•  

     

     

    Le collectionneur de fève s'appelle un fabophile

     

     

     

     

     

     

    Petite histoire de la fève :

    La fève dans la galette remonte au temps des romains. Elle était blanche ou noire et était déposée pour les scrutins. Au début janvier, les saturnales de Rome élisaient le roi du festin par une fève. Si la tradition est d'origine religieuse, elle est devenue maintenant une tradition familiale ; l’occasion de se rassembler avec les amis pour découper la galette.

    Celui qui trouve la fève est couronné roi et choisi sa reine et vice versa.

    Une légende raconte aussi que la fève serait née avec la fameuse bague de Peau d'âne qu'elle portait au doigt et qui glissa dans la pâte juste avant qu'elle enfourne le gâteau.

     

     

     

     

     

    AUTRE VERSION

    galette des rois ?

    L'épiphanie était déjà une fête au temps des romains. C'était la fête du Dieu Soleil. On tirait alors au sort un ''roi'', parmi les esclaves ou même les condamnés à mort, comme pour montrer que chacun était au même rang d'égalité.

    Puis, au Moyen Age, la tradition s'est perpétuée, avec la fête des ''fous''. On tirait alors au sort parmi les domestiques un roi, et on échangeait les rôles ! Ce roi était tiré au sort grâce à une galette, dans laquelle on avait placé une vraie fève (cousin du haricot) qui est devenue une fève en porcelaine, plus jolie et moins périssable.

     

     

    Création Martial Ducongé, Collection P. Colmar

     

     

    L'histoire  de la fève commence avec la fève (légume) : dans les temps préhistoriques, celle-ci était consommée et utilisée comme engrais. Elle a un rôle important dans les rites antiques à cause de sa forme embryonnaire. Symbolisant le fœtus chez les anciens égyptiens, ces derniers enterraient leurs morts dans des champs de fèves en vue d'une réincarnation.

    C'est le symbole de vie qui reste au Moyen Âge et la fève est utilisée dans les mariages. Elle sert aussi de jeton de vote, fonction qui commença chez les Grecs qui se servaient de fèves noires et blanches pour décider de l'acquittement ou de la condamnation. C'est lorsque l'Église décide de s'imposer, pour cesser les célébrations païennes (un exemple : dans les garnisons, on choisit un roi parmi les condamnés à mort : il était déguisé et prenait part aux débauches collectives avant d'être décapité) que l'épiphanie apparaît. Mais La coutume du gâteau traditionnel ne se répand réellement que durant le XVe siècle.

    Le gâteau et la fève figurent parmi les redevances dues au voyer de Paris (office de la voirie) au XIIIe siècle, mais elle existait déjà.

    Plus tard on mange un gâteau contenant une fève noire (le roi) et une fève blanche (la reine). En Bourgogne notamment, le gâteau remplace une urne ou un chapeau rempli de fèves avec lesquelles on tirait les rois, en disant febe domine.

    La fête des rois faillit être interdite sous la Convention car à l'époque, elle portait le nom de la fête des sans-culotte ; le gâteau fut donc rebaptisé le gâteau de l'égalité. En 1793, le maire de Paris eut beau interdire aux pâtissiers la fabrication de ce gâteau, celle-ci continua tout de même.

     

     

     

     

    La première fève en porcelaine fut fabriquée en 1874 en Allemagne sous forme de baigneur. C'est seulement à partir de 1892 jusqu'au XXe siècle que les thèmes se diversifient : on découvre des fèves avec des thèmes représentatifs de l'époque. Les thèmes religieux apparaissent, tels les crèches, Jésus, les anges, les colombes, puis laissent peu à peu leur place à la royauté et aux porte-bonheur.

    Dans les années 1960 sont apparues des fèves en matière plastique puis dans les années 1980-1990, les fèves métalliques, principalement dorées (dont certaines à l'or fin). Cependant, le chauffage des galettes dans les fours à micro-ondes a entraîné certains déboires et les fèves métalliques ont presque entièrement disparu.

    À la fin des années 1980, les fèves en porcelaine sont revenues en force. C'est dans cette même période que l'ère du dessin animé et de la bande dessinée a commencé pour aujourd'hui envahir une grande partie du marché actuel de la fève.

    Certains boulangers ou pâtissiers renommés ou non, ont alors eu l'idée de fabriquer leurs propres fèves personnalisées.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires

  •  
     

    FRUIT DE SAISON - LA NOIX

    Noix et marrons sur le marché






    FRUITS DE SAISON - LA NOIX

    La NOIX est un fruit à coque. Elle est produite par le noyer, présent à l'origine sur le continent eurasiatique et en Afrique. Sur le plan botanique, le fruit du noyer est une "drupe", fruit charnu à noyau, dont la partie charnue, est inconsommable. La noix est en fait le noyau sec de cette dupe.
    La noix est enveloppée dans une coque appelé "brou". On extrait de cette zenveloppe une teinture (le brou de noix) utilisé notamment en peinture (lavis) et en menuiserie.

     



    Un cultivateur de noix s'appelle un NUCICULTEUR, un verger de noyer s'appelle une NOYERAIE;

    TERROIR ET TRADITIONS


    LE RAMASSAGE DES NOIX

    Autrefois, la récolte des noix occupait les familles au mois de septembre, notamment dans le LOT, en CORREZE, et en CHARENTE, particulièrement riches en noyers.


    L'homme gaulait les noix depuis le sol ou juché dans l'arbre, tandis que la femme et les enfants les ramassaient à terre.

    On les mettait ensuite à sécher dans les greniers. Au cours des veillées d'hiver, on les cassait à l'aide d'un maillet de buis : les cerneaux éaient consommés frais ou conservés pour confectionner l'huile, tandis que les coques servaient à allumer le feu dans la cheminée.

                             

    Dénoisillage des noix en Périgord devant les  portes

                                                                    

    A notre époque le "nuciculteur" utilise une secoueuse à noix pour le ramassage des noix
    récolte de septembre à octobre

     



    CONFECTION DE L'HUILE DE NOIX
    Les anciens faisaient eux memes leur huile de noix. Pour la conserver, ils la mettaient dans des jarres en terre fermement étanchées par un bouchon en paille de seigle. Ces jarres étaient ensuite déposées au grenier et l'huile fraiche faite maison répandait ainsi une douce odeur, aujourd'hui méconnue de ceux qui n'ont jamais fait leur propre huile.

    http://www.huile-de-noix-du-perigord.com/

    LA NOIX, OEUVRE DE DIEU
    Dans un majorité de régions, la noix est admise comme une oeuvre de Dieu. Elle est reconnue comme l'instrument de la Passion du Christ car on peut trouver à l'intérieur un petit clou analogue à ceux utilisés lors de la crucifixion (la croix du Christ était en noyer). La péiode la plus propice pour préserver les biens, la santé des hommes et des animaux est sans nul doute le jour de la Saint JEAN.



    BIENFAITS DES NOIX
    En salade ou en dessert par exemple, les noix ont un impact sur les lipides sanguins et permettent de diminuer le cholestérol. Attention toutefois à ne pas en abuser car les calories qu'elles contiennent peuvent faire grossir.
    Elles sont riches en manganèse, phosphore, magnesium, fer, vitamines B3, B5, B6, riches en oméga 3 et oméga 6

    Noix sur le marché

     Recette Gâteau aux noix ultra simple

     Temps de préparation : 10 minutes Temps de cuisson : 40 minutes

    Ingrédients (pour 6 personnes) :

    - 20 cl de crème fraiche épaisse ou liquide.(de préférence pot en plastique qui servira de doseur)

    - un pot de 20cl de sucre

    - Un pot de 20cl de farine

    - un sachet de levure

    - 2 oeufs

    - une pincé de sel

    - 100g de cerneaux de noix

    - une cuillère a soupe de miel

     

    Préparation de la recette :

    - préchauffer le four à 180 degrés

    - verser dans un saladier 20 cl de crème fraiche.

    - ajouter les deux oeufs et mélanger

    - ajouter le pot de sucre, mélanger

    - ajouter le pot de farine, mélanger puis ajouter le sachet de levure ainsi que la pincé de sel.

    - écraser les cerneaux de noix sans les mixer et les ajouter à la préparartion.

    - ajouter la cuillère de miel

    - enfourner pendant 40 minutes

    Remarques : Ajouter en accompagnement une boule de glace à la vanille.

                                        

    Origine et usage :

    Le vin de noix, boisson de ménage très populaire, était généralement préparé dans le cadre familial. Il est célèbre depuis le XVIe siècle pour ses vertus thérapeutiques et il fut depuis considéré comme un vin médicinal, apéritif tonique, dépuratif et digestif.

    Actuellement il est consommé en apéritif, avec une entrée, dans les préparations culinaires ou en accompagnement des desserts. 

                                          

    Liqueur de brou de noix:

    Il se fait avec des noix cueillies de la fin juin (noix de la Saint-Jean) jusqu'au 22 juillet (noix de la Sainte-Madeleine). Les meilleures sont celles cueillies vertes à la Saint-Jean, c'est-à-dire autour du 24 juin. Elles sont encore vertes et laiteuses avec des cerneaux très tendres. Ces noix permettent aussi d'élaborer une liqueur de noix vertes dite aussi liqueur de brou de noix. Elles sont coupées en morceaux puis broyées afin d'être mises à macérer pendant deux mois dans de l'eau-de-vie. Ce laps de temps passé, on y ajoute de l'eau sucrée qui peut être parfumée avec un zeste d'orange. Plus cette liqueur vieillit, meilleure elle est.

    Réalisation :

    La tradition a fixé une recette mnémotechnique où intervient le chiffre . Pour 4 litres de vin et 1 litre d’eau-de-vie (facultatif) sont ajoutés 40 noix coupées en 4, avec 40 morceaux de sucre qui macèrent pendant 40 jours. Pour une fabrication artisanale, les noix sont pressées entières. Les cerneaux et leur suc sont ensuite mélangés à de l'alcool et mis à vieillir en fûts en chêne. Le tout est ensuite filtré et peut être allongée avec une mistelle.

    Dans le Périgord, il existe un vin de noix élaboré à partir des noix sèches juste ramassées ce qui permet d'éliminer l'amertume due aux noix vertes. Cette préparation est toujours faite sur la base de 40 noix, 4 litres de vin et un litre d'alcool par contre elle doit macérer pendant 90 jours.

    Une autre recette, appelée aussi (improprement) vin de noix, utilise des feuilles récoltées en juin à la place des noix. Les feuilles sont mises à macérer dans l'alcool et sont retirées avant d'ajouter vin et sucre.



                                                                 
                         

                     

                                                                                             

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

     

     

    Qui ne connaît pas la fameuse madeleine de Commercy ?

     

    La madeleine aurait été créée en 1755 dans le château de Commercy.

    Le roi Stanislas de Pologne y recevait Voltaire et Madame de Châtelet. Pour l’occasion, le roi demanda à sa cuisinière, Madeleine, de confectionner un gâteau inédit.

    Elle élabora donc des gâteaux en forme de coquillage, qui furent appréciés par les convives. Le roi Stanislas de Pologne les apprécia tellement qu’il en envoya un colis à sa fille Marie, épouse de Louis XV.

    Marie tomba sous le charme de ces gâteaux et décida de les nommer Madeleine, en hommage à celle qui les avaient créés.

     

    La madeleine est depuis devenue un gâteau incontournable. Elle se présente sous différentes formes : allongée, ronde ou en forme de coquillage. Mangée au goûter ou entre amis, trempée dans un bol de chocolat chaud, la madeleine fait toujours le bonheur des petits comme des grands.

     

    • LA MADELEINE, UN GOUTER POUR LES P'TITS LOUPS

       

       

       

       

      Une madeleine est un petit gâteau traditionnel lorrain aux œufs, en forme de coquillage, allongée ou ronde, originaire de Commercy.

      On la retrouve également en Espagne, ou elle fait partie intégrante de la cuisine, elle aurait été rapportée en Espagne par les Français lors des pèlerinages à Saint Jacques de Compostelle, et se serait alors répandue dans tout le pays.

       

       'autres sources incertaines, la madeleine remonterait à.

       l'origine du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, où une jeune fille nommée « Madelaine », aurait offert aux pèlerins un gâteau aux œufs, moulé dans une coquille Saint-Jacques (qui est l'emblème du pèlerin)


       

      En France:

      En France, la madeleine est souvent présente durant le goûter des enfants ou la pause café en entreprise.

      Symbole de convivialité (le fait de « tremper sa madeleine » va de pair avec le fait de converser autour d'une boisson chaude), elle a fait la réputation de la ville de Commercy, en Meuse, où elles sont fabriquées depuis le XVIIIe siècle.

      http://cuisine.journaldesfemmes.com/recette/1008537-madeleine-a-la-fleur-d-oranger

       

       Recette proposée par Mamanpatisse

      La fleur d'oranger apporte un goût de légèreté

      Ingrédients / pour 10 personnes :

      150 g de farine

      120 g de sucre

      100 g de beurre mou

      2 oeufs

      2 cuillères à soupe de fleur d'oranger

      1 cuillères à café de levure chimique

      2 cuillères à soupe de lait

       

      Réalisation:

      Difficulté Préparation Cuisson Repos Temps Total Facile 5 mn 10 mn 30 mn 45 mn

       

      Préparation:

        1 Mélangez le sucre et les oeufs jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

      Ajoutez la farine,le lait,la levure, la fleur d'oranger ainsi que le beurre.

      2 Mettez au réfrigérateur pendant 30 minutes.

      3 Beurrez le moule à madeleines et remplissez les empreintes d'une cuillère à soupe de la préparation.

      Pour finir Enfournez à 220°C pendant 5-10 minutes.

       

      Souvent les enfants commencent par manger le milieu, comme les quatre coins des petits beurre !

       


       En France, la madeleine est souvent présente durant le goûter des enfants ou la pause café en entreprise. Symbole de convivialité (le fait de « tremper sa madeleine » va de pair avec le fait de converser autour d'une boisson chaude), elle a fait la réputation de la ville de Commercy, en Meuse, où elles sont fabriquées depuis le XVIIIe siècle.

      Il existe en France plusieurs maisons spécialisées dans la production de madeleines :

      la madeleine St Michel, la marque la plus vendue en France

      la madeleine Bijou, commercialisée à Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne), Limoges (Haute-Vienne) et Brive (Corrèze). La maison Bijou a été créée en 1845.

      la madeleine Bébé, commercialisée à Saint-Yrieix-la-Perche, Limoges et Bellac (Haute-Vienne).

      La madeleine Bébé s'est implantée à Saint-Yrieix dans les années 18702.

      la madeleine de Liverdun, commercialisée à Liverdun (Meurthe-et-Moselle), par la famille Chenel depuis le début du XXe siècle .

      la madeleine de Stenay, commercialisée à Stenay (Meuse) par la maison Baumaux.

       

       

      Madeleines espagnoles

       

      La madeleine de Proust:

      : Du côté de chez Swann (partie 1), sur Wikisource

      L'écrivain Marcel Proust fait intervenir la madeleine dans une scène (intérieure) célèbre de son œuvre À la recherche du temps perdu, dans le premier volume du roman Du côté de chez Swann. Le gâteau, trempé dans une tasse de thé, devient brusquement déclencheur non du simple souvenir, mais du fait de ressentir quelques instants une scène de son enfance.

      La madeleine de Proust est devenue une métaphore souvent évoquée en France comme dans d'autres pays. Les brouillons du roman révèlent qu'à l'origine, c'est une tranche de pain grillé qui aurait dû être trempée dans le thé : cela apparaît notamment dans Jean Santeuil.

       

       


       

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

     

     

    Tarte aux prunes

     
     

    Crédit : Geshas/istock

    Avec une pâte croustillante et des fruits caramélisés, la tarte aux prunes séduit bien des palais ! Une recette simple et rapide pour le plus grand bonheur de nos papilles. Elle est idéale pour une pause gourmande et elle peut être accompagnée avec une tasse de thé ou une boule de glace. À vos fourneaux !

    Ingrédients :

    Pour 8 personnes

     

    Pour la garniture :

    • 1,5 kg de prunes ou de quetsches
    • 80 g de sucre roux
    • 50 g de beurre
    • 1 c. à café de farine

    Pour la pâte :

    • 250 g de beurre mou
    • 500 g de farine
    • 1 c. à café de sel
    • Un peu d’eau

    Les étapes :

    1. Dans un saladier, mélanger la farine et le sel puis incorporer le beurre mou en travaillant du bout des doigts. Ajouter 3 à 5 cl d’eau pour obtenir une consistance homogène.

    2. Former une boule puis filmer au contact et laisser reposer 2 heures au réfrigérateur.

     

    3. Entre-temps, laver et dénoyauter les prunes puis les couper en quartiers. Préchauffer le four à 210 °C.

    4. Une fois reposée, abaisser la pâte sur un plan de travail fariné entre deux papiers sulfurisés.

    5. Beurrer le moule et le fariner en tapotant sur les bords et le centre afin de répartir au mieux la farine. Tapisser le fond du moule de pâte et la piquer à l’aide d’une fourchette.

     

    6. Saupoudrer de sucre roux et déposer les quartiers de prune côté peau sur la pâte à tarte.

     

    7. Enfourner pour 45 minutes de cuisson en mode chaleur tournante. À la sortie du four, la pâte doit être dorée et croustillante et les fruits doivent être caramélisés. Laisser tiédir avant de démouler.

    8. Il ne reste plus qu’à déguster cette gourmande tarte aux prunes !

     

    Gâteau yaourt aux pêches

    Véritable douceur de l’été, le gâteau yaourt aux pêches est facile et très rapide à réaliser. Succès garanti, il n’en restera plus une miette ! Une pâte moelleuse et des fruits fondants, un duo exquis à savourer sans attendre. On passe en cuisine avec La Recette.

    Ingrédients :

    Pour 6 personnes

     
    • 1 yaourt nature
    • 3 œufs
    • 2 pots de farine
    • 1 pot de poudre d’amande
    • 1 pot de cassonade
    • Filet d’arôme de vanille
    • 1 pot d’huile de tournesol
    • 6 pêches
    • 100 g de sucre
    • 0,5 sachet de levure chimique

    Les étapes :

    1. Pour commencer, ébouillanter les pêches dans un grand volume d’eau pendant 30 secondes. Les égoutter puis les éplucher à la main.

    2. Les couper en quartiers et retirer les noyaux. Dans une casserole, verser 100 g de sucre et 30 cl d’eau. Une fois à ébullition, pocher les quartiers de pêche pendant 5 minutes à forte température.

    3. Égoutter les pêches et réserver le sirop obtenu. Préchauffer le four à 180°C.

    4. Utiliser le pot de yaourt comme doseur. Dans un saladier, mélanger le yaourt, les œufs, la cassonade, la poudre d’amande et l’arôme de vanille.

    5. Une fois le mélange lisse et homogène, incorporer l’huile, la levure et la farine en 3 fois. Bien fouetter entre chaque ajout.

    6. Disposer les quartiers de pêches en rosace dans le fond d’un moule à manqué antiadhésif ou chemisé d’un papier sulfurisé.

    7. Recouvrir de pâte et enfourner pour 30 minutes. À la sortie du four, laisser tiédir avant de démouler puis attendre qu’il ait totalement refroidi.

    8. Il ne reste plus qu’à déguster ce gâteau yaourt aux pêches.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

     Pour changer des paysages !

     

     

    Une blanquette de saumon EXPRESS... Un classique prêt en quelques minutes!

     

    Une blanquette de saumon qui plaira à tous ... Simple et rapide à préparer

     

     

     

     

    L'un des plats les plus célèbres! Riche et crémeux comme on l'aime.

    Ingrédients

     

    4 pavés de saumon

     30 ml de bouillon de légumes.  

    60 g de beurre.

    3 carottes coupées en rondelles

    1 échalote

    2 blancs de poireaux émincés

    400 ml de crème 

    1 cuillère à soupe de farine

    2 cuillères à soupe de moutarde

    Le jus d’un citron

    1 cuillère à soupe de persil

    Du sel et du poivre

     

    Préparation 

    1. Couper vos pavés de saumon en dés.  

    2. Dans une casserole d'eau bouillante, cuire les carottes pendant 20 minutes. 

    3. Ajouter les blancs de poireaux 5 minutes avant la fin de la cuisson des carottes.

    4. Dans un poêlon, faire fondre 1/3 du beurre et dorer l’échalote, les blancs de poireaux, le saumon et les carottes.

    5. Dans une grande casserole, chauffer le beurre restant et ajouter la farine. 

    6. Incorporer le bouillon de légumes, la crème et la moutarde. Bien mélanger.

    7. Ajouter une pincée de sel et de poivre, puis le persiller

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique