•  

     

      http://mycenes.m.y.pic.centerblog.net/gu8lviud.jpg

    LES BOULES DE NOEL

     

    Histoire

     

    Depuis le XVIe siècle, les sapins de Noël étaient décorés dans l'Est de la France, avec des fleurs et des fruits, notamment des pommes.

    Mais, en 1858, une grande sécheresse priva les Vosges du Nord et la Moselle de pommes et de fruits en général, privant les sapins de Noël de ces décorations.

    Un souffleur de verre imaginatif de Goetzenbruck, petit village de l'est mosellan, essaya de trouver une solution à ce problème en soufflant des boules en verre. Ce souffleur de verre venait juste de créer une tradition qui se répandra dans le monde entier et qui perdure toujours. 

     

     

     

    Les boules de Noël en verre commenceront à se répandre grâce à l'usine Vergo (verrerie de Goetzenbruck) qui commença à les produire en grand nombre à la fin du XIXe siècle pour aller décorer les sapins de Noël du monde entier. Sa production passe alors de 80 000 exemplaires dans les années 1930, à 200 000 en 1950.

      http://yves.marsal.free.fr/atoutgifs/noel/y_boule_noel_34.gif

    En 1964, Vergo arrêta de souffler des boules de Noël car les usines de production automatisée offraient des boules beaucoup moins chères.

    En 1981, l'usine dépose le bilan et est rachetée par Pilkington pour y fabriquer des verres ophtalmiques (verres de lunettes). Depuis, la société a été rachetée par Sola optique (groupe Zeiss) qui en 2006 a décider de délocaliser l'unité de production au Mexique.

    Le volume de production de Industrie Optique Sola SA a été divisé par 6 entre 1995 et 2005. L'usine ferme fin 2005 suite à 4 exercices comptables déficitaires (3,2 millions € cumulé). 92 emplois sont supprimés.

     

     

    Depuis 1992, un Centre international d'art verrier (CIAV) perpétue ce savoir-faire à Meisenthal (Moselle).

      http://www.photos-de-noel.com/albums/Decorations-de-fetes/decoration-de-noel-4.jpg

     

     

     

    Autres matières:

    On trouve également des boules de Noël en plastique, en bois, en papier mâché, en polystyrène ou encore en sequins.

    De nouvelles boules plutôt high tech font leur apparition sur le marché.

    Aujourd'hui, on trouve de nombreuses boules avec des Led nécessitant en contrepartie des piles ou des batteries.

    Plus récemment, des boules de Noël fonctionnant par induction se développent. L'apport d'énergie fournie à la boule est transmis par un cercle d'induction placé autour du tronc du sapin, les piles et les batteries sont dès lors obsolètes et les boules sont commandées par Wifi directement sur son smartphone.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  • http://www.memoclic.com/5-1257-600x450/fond-ecran-le-trajet-du-sapin-de-noel.jpg

     

    En ces périodes un peu perturbées, ca fait du bien de retrouver une ame d'enfant et de s'émerveiller dant les décorations de Noel

     

     

     

    L'ARBRE DE NOEL

     

    Les Celtes considéraient le 24 décembre, comme le jour de la renaissance du Soleil. Ils avaient coutume d'associer un arbre à chaque mois lunaire, ils avaient dédié l'épicéa, qui était l'arbre de l'enfantement, à ce jour-là.

     

    Au XIe siècle, les fidèles avaient coutume de présenter des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis. L'arbre du Paradis était souvent symbolisé par un sapin garni de pommes rouges.

     

    C'est en 1521 que le sapin ou arbre de Noël ou encore arbre du Christ a été mentionné pour la première fois en Alsace. Il existe également des documents attestant d'une fête le 24 décembre

     

    Au XIIe siècle la tradition du sapin apparait en Europe, en Alsace. On parle alors de décorer les maisons avec des branches coupées 3 jours avant Noël. Il était répandu en Alsace et dans la région de Bâle. Il représentait à l'origine l'Arbre d'Eden dans les mystères joués la veille de Noël sur les bords du Rhin.

     

    Pour le décorer, on attachait des pommes à ses branches. Il existe également des documents attestant d'une fête le 24 décembre 1510 à Riga en Lettonie où des marchands dansaient outour d'un arbre décoré de roses artificielles avant de le brûler.

     

    En 1546, on parle sérieusement d'arbres de Noël quand la ville de Sélestat en Alsace autorise à couper des arbres verts pour Noël, au cours de la nuit de la Saint Thomas, le 21 décembre. Symbole de la vierge, les roses faisaient partie de la panoplie de décoration pour parer les sapins en Alsace au XVIe siècle, ainsi que des pommes, des confiseries et des petits gâteaux qui ressemblaient à des hosties. Les pommes avaient également une valeur symbolique, car sur l'ancien calendrier des saints, le 24 décembre était réservé à Eve et Adam, canonisés par les Eglises orientales.

    A l'époque l'église considérait l'arbre de Noël comme une pratique païenne et franc-maçonne. Et ce fût le cas jusqu'au milieu du XXe siècle. En fait, avant que la fête de Noel n'existe, il existait déjà un rite paien lors des fêtes du solstice d'hiver : on décorait un arbre, symbole de vie, avec des fruits, des fleurs, du blé. Plus tard, on accrocha une étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages.

    Dès lors il conquit peu à peu les communes protestantes d'Allemagne du nord et les grandes villes et occupa une place de choix dans les églises des deux religions. Une gravure de 1806, représente un sapin décoré avec des petits personnages, des animaux, des oiseaux et des gâteaux découpés.

      http://mycenes.m.y.pic.centerblog.net/b3k0lbko.gif

     

     

    En 1560, au moment de la Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin de Noël, arbre qui symbolise le paradis d'Adam et Eve et la connaissance du bien et du mal.

    La tradition du sapin de Noël se répand dans les pays d'Europe Protestante, en Allemagne et en Scandinavie. Au XVII et XVIIIe siècle on commence à voir des premiers sapins illuminés. Comme la cire était couteuse, on plaçait des coquilles de nois remplies d'huile à la surface de laquelle une petite mèche flottait ou des chandelles souples que l'on nouait autour des branches.

    C'est au XIXe siècle que le sapin de Noël prend son essor.

    Cette coutume de l'arbre de Noël arriva en Grande Bretagne dans les années 1840. La jeune reine Victoria et son époux le roi Albert le firent apprécier dans tout le pays. Les époux mirent l'arbre de Noël allemand avec ses lumières brillantes au centre de la fête familiale de Noël au château de Windsor.

     

    Il fit ensuite son apparition aux Etats Unis à la Maison Blanche.

     

    En France, l'arbre de Noël fut introduit à Versailles par Marie Leszcynska, femme de Louis XV en 1738. En 1837 Hélène de Mecklembourg, duchesse d'Orléans et d'origine allemande fait décorer un sapin aux Tuileries. Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays. Les Emmigrés d'Alsace-Lorraine font largement connaître la tradition du sapin aux français : "Là où il y a une famille alsacienne, il y a un sapin de Noël".

    A la fin du XIXe siècle tout le pays l'a adopté. C'est à partir de 1880 qu'on a pu voir les premières décorations avec des ampoules électriques aux Etats Unis. Mais c'était tout de même rare car au au début du siècle le prix d'une guirlande d'ampoules représentait un salaire hebdomadaire moyen.

     

     

    http://www.joyeux-noel.com/sapindecore.gif

     

     

    Décorations du sapin

    Jusque dans les années 1950 c'est l'Allemagne et les pays d'Europe de l'est qui restent le coeur de production des ornements d'art. Les artisans travaillaient de nombreaux matériaux comme le verre soufflé, filé, moulé, le métal, la cire et le bois. On fabriquait aussi des petits personnages en coton, des cheveux d'anges métalliques (origine lyonnaise). La boule de Noël qui décore les sapins est née à Meisenthal en Moselle. Traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, l'hiver fut si rigoureux qu'il n'y eu plus de pommes.

    Un artisan verrier eut l'idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d'autres fruits. La boule de Noël était née.

     

     

     

    TRUCS ET ASTUCES POUR QUE VOTRE SAPIN TIENNE PLUS LONGTEMPS

    Sachez que le sapin "Nordmann" perd moins rapidement ses aiguilles que l'épicéa.

    Pour que votre arbre se conserve bien, évitez de la placer près d'une source de chaleur et veillez à ce que la température de la pièce n'excède pas 19°C.

    Installez le dans un seau de sable mouillé, que vous humidifierez régulièrement. Enfin, vaporisez de l'eau quotidiennement sur l'arbre, hormis, bien entendu, si certaines décorations sont électriques.

     

     

     

    http://mycenes.m.y.pic.centerblog.net/h1bo5lne.gif

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • TRADITIONS DE NOEL D'ANTAN EN BRETAGNE

     

                                                                                                            

     

    http://chartierjulesmichel.blogspot.fr/2013/12/noel-en-bretagne-dans-la-traditions.html

    Elle était suivie avec assiduité en Bretagne et continue d'ailleurs de l'être car la tradition demeure bien souvent quelle que soit sa croyance religieuse.

    Aller à la messe pour nos ancêtres cela voulait dire faire plusieurs kilomètres à pied, de nuit, par tous les temps sur des chemins boueux... tout en chantant des cantiques de Noël....

    Avant de partir la famille partageait une collation de crêpes et allumait la bûche. En arrivant à l'Eglise illuminée par les cierges, la famille dépose son offrande au pied de la crèche, un gâteau, du beurre, des œufs, un panier d'osier, parfois un peu d'argent.

    Ceux qui restaient pour garder la maison et les animaux étaient chargés de disposer des couronnes de paille dans les champs autour de leurs pommiers pour s'assurer une belle récolte. On ne touchait jamais au gui réputé magique et sacré.

    Le 23 décembre, jour du solstice d'hiver était aussi chez les Celtes le" jour de la pierre brute", le jour où on cueillait rituellement le gui avec une faucille d'or.

                  

    Le Père Noël

    A l'époque où la pratique religieuse était très présente en Bretagne celui dont on espérait plein de bonnes choses était appelé Ar Mabig Jezuz, L'enfant Jésus Aujourd'hui le père Noël en Bretagne s'appelle Tad-kozh an nedeleg soit littéralement "le grand-père Noël"

     

     

    Les cadeaux de Noël.....

    Les plus anciens d'entre nous se souviennent que leurs cadeaux de Noël se limitaient souvent à un sucre d'orge ou un "petit jésus" en sucre ou encore une belle pomme rouge bien brillante, Les bonnes années les parents y ajoutaient une orange.

    Les enfants trouvaient leurs cadeaux dans leurs sabots le matin du 25 décembre, à condition qu'ils soient bien propres. Inutile de vous dire que jamais sabots n'ont été aussi bien astiqués que le 24 décembre au soir !

     

     

    Le réveillon.

    Au retour de la messe la famille réveillonne avec un repas légèrement amélioré.

    Soupe au pain, kig ha farz. On n'oubliait pas les animaux, qui avaient droit à une ration supplémentaire.

     

     

    La bûche de Noël.

    La bûche de Noël est un énorme bois de chêne, de hêtre, ou d’orme, un bois dur à combustion lente. La bûche était aspergée d'eau bénite et de sel avant d'être brûlée. La combustion pouvait durer plusieurs jours mais devait surtout chauffer la veillée de Noël après la messe. Les braises étaient recueillies car elles avaient des vertus médicinales. mais on prétendait aussi qu'elles protégeaient de la foudre, des serpents et qu'elles purifiaient l'eau de pluie. Les invités repartaient parfois chez eux avec un sabot plein de braises. ce qui leur permettait d'allumer le feu à leur retour chez eux....

     

     

    Une nuit magique.

    Les croyances anciennes sont particulièrement nombreuses. Au court de cette nuit de Noël aucun esprit satanique ne peut agir ni aucune sorcière surgir, les korrigans comme l'ankou se sont éloignés. Pendant la messe de minuit les animaux parlent "la langue de l'homme" dans leurs étables.

     

     

    http://www.noelistique.com/noel-2012/articles-2/noel-bretagne.html

    En Bretagne, les sabots de Noël n'étaient bien souvent garnis que de pommes rouges, appelées "pommes du paradis" ou d'une orange, la "pomme d'orange".

    Bien avant le IVème siècle, date à laquelle l'Eglise institua la fête de Noël, le 25 décembre était fêté par les Celtes qui célébraient Mithra, le dieu solaire.

    La tradition du sapin de Noël a toujours existé en Bretagne, puisque les Celtes le dédiaient au jour de renaissance du soleil et l'appelaient “l'arbre de l'enfantement” !

    Les enfants, les petits « Noëlloux » scandaient de porte en porte le même refrain : « Chantons Noël pour une pomme, pour une poire, pour un petit coup de cidre à boire » et leur chant était récompensé par quelques sous ou par des friandises.

     

    Les bretons, profondément catholiques, n'oublient pas pour autant leurs racines Celtes. Ainsi, avant de partir pour la messe de minuit, ils allumaient la bûche de Noël, une bûche enrubannée et aspergée d'eau bénite et de sel.

      Parmi les légendes, une raconte que Noël est une nuit magique et qu'au moment où sonnent les douze coups de minuit des phénomènes étranges se produisent :

    on entend le son des cloches des villes englouties et on peut voir des menhirs sortirent de terre pour, aller boire l'eau des sources.

    Passés les 12 coups de minuit, ils retournent sagement chez eux.

     

    Parmi certaines coutumes et croyances, il existe une qui raconte que pendant la messe de minuit, au moment de la consécration, une chandelle s'allume partout où un trésor est caché. A la même heure, l'eau des puits et des fontaines se change en vin.

    Autrefois, la veille de Noël, on mettait dans l'âtre une bûche neuve qui devait brûler sans interruption jusqu'au nouvel an, ou jusqu'à la fête des rois. On raconte que le tison de la bûche de Noël préserve de la foudre. On en mettait donc sous les lits pour protéger la maison des colères du ciel.

    Dans la nuit de Noël, on raconte que des mégalithes changent de place. Dans certains endroits, on a vu des menhirs qui vont boire au ruisseau quand les cloches sonnent la messe de minuit. D'autres menhirs sont soulevés par des oiseaux et laissent apparaître un trésor. C'est une nuit de privilèges où aucun esprit malfaisant ne peut surgir, nul maléfice, nulle sorcière ne peut agir .

    Certaines personnes, restées à la maison pendant la messe, disposaient des couronnes de paille dans les champs autour des pommiers pour assurer une belle récolte.

    On ne touchait jamais au gui, réputé magique et sacré !

    En Haute-Bretagne, il y a un marais près d'une fontaine où, d'après la tradition, sont enfouies des cloches qui sonnent toutes seules pour appeler à la messe de minuit le 25 décembre.

    Autrefois, on chantait beaucoup à Noël. Chaque année, dans certains villages de Haute-Bretagne, les rois mages revivaient dans la personne de trois jeunes gens de la commune, qui revêtaient leurs habits de fêtes et les couvraient de rubans pour annoncer la venue du messie, le soir, dans les chaumières.

     

     

     

    UN PEU DE VOCABULAIRE

    Le Père Noël peut s’appeler de différentes manières, traditionelement on disait "Mabig Jezuz" (le petit Jésus).

    Les appellations les plus courantes sont "Tad Kozh ar Pellgent" (Grand père de l’aurore) et "Tad Kozh an Nedeleg" (Grand père de Noël).

    Certains utilisent l’appellation "Tad Nedeleg" qui est une traduction mot à mot de "Père Noël" mais qui n’a jamais été employée par les Bretonnants.

    » Le Réveillon de Noël s’appelle "Ar Fiskoan", mot composé de "Fest" (fête) et de "Koan" repas du soir). »

    La Messe de Minuit se dit "Oferenn ar Pellgent" »

    La buche de Noël, celle qui se met dans l’âtre (an oaled), peut s’appeler de différente manières :

    - An etev Nedeleg - Kef an Nedeleg - Tos an Nedeleg - Skod an Nedeleg

    Source Kevrenn La Rochelle

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

    EN ATTENDANT NOEL

     

     


     

     

     

     






    LES DICTONS DU JOUR

    le jour de l'Immaculée ne se passe jamais sans gelée

    chaque chose en son temps, les navets et les choux pour le mois de l'Avent



                                                                            


    LE SAVIEZ VOUS ?
    Les premiers chants de Noel, appelés"des noels" furent ceux des anges pour annoncer la Bonne Nouvelle, la naissance de l'enfant Jésus.


    Autrefois, dans les campagnes, on entonnait ces cantiques pour chasser les mauvais esprits de l'hiver.





      UNE PETITE HISTOIRE

    Jadis à Matignon (Cote d'Armor) et à Ploubalay, la veille de Noel, les garcons se réunissaient et, portant sur l'épaule de grands batons et des bissacs, ils allaient frapper à la porte des métairies.

    Qui est là ? demandait-on

    Le Hoguihanneu, répondaient les gars.
    Ils chantaient quelque chose et, pour les remercier, on leur donnait un morceau de lard.
    Ils l'enfilaient dans le baton pointu de l'un d'eux, et ce lard était réservé pour un repas qui se nommait le "Bouhiho".

    Paul Sébillot "Coutumes populaires de la Haute Bretagne"

                                          

     

    UN CONTE BRETON

    Savez-vous que chaque année, la nuit de Noël, entre le roc Trédudon et le Tuchen Kador, si l’on retient bien son souffle, on peut entendre une étonnante conversation entre l’ajonc et la bruyère.

    OUI! Tous les ans ils se racontent la même histoire.

    Une histoire qui remonte au temps où de magnifiques forêts habillaient les pentes et les crêtes aujourd’hui dénudées, des Montagnes D’Arrée; il n’y a pas si longtemps d’ailleurs. C’était en l’an 752 de la formation de Rome.

    Cette nuit-là, portée par un léger vent de sud-est ou peut-être par un ange, une rumeur parcourut la forêt comme un frisson. D’arbre en arbre on se la répétait car c’était vraiment une bonne nouvelle. Et elle disait cette rumeur :

     

     

     

     

    » Là-bas par delà les horizons à Bethléem en Palestine, le sauveur vient de naître ». Cette nouvelle fit tellement chaud au cœur des arbres que le givre qui recouvrait leurs branches, se mit à fondre. Depuis le temps qu’ils attendaient cette bonne nouvelle!!! Immédiatement plusieurs furent d’avis qu’il fallait absolument y dépêcher une délégation.

    OUI! Les Monts d’Arrée se devaient d’être représentés à Bethléem. On tint conseil pour choisir les délégués. A tout seigneur, tout honneur! Bien sur, on proposa donc au chêne de conduire la délégation. Mais le roi de la forêt fit observer qu’il ne pouvait pas en conscience accepter cet honneur. Impossible d’abandonner son peuple disait-il!

    Lui, parti ce serait le chaos!

    En réalité, Il craignait que l’on s’habituât à se passer de Roi! On se tourne alors vers le doyen, un if multi centenaire…et encore plus savant que vieux. Mais L’if, non plus n’était pas intéressé. ! Il n’avait plus rien à apprendre depuis longtemps! Surtout pas de ces pauvres pays de sable ou rien ne poussait.

    Le hêtre l’Orme et le Merisier se dérobèrent aussi, prétextant que les gens avaient besoin de bons sabots et de beaux meubles.

    Finalement on se rabattit sur le sapin, l’ajonc et la bruyère …

    Les bons à rien quoi! Les petits, les sans-grades. Eux, acceptèrent de bon cœur, simplement étonnés que pour une fois on ait pensé à eux! Le cœur battant, ils prirent la route.

    OH! Que ce fut long! Que ce fut long!

    Surtout pour l’ajonc et la bruyère qui même ne allongeant le pas, avaient bien du mal à suivre le sapin. Horizon après horizon, ils parvinrent enfin à Bethléem.

     

     

     

    Et là, ma foi, ils firent les choses à leur manière avec une telle discrétion que les évangiles ont oubliés de mentionner leur visite. Donc les voilà à Bethléem! Toute rougissante, la petite bruyère félicita Marie en s’offrant elle-même en un ravissant bouquet. L’ajonc se laissa brouter par l’âne qui n’avait jamais rien manger d’aussi bon….

    De mémoire d’âne on n’avait jamais fait un tel réveillon….

    Quant au sapin, il sacrifia sa plus belle branche pour que Joseph, qui était menuisier dit-on, fabriquât un bon berceau pour l’enfant. Ce n’était pas humain pensait-il de laisser un enfant de Dieu dans une mangeoire! Même pas un enfant d’homme d’ailleurs. Ils demeurèrent quelques jours à Bethléem, heureux, tout à fait à l’aise avec la sainte famille.

    Dame! On était entre pauvre gens!

    Leur mission accomplie, ils s’en retournèrent au pays, racontant partout, en cours de route, la Bonne Nouvelle :

    Dieu est venu chez nous disaient-ils. Nous l’avons vu. Maintenant il sera toujours avec nous. Et tous les petits, les pauvres, les méprisés, toute l’humanité souffrante, les affamés, les mitraillés, les torturés, les opprimés, les sans-travail et les sans amour sentirent monter en eux un sentiment qu’ils ne connaissaient plus depuis longtemps et c’était l’espérance. On leur posait tellement de questions qu’ils étaient embarrassés pour répondre.

    Faut comprendre!

    Ils n’avaient pas été au Séminaire ou à l’université, ils ne savaient pas dire les choses comme on les dit dans les sermons. Ils disaient par exemple » Vous savez le fils de Dieu, il n’a pas l’air d’un Dieu, il a l’air d’un homme. Alors si on ne sait pas voir, on ne peut pas le reconnaître. Et ce serait vraiment dommage!

    Voilà l’histoire que se racontent encore le soir de Noël, l’ajonc, la bruyère et le sapin des Monts d’Arrée. Et bien sur nous comprenons pourquoi la bruyère, l’ajonc et le sapin ne perdent pas leurs feuilles en hiver.

    C’est qu’ils sont devenus immortels comme Dieu.

    Comment ne pas être heureux de cette bonne nouvelle!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  •  Je les ai testés et ils sont vraiment très pratiques et je pense qu'ils pourront etre réutilisés

     

    J'ai trouvé cette offre sur internet et je dois dire celà doit sérieusement simplifier la corvée des paquets cadeaux et en plus, c'est "recyclabe" ce mot est à la mode en ce moment

    Marre d'emballer vos cadeaux de Noël les uns après les autres ?
    Grâce à ces sacs cadeaux, plus besoin de s'embêter
    ✔️ Contient 30 sacs cadeaux avec de superbes motifs différents
    ✔️ Rapide et simple d'utilisation, cela devient amusant de faire les paquets
    ✔️ Réutilisables, ils ne se déchirent pas comme le papier classique

     

     https://fydzy.com/products/nouveau-emballages-de-noel-innovants?fbclid=IwAR10vcvUQmsovTkgdM7-suiDAci1c_n7iujp4RcsJEcJGOGV9JmdjhbuyKw

     

    L’ensemble contient 30 sacs avec plusieurs motifs de 3 tailles différentes:
           -Taille M: 32 x 24 cm (2 motifs, 5 pièces pour chacun). 
           -Taille  L  48 x 30 cm (2 motifs, 7 pièces pour chacun).
           -Taille XL: 60 x 44 cm (2 motifs, 3 pièces pour chacun).

    Ne ratez plus vos emballages cadeaux ! 

    Les fêtes de Noël approchent. Pour préparer vos cadeaux, choisissez les kits d'emballages assortis, un ensemble de 30 pièces. Ces créations avec leurs motifs captivant et aspects en forme d'œuf de chocolat, sont parfaits pour vous aider à impressionner vos proches.

    Des sacs joliment imprimés et attrayants, un esprit de fête au rendez-vous. Les paquets cadeaux reflètent parfaitement l’esprit de Noël. Ils servent également de décoration sur le pied de votre sapin.

     

     



    Des sacs très pratiques, robustes, durables car réutilisable et recyclables fabriqués en aluminium de qualité supérieure, pouvant supporter des charges lourdes.

    Écologiques, faciles à utiliser, glissez les cadeaux à l’intérieur et fermez l’emballage en faisant un joli nœud. Un produit fonctionnel, vous aurez tous vos cadeaux bien empaquetés en quelques secondes.

     

    Embellissez le cadeau en lui donnant un aspect spécial. Convient pour offrir tous types de cadeaux (bijoux, jouets, peluches, chocolats, friandises de Noël etc...)

    Posés au pied ou dans les branches de votre arbre de Noël ces sacs cadeaux pourront le rendre plus beau et plus festif.

    Gagner du temps est un jeux d'enfant.
    Plus de scotch qui se colle au mauvais endroit, le gaspillage de papier suivant la taille du cadeau ...

     



    Le pack est vendu en lot de 30 pièces, avec des dimensions variées.

    Il est composé de petits emballages, qui sont adaptés pour les petits cadeaux ou encore les bonbons, les chocolats et les sucreries.

    Le lot comprend également des sacs moyens et larges. La taille maximale de l’emballage assure une grande capacité de rangement.

     

    Garantie de Satisfaction à 100%

    Si vous n'êtes pas satisfait à 100%, faites-le nous savoir et nous vous  proposerons de renvoyer les sacs d'emballages cadeaux contre un remboursement complet ou un échange si vous le souhaitez, n'hésitez pas à nous contacter.

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires