•  

     

     

     

    https://www.facebook.com/gouvernement.fr/videos/282991772739606/

    Une vidéo à regarder que je n'arrive pas à mettre

     

    Gouvernement
      · 
    #Coronavirus | Le virus circule toujours.
     
     
     
     

    9 personnes sur 10 qui décèdent de la #COVID19 ont plus de 65 ans.
    Alors quand on aime ses proches, on ne s’approche pas trop.

     
    "Restez prudents
    Gestes barrières + Masques jusqu'à Zéro cas en France"
     

    Bonne fete des mamans

     

     

    Bonne fete des mamans

    Bonne fete des mamans

     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Bonne fete des mamans

    Bonne fete des mamans

     

     

     

     

     

     

    Bonne fete des mamans

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

     

     

    "LE MAI"

     

    Dès le Moyen Age, les paysans avaient l'habitude, le premier mai, de planter un arbre, appelé le MAI, devant la demeure de leur seigneur.

    Après la Révolution, cette coutume a perduré jusqu'à aujourd'hui, notamment dans tout l'Est de la France. Mais l'arbre a été remplacé par une grosse branche enrubannée que l'on drese devant le domicile des élus que l'on veut honorer.

     

    L'arbuste que l'on plante le 1er mai est décoré de rubans et, à ses pieds, tronera la reine de Mai, toute habillée de blanc et couronnée de fleurs.

    On doit accrocher à la porte des filles un bouquet dont les plantes auront des significations particulières :

     

     

     

     

    le bouleau signifiant l'amitié

    le buis, l'amour

    les lilas, le baiser

    Le houx, le coeur dur

    le romarin, la putain

    la ronce, le mauvais caractère

    le saule, le mépris

    m'aubépine, l'estime

    la pensée voulant dire "je pense" à toi"

    le frene et le chen symbolisant l'amour.

    Avec le saule, l'artichaut, le chou, les pommes de terre, le sapin et la paille sont des marques de mépris.

     

     

    On dit que la rosée de mai a des grandes vertus bienfaisantes :

    si on s'en frotte le visage avant le soleil levé, on aura le teint frais, et la rosée fera disparaitre les taches de rousseur :

    le mois de Mai est celui des reves prémonitoires qui permettent de voir des esprits.

    Il ne faut pas déménager ni meme déplacer des meubles ce mois-ci !

     

    Monde occitan 

    En Corrèze, mais aussi en Dordogne, dans le Lot, dans le Limousin ou le Val d'Aoste, la coutume de planter un arbre de mai en l'honneur des élus locaux est très vivace. Les hommes vont chercher l'arbre dans la forêt. Puis on le décore de drapeaux, rubans, d'une pancarte portant l'inscription "Honneur à notre élu(e)". Puis on dresse l'arbre devant la maison de l'élu qui,en remerciement doit régaler généreusement ses électeurs.

    Selon les endroits, cette tradition s'est étendue aux patrons d'une petite entreprise ("Honneur au patron"), aux couples nouvellement installés dans une maison et aux mariés. Dans ce dernier cas, le plantage de l'arbre se fait quelques semaines avant le mariage et est l'occasion d'une fête moins formelle entre habitants du village. Il arrive alors que l'on enterre une ou plusieurs bouteilles au pied de l'arbre. Celles-ci seront bues à la naissance du premier enfant.

     

     

    Provence

    À Cucuron, dans le Vaucluse, on plante l'arbre de Mai le samedi qui suit le 21 mai.

    Il s'agit d'un peuplier qui doit dépasser le clocher de l'église (24 m). On le fait défiler dans la ville, une jeune garçon assis dessus à califourchon ("L'Enseigne"). Une fois l'arbre dressé devant l'église, suit une grande fête populaire à la fois païenne (culte du printemps) et chrétienne (en l'honneur de Sainte Tulle, patronne de Cucuron, qui sauva la cité de la peste en 1720). Il restera planté jusqu'au 15 août.

    À Varages, dans le Var, l'arbre de mai est coupé dans la nuit du 30 avril au 1er mai en un lieu secret et porté à dos d'homme jusqu'à la place de l'église où il est érigé. Il reste alors en place un mois et à l'occasion de la fête de Saint Photin (premier dimanche de juin), l'arbre est à nouveau porté, jusqu'à la chapelle San-Foutin qui domine le village, cette ascension si unique est partagée par les nombreux porteurs désireux de faire honneur au saint patron ainsi qu'aux couleurs du village.

    À l'occasion de la Saint-Jean, l'arbre est alors débité et dressé en bucher pour le traditionnel feu, ceci précédé de l'offerte de la pomme.

     

     

     

    Landes

    Dans les Landes, le premier mai est l'occasion de planter l'arbre de mai. Généralement, on le plante en l'honneur d'une personne : 18 ans, âge rond (20, 30 ...), retraite, naissance ... ou d'un groupe de personne (mariage).

    Traditionnellement, l'arbre (un pin décoré ou un « mai ») est planté devant la maison de la personne en son absence. Ensuite, celle-ci invite les gens et un pot est organisé (la « maillade » ou « mayade »). Plus tard, quand l'arbre meurt, et plus généralement à l'automne, l'arbre est enlevé et ceci est un prétexte à faire un deuxième apéritif ou une fête. En gros, cette tradition permet de renforcer les liens avec son voisinage comme lors des fêtes de quartier.

     

     

     

    Dans les villages de l'est de la France, le mai, arbre individuel, arbre d'amour

     

    L'arbre, le "mai".

    Le charivari, le matin du 1er mai. Il s'agit d'un jeune arbre ou d'un rameau, que les jeunes gens installent devant la porte ou contre le mur du domicile des jeunes filles à marier, dans la nuit du 30 avril au 1er mai (ou le dernier dimanche de mai dans certaines régions), pour les honorer.

    En remerciement, pour "arroser" leur mai, les filles offrent gâteaux et boissons - autrefois à titre individuel - de nos jours collectivement, prenant en compte le peu de disponibilité de la jeunesse, retenue à la semaine loin du village.

    La fontaine est également ornée d'un jeune arbre pour, selon la tradition orale, s'assurer qu'elle coulera durant toute l'année.

     

     

    Un langage était autrefois associé à l'essence de l'arbre :

    * l'églantier - tu es mon grand amour,

    * le charme - tu es charmante,

    * l'aulne - tu es belle,

    * le foyard (hêtre) – amour le plus profond,

    * le sapin – fille volage ou bêcheuse,

    * le sureau - fille inconstante,

    * le cerisier – fille facile...

     

    L'usage actuel, consensuel, est généralement le hêtre. Cette nuit est également mise à profit pour se défouler et effectuer un charivari, un chambardement :

    vacarme sous les fenêtres des personnes

     

    grincheuses, déplacement des objets les plus divers : pots de fleur, volets, portique, banc, matériel agricole, pile de bois...

    À chacun le lendemain de récupérer son bien !

     

    http://kittykouleurs.free.fr/images/tutos/muguet/muguet_2.gif

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • 6 personnes de plus par rapport à vendredi. Dans son dernier bulletin, l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire fait état de 19 cas confirmés de contamination au Covid-19 dans la région.

    Parmi les personnes malades, une personne est originaire de Mayenne, 5 personnes viennent du Maine-et-Loire, 4 personnes de Vendée, 4 de la Sarthe, et 4 de la Loire-Atlantique. 

    La cinquième personne traitée au CHU de Nantes est la femme de 58 ans, médecin dans l'Oise, venue dans la région rendre visite à sa mère.

    Les autres patients traités à Nantes sont des hommes âgés de 60, 50, 58 et 44 ans.

    Les chiffres sont ceux de samedi et depuis ils ont encore progressé

     

     

    ,

    mais ca n'empeche pas les gens de faire des provisions impressionnantes ....

    J'en ai vu se faire la bise, ou se serrer la main, mais bon ...

    Ce n'est quand meme pas difficile d'observer les gestes simples de précautions,

    on peut se passer de la bise de sa copine de gym ou de sa voisine !

     

     

     

    Comment allez vous vivre votre confinement ?

     

    La nouvelle est tombée hier soir, meme si on s'y attendait .....

     

     

    Je suis présidente d'un club de gym et je laisse derrière moi toute une association en suspens pour une durée indéterminée ...

     

    J'aime les gens, mais la solitude de me dérange pas, nous avons la grande chance d'avoir un jardin et nous pourrons faire du jardinage, enfin si le temps le permet

    Il y  tant de choses à faire chez soi, faire le grand ménage, ranger les armoires, ranger son ordinateur, son blog et trier ses photos, regarder des films, écouter de la musique,  la radio, lire,  arroser ses plantes vertes, téléphoner à ses vieux amis, bricoler, et meme dormir !

     

    En tout cas, j'ai la grande chance de ne jamais m'ennuyer, et le confinement je connais un peu, quand nous faisions du voilier et qu'il faisait mauvais temps nous devions rester au mouillage confinés dans un petit espace.

    Je pense meme aller faire un petit tour à la plage pour prendre l'air le matin quand il n'y a personne

    Et tout ca sans horaire !

     

    Et vous comment envisagez vous votre confinement ?

     

    Comment allez vous vivre votre confinement ?

    Si vous avez fait des provisions de papier WC planquer le !

    Comment allez vous vivre votre confinement ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires
  •  

     

     

     

     

    sur la route

    Premières lueurs du jour entre Nantes et Paris

    J'aime beaucoup cette atmosphère entre "chien-et-loup" quand il ne fait plus nuit et pas encore jour

    Mon plus beau souvenir, c'est l'arrivée en voilier à Calvi après une nuit en mer, le ciel rose, la brume sur les montagnes, l'atmosphère douce de la Corse

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

     

     

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

    sur la route

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  •  

     

     

     

    https://www.lefigaro.fr/lifestyle/la-bougie-du-sapeur-rallume-la-flamme-20200228#xtor=AL-201

     

    Une année bissextile est une année comportant 366 jours au lieu de 365 jours pour une année non bissextile.

    Le jour supplémentaire, le 29 février, est placé après le dernier jour de ce mois qui compte habituellement 28 jours dans le calendrier grégorien. Sauf cas particuliers précisés ci-après, les années sont bissextiles tous les quatre ans.

    Exemple d'années bissextiles : 2016, 2020, 2024, 2028 ou 2032.

    Règle actuelle :

    Depuis l'ajustement du calendrier grégorien, l'année sera bissextile (elle aura 366 jours) :

    si l'année est divisible par 4 et non divisible par 100, ou si l'année est divisible par 400. Sinon, l'année n'est pas bissextile (elle a 365 jours). Ainsi, 2016 est bissextile.

    L'an 2008 était bissextile suivant la première règle (divisible par 4).

    L'an 1900 n'était pas bissextile, car divisible par 100 mais non divisible par 400.

    L'an 2000 était bissextile car divisible par 400.

    Le calendrier julien, qui avait cours avant le calendrier actuel, ne distinguait pas les fins de siècles (années divisibles par 100).

    Une année était bissextile tous les 4 ans, sans autre exception.

    Le calendrier julien avait ainsi une année moyenne de 365,25 jours, au lieu des 365,2422 jours nécessaires au cycle terrestre. Ce qui a engendré l'accumulation d'une dizaine de jours de retard en quinze siècles. L'instauration du calendrier grégorien a permis d'une part de rattraper le retard en supprimant des jours, et d'autre part de ralentir le rythme en supprimant 3 années bissextiles tous les 400 ans. Ce calendrier grégorien offre selon les règles énoncées une année moyenne de 365,2425 jours, ce qui est encore un peu trop long, mais n'engendre qu'une avance de 3 jours en 10 000 ans.

     

     

    La Bougie du sapeur 

    Périodicité Quasi-quadriennale Genre Humoristique

    Prix au numéro 2 F (1980) 4,70 € (2016) Diffusion 200 000 (2016) ex. (29 février)

    Date de fondation 1980

    Ville d’édition Paris

    Directeur de la rédaction Richard Prideaux-Debuisson

    Rédacteur en chef Jean d'Indy

     

     

      Consultez la documentation du modèle La Bougie du sapeur ou la Bougie du Sapeur (la typographie du titre varie selon les numéros) est depuis 1980 un journal périodique humoristique français qui paraît tous les 29 février, soit quasiment tous les quatre ans (les années bissextiles).

    Sont déjà parus 9 numéros d'une vingtaine de pages.

    Le dernier date du 29 février 2012 et le prochain est prévu pour le 29 février 2016.

    Son nom a été choisi en hommage au héros de bande dessinée créé par Christophe, le sapeur Camember, personnage né un 29 février, dont on souffle donc les bougies d'anniversaire à cette date presque quadriennale.

    Le journal est tiré à 200 000 exemplaires et est distribué par Presstalis (ex.NMPP).

    Il a été fondé par Jacques Debuisson et Christian Bailly.

    Son rédacteur en chef est Jean d'Indy, également directeur de la publication.

     

     

     

     

    Fait amusant, à la fin du journal vendu 4 euros pièce, il y avait un encart à découper pour s'abonner pour tout le XXIe siècle pour 100 euros, jusqu'au numéro de 2012 où ces abonnements ont pris fin en raison de difficultés logistiques et de gestion.

    Depuis le quatrième numéro, en 1992, « est sans reproche… » est le slogan de La Bougie du sapeur (jeu de mots entre « sapeur » et « sans peur »).

    En 2004, en supplément du numéro 7, paraissait le numéro 1 de La Bougie du Sapeur - Dimanche, destiné à ne paraître que les 29 février qui sont aussi des dimanches (soit quasiment1 tous les 28 ans).

    Le prochain supplément accompagnera donc l'édition du dimanche 29 février 2032.

    De même, en 2008, est paru le premier numéro du supplément La Bougie du sapeur - Madame, qui cède en 2012 la place à un autre supplément, La Bougie du Sapeur-Coquine .

    Le dixième numéro en 2016 comprendra une rétrospective sur l'histoire du périodique.

    Pour le numéro 8 de 2008, ainsi que les suivants, les fonds récoltés ont été reversés à une association s'occupant d'adolescents atteints d'autisme.

     

     

    Dictons du 29 Février

     

    N'aie nulle peur de l'année bissextile, mais de celle d'avant et de celle d'après.

    En année bissextile, garde du blé pour l'an qui suit.

    L'année bissextile, soyez fin, semez du chanvre au lieu du lin.

    Quand février prend un jour, souvent de catastrophes il est lourd.

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique