•  

     C'était le 23 février  2019 on avait encore le droit daller en bord de mer vers 18 Heures ! le ciel était superbe

     

     

     

     

     

    Poésie d'une soirée de février

    Ce coucher de soleil était toute douceur dans des camaieus de roses, mauves et bleus, loin des tons flamboyants de la semaine dernière

     

    La mer mont et Chloé joue avec les vagues

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

     

     

    Poésie d'une soirée de février

    <br />

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  

     

     

    La résiliance

     

    J'ai mis un mot il y a quelque temps sur un état d'esprit chez moi qui m'intriguait c'est LA RESILIANCE"

     

    Malgré les coups durs de la vie j'arrive toujours à refaire surface sans dommage, je me posais des questions du genre suis je insensible au malheur ? Alors que d'autre se serait écroulé ... Je suis toujours au top, sans trop d'états d'ame ....

    En meme pas dix ans j'ai affronté la mort de mon chien (15 ans), de mon frère, de mon beau père, puis de ma mère, de mon père, de ma belle soeur chérie, et leur maladie, un déménagement dans un endroit que je n'appréciais pas, puis le départ en Australie de ma fille avec mes petites filles, mes douleurs physiques,  la maladie de mon mari, dernièrement le décès de ma tante qui m' était très proche.

    Pourtant je n'ai pas eu une enfance particulièrement calme avec un père pervers narcissique . Seulement depuis peu de temps j'ai mis un mot sur son comportement, car à l'époque on n'en parlait pas ! Ca m'a peut etre blindé comme on dit !

     

     

    La résiliance

     

     

    Divorce, deuil, licenciement... La résilience permet de se relever après un traumatisme. Explications avec une spécialiste.

    La résilience, qu'est-ce que c'est ?

    À l'origine, le mot " résilience " est issu... de la métallurgie. Un métal " résilient ", c'est un métal qui est capable de reprendre sa forme initiale après un choc.

    La résilience (côté développement personnel, cette fois), c'est exactement ça : une capacité à rebondir, à reprendre sa vie en main, à repartir de l'avant après un coup dur – le décès d'un proche, un licenciement, le diagnostic d'une maladie, un divorce difficile...

    La notion est née dans les années 1950 grâce à une Américaine, Emmy Werner, explique Cécile Garcia, coach et formatrice professionnelle spécialisée en résilience. Cette psychologue a observé les enfants des rues à Hawaï et s'est rendue compte que, si certains subissaient leur situation, d'autres parvenaient à se (re)construire malgré les difficultés. "

    La résilience, ça sert à quoi ? En clair, la résilience, ça consiste à prendre conscience des moments difficiles que l'on a vécus, à les accepter comme faisant partie de notre histoire et surtout... à " digérer " les émotions suscitées par ces événements traumatiques.

    Les personnes qui ne sont pas résilientes vont garder leurs " coups durs " en travers de la gorge durant des années, développe Cécile Garcia. Elles vont continuer à se poser des questions (Qu'aurais-je du faire ? Pourquoi moi ? Qu'est-ce que j'ai mal fait ?) et à " ruminer " leurs émotions négatives. Le problème, c'est que ce statut de victime a un impact direct sur la vie quotidienne : on peut notamment observer des troubles physiques, comme des douleurs chroniques"

    Cécile Garcia l'affirme : " ce ne sont pas les événements qui nous construisent, mais la perception qu'on en a ! "

    Comment développer sa résilience ?

    Je crois qu'à l'heure actuelle, nous avons besoin de développer notre résilience, affirme d'emblée la coach. Au quotidien, nous sommes soumis à des pressions constantes et le sentiment de sécurité est rare : j'ai l'impression qu'aujourd'hui, les " coups durs " sont plus fréquents qu'il y a 20 ou 50 ans – en particulier dans le monde du travail. En outre, nous vivons dans un monde où il faut " être fort " : face à un traumatisme, on nous dit d'avancer, de faire comme si tout allait bien. C'est une erreur qui peut gâcher le quotidien ! "

    Bonne nouvelle : la résilience, ça se travaille. " Je vous conseille de ne pas faire ça en solo : faites-vous aider par un(e) professionnel(le) ou aidez-vous de livres spécialisés, suggère Cécile Garcia. Pour développer sa résilience, il est nécessaire de sortir du tourbillon de ses émotions, et c'est un recul qu'il est difficile d'obtenir seul ! "

    Deux exercices pour (commencer à) développer sa résilience :

    A SUIVRE SUR CE LIEN

     

    https://www.femmeactuelle.fr/sante/psycho/resilience-quest-ce-que-cest-et-comment-faire-face-aux-traumatismes-2078759

     

    La résiliance

    La vie en rose !

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

     

     

     C'était l'année dernière, il était venu frapper à ma vitre,

    Les photos sont prises derrière les vitres de mon salon et j'ai pu l'observe un bon moment

     

    Malheureusement avec "Gavotte" les oiseaux ne s'aventurent plus trop dans le jardin, car c'est un chaseur redoutable !

     

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

    « Au feu ! au feu ! crièrent les moineaux.
    Au feu ! son plastron brûle !
    Qu’on déverse sur lui le seau
    De la petite Ursule ! »
    Mais calmement, le rouge-gorge
    Continuait à remuer
    Les pattes, la queue, le gosier
    Sans voir qu’il faisait flamboyer
    Autour de lui, l’hiver entier.

    (Maurice Carême, La Grange bleue, 1961)
     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

     

    Rouge gorge de mon jardin

     

    Le petit rouge-gorge

     

    Au fond de mon jardin,

    Il y a quelque chose qui bouge,

    Là bas près du chemin,

    Il y a quelque chose de rouge.

     

    Je m’avance peu à peu,

    Et n’en crois pas mes yeux,

    Un petit oiseau en vadrouille

    Est là, chez moi, qui gazouille.

     

    J’avance sans faire de bruit,

    Mince, le voilà qui s’enfuit.

    Vraiment, je suis dépitée.

     

    Alors, je me mets vite à crier,

    « Petit rouge-gorge reviens »,

    Hélas pour moi, il est déjà loin…

     

    Fanfan FL

     

     

    © Extrait de Poésie en Val de Loire

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  •  

    Le jaune breton

     

      le temps est tristounet en ce moment, mais tout ce gris est illuminé par le jaune sous toutes ses formes !

    Tiens en ce moment une bonne averse ! (la photo des jonquilles est de l'année dernière)

                                                       Ciré jaune breton

     

    LE JAUNE BRETON

     

     

     

     

     

    Les ajoncs d'or sur la cote

    L’ajonc d’Europe, arbuste épineux qui pousse naturellement dans les landes ne demande ni soins ni arrosage. Sa magnifique floraison fait merveille au printemps dans vos talus ou rocailles. Grâce à ses épines, il a toute sa place dans une haie défensive.

    Ajonc :

    Or breton, plante emblème de la Bretagne, Ulex L'Or de la Bretagne, l'Or breton : c'est l'ajonc.

    Expression bretonne :

    Une petite expression bretonne, très utilisée, pour qualifier une personne qui n'a pas toute sa tête, un peu niaise ou qui ne sait pas ce qu'elle veut : "etre lann a balann" qui veut dire : entre ajonc et genêt.

     

     

     

     

    "Les ajoncs éclatants, parure du granit,

    – Dorent l’âpre sommet que le couchant allume;

    – Au loin, brillante encor par sa barre d’écume,

    – La mer sans fin commence où la terre finit"

    José Maria de Herédia (soleil couchant)

     

     

     

     

     

     

    Symbolique:

    Il symbolise le renouveau, la promesse d'une nouvelle croissance, le délicat équilibre entre le jour et la nuit.

    Légende:

    Au moyen-age les ajoncs repoussaient les sorcières qui les avaient en horreur car ils représentaient la clarté opposée aux ténèbres. C'est la raison pour laquelle les gens apeurés chassaient ces femmes redoutées en agitant des ajoncs au-dessus de leur tête, et en frappant le sol tout autour de leur maison ou de leur cabane lorsqu'ils vivaient en forêt.

     

    Méditer sous cet arbre:

    Prés des ajoncs on peut méditer efficacement sur le passage de la nuit vers le jour, c'est-à-dire de l'espérance d'une illumination qui doit demeurer quoi qu'il arrive dans le cœur des hommes.

    Dans le langage floral:

    Vertus médicinales: L'ajonc est connu pour ses vertus émollientes et sédatives.

     

     

     

     LE MIMOSA

     

    Le phare de Bénodet

    http://www.bretagne.com/fr/les_photos_de_bretagne/le_phare_de_benodet_au_temps_des_mimosas

     

     

     

     

    Le jaune breton

     

     LA BRODERIE

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE JAUNE BRETON

     

    LE JAUNE BRETON

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

     

     

    Jeu de vagues

    Les vagues, la mer, au mois de février

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

     

     

    Jeu de vagues

    Le repos de la guerrière !

    Jeu de vagues

    Jeu de vaguesJeu de vagues

    Jeu de vaguesJeu de vagues

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires