrir une branche de lilas à un amant auquel on voulait signifier en douceur la fin de la relation.

    Aux États-Unis, offrir du lilas à une jeune fille est supposé la maintenir célibataire toute l’année durant

     

     

    En Angleterre, le lilas jouit d’une triste connotation :

    on raconte que ramener dans une maison du lilas blanc porterait malheur. Peut-être est-ce lié au fait que cette fleur était utilisée dans les cérémonies funéraires…

    Le lilas a inspiré de nombreux artistes :

    on le retrouve dans le tableau d’Edouard Manet, Lilas dans un vase (1882), dans le poème Les lilas (1970) de Louis Aragon, dans la chanson Des jonquilles aux derniers lilas (1968) d’Hugues Aufray et bien sûr dans celle de Serge Gainsbourg Le poinçonneur des Lilas (1958).

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    En passant pas saint Sébastien

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique