•  

     

    L'été approche à grands pas, que nous réserve-t-il ? Soleil, chaleur voire canicule ou pluie et fraîcheur ? La réponse que les vacanciers attendent !

     Guillaume Woznica18 Mai 2019 - 07:49 UTC
    Soleil et chaleur devraient s'imposer dès le début du mois de juin...

    Pour certains, le printemps se fait attendre, pour d’autres, il est temps que l’été arrive… Le ciel chaotique et instable de ces dernières semaines explique sans nul doute la lassitude et l’impatience qui reviennent régulièrement dans les conversations météorologiques au marché ou chez le coiffeur ! L’anticyclone explique en partie cette situation car il est trop éloigné de l’ouest de l’Europe ou pas suffisamment costaud pour nous offrir une véritable période de beau temps durable. Mais bonne nouvelle, la situation va progressivement changer pour l’arrivée de l’été météorologique dans moins de deux semaines…

    Retour durable de l’anticyclone dès la fin mai

    À partir de la fin du mois de mai, la situation météo devrait changer à l’échelle de l’Europe avec le retour à une configuration typiquement de saison. Ainsi, l’anticyclone des Açores va s’étirer jusqu’à la France, une position habituelle à cette période de l’année. Notre pays sera donc protégé des perturbations venues de l’Atlantique avec un temps globalement plus sec que la normale pour ce mois de juin. Les précipitations s’annoncent donc discrètes, en particulier du sud-ouest au centre-est où plusieurs départements sont déjà en alerte sécheresse. Le déficit de pluie devrait être moins marqué près de la Manche et surtout entre la Côte d’Azur et la Corse où des gouttes froides italiennes pourraient apporter de fréquentes averses. Côté températures, l’excédent devrait afficher entre +1 et +1,25°C.

    Dans la continuité du 1er mois de l’été, les hautes pressions devraient continuer à s’étendre en juillet, formant ainsi une véritable barrière anticyclonique depuis la Péninsule Ibérique jusqu’à l’Europe centrale. Ainsi, le temps s’annonce chaud, probablement plus que la normale avec un excédent qui pourrait ponctuellement dépasser +1,5°C, notamment de l’Occitanie à la Bourgogne. Avec des perturbations absentes et des orages très discrets, le déficit de pluie s’accentuera dans l’ouest et de l’Auvergne au Jura alors qu’il sera un peu moins marqué sur l’île de beauté.

     

     

     


     

    https://www.tameteo.com/actualites/previsions/tendance-de-l-ete-entre-secheresse-et-canicule.html?fbclid=IwAR2GgPzoCeobwtGM0KFsNUmPF1kA8iGMcgQuyyQ6-VhtYDpz-FI-HRau4lw

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

    Une sécheresse s’accentuant au fil de l’été

    Pas de véritable changement de temps en perspective pour le mois d’août, de quoi ravir les vacanciers mais de quoi aussi inquiéter les agriculteurs. A l’image de l’été dernier, l’anticyclone restera solidement positionné sur une grande partie de l’Europe, depuis le Proche Atlantique jusqu’au sud de la Russie. Le temps s’annonce donc toujours aussi sec avec un déficit uniforme sur tout le territoire alors que les températures continueront d’afficher un niveau (trop) élevé pour la saison avec un excédent de +0,5°C en bord de Manche et +1°C en moyenne ailleurs, voire +1,5°C dans les régions les plus méridionales.

    Avec une météo souvent ensoleillée et des pluies peu présentes, le spectre de la sécheresse pourrait s’inviter dans de nombreux départements, 11 d’entre eux sont d’ailleurs déjà concernés par des mesures de restrictions d’usage de l’eau. Autre question, plus délicate à cette échéance, allons-nous connaître une ou plusieurs vagues de chaleur ou canicules ? Si pour l’instant, il est impossible de répondre avec certitude à cette question, le risque est bel et bien d’actualité en raison d’une configuration météorologique propice au flux de sud à sud-ouest, apportant ces masses d’air chaud voire très chaud. A suivre dans les prochaines semaines…

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

    Marée basse sur les falaises de Piriac au Castelli

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

    Quelle météo pour l'été ?

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

      http://www.atome77.com/images/articles/affiche-fete-du-pain.jpg

     

     

    - - - Pourquoi la Fête du Pain se déroule-t-elle toujours à la mi-mai ?

    Parce que la Fête du Pain débute le lundi qui précède le 16 mai, jour de la Saint-Honoré, patron des boulangers, pour se terminer le dimanche suivant.

     

     

    Entre le 13 et 19 mai, la France fête le pain ! Cette 24ème édition sera basée sur le savoir-faire unique des artisans boulangers. Le pain c'est tout un symbole pour les Français, alors on profite de ces quelques jours pour honorer et mettre en avant un produit du quotidien que l'on aime tous.

     

    Le pain, on lui fait sa fête du 13 au 19 mai 2019 © Gustavo Andrade - 123RF

     

    Chaque année, c'est plus de 6 milliards de baguettes qui sortent du four de nos artisans boulangers. Pour soutenir ce savoir-faire et la culture du pain, on célèbre depuis maintenant 24 ans "La fête du pain". Cette année, les festivités se dérouleront dans le 4ème arrondissement de Paris, Place Louis Lépine. A cette occasion les 13, 14 et 15 mai seront dédiés au concours national de la meilleure baguette de tradition française. Des boulangers s'affronteront sous vos yeux. La fête du pain, c'est aussi échanger et découvrir avec des professionnels passionnés dont le but est la transmission et la mise en avant d'un métier et de valeurs uniques pour les nouvelles générations. Les boulangers ont à cœur de partager leur savoir pour qu'il perdure le plus longtemps possible. Dominique Anract, Président de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française l'affirme : " La France a de la chance et les Français sont très attachés à leur baguette".

    Boulanger, plus qu'un métier un savoir-faire

    Le prochain objectif pour les boulangers c'est de voir inscrit "les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain" à l'Unesco. Tous les événements en l'honneur du pain permettent de ne pas oublier la complexité qui se cache derrière le métier de boulanger et la confection d'une baguette. 

    Pour un bon pain, un bon boulanger. Le pain demande beaucoup de temps et de technicité. Il faut connaitre les quantités des ingrédients et leurs variations en fonction de la météo. Un froid sec, l'humidité, de fortes chaleurs et le boulanger se doit d'adapter ses dosages. La texture de la pâte est très importante, rien qu'au toucher l'artisan boulanger connaît "l'humeur" de son pain.

    Il faut aussi savoir laisser du temps au pain, plus il se repose, meilleur il est, un peu comme nous, nan ? Les ingrédients utilisés sont très simples et on les retrouve partout mais la réalisation est complexe, il se cache beaucoup de choses derrière une baguette à 1 euro et chaque artisan boulanger à ses petits secrets.

    Plein phare sur une boulangerie artisanale bretonne

    © TYVORN

    A Rennes, Nicolas Vauchier est aux commandes de "Ty Vorn", la 1ère boulangerie traditionnelle indépendante dans une gare. Il met en avant une boulangerie bretonne utilisant des produits locaux de A à Z. "Dans ce métier ce qui est passionnant, c'est de travailler avant tout la "matière vivante" explique l'artisan. C'est en cherchant les meilleurs produits, en favorisant les confections traditionnelles que les boulangers nous montrent que ce métier à encore de belles années à venir. Ses spécialités pour le moins originales : la baguette au sarrasin, le pain Rugbrod à la farine de seigle, ou encore le pain à la farine d'épeautre. Dans cette boulangerie, vous êtes sûr de trouver votre bonheur chaque mois avec un "pain spécial". L'occasion de découvrir de nouvelles saveurs...

    En attendant de se rendre en gare de Rennes, faire son propre pain chez soi est tout à fait possible, alors si vous souhaitez tenter l'expérience et mettre la main à la pâte jetez un œil à nos recettes ci-dessous.

    Comment bien conserver du pain ?

    Pour redonner de la fraîcheur à votre baguette et/ou pain de campagne, plusieurs techniques existent. Enrobé d'un tissu, placé au frais ou même congelé... On vous donne toutes les astuces pour le conserver au mieux. Tour d'horizon.

    Psss… on  vous donne encore quelques astuces pour un pain maison réussi 

    • La quantité de levure fraîche utilisée peut varier entre l'hiver et l'été, si vous êtes en plein hiver alors vous devrez augmenter de quelques grammes la quantité de levure et inversement si vous êtes en été (en effet la chaleur est propice à la poussée de la pâte).   
    • L'ordre des ingrédients est lui aussi très important. Commencez par la farine, puis l'eau et mélanger. Disposez d'un côté le sel et de l'autre la levure (ils ne doivent pas se toucher au risque que le sel ne tue la levure). Puis, mélangez le tout ensemble.
    • Pour la poussée il est important que le pain soit bien installé, il doit être "sur le dos" (coté lisse en dessous et s'il y a une partie du pain qui est ouverte elle doit se trouver sur le dessus).
    • Après la poussée lorsque vous retravaillez le pain pour lui donner sa forme définitive il est possible d'ajouter un mélange de farine et de grains de semoule sur le dessous de la pâte. Ce mélange permet d'apporter une belle coloration sous le pain à la sortie du four.

    Informations pratiques :

    Le TYVORN
    Gare de Rennes, 35000 Rennes
    Ouvert 7 jours sur 7 de 5h30 à 21h

    https://cuisine.journaldesfemmes.fr/gastronomie/2526302-le-pain-on-lui-fait-sa-fete-du-13-au-19-mai-2019/

     

     

     

     

     

     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  •  

     Les saints de glace 2019Les saints de glace 2019

    La date des Saints de Glace 2019

    Les saints de glace ou « saintes glaces » correspondent à une période climatologique située, autour de la saint Mamert, la saint Pancrace et la saint Servais, qui sont fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année. Les Saints de Glace 2019 tomberont donc un samedi, dimanche et lundi. Attention, une période de gel peut encore être observée jusqu’au 25 mai.

    Beaucoup de jardiniers vous le diront :

    mieux vaut attendre que les Saints de glace soient passés pour repiquer les plants en pleine terre. Attention tout de même, une période de gel peut encore être observée jusqu’au 25 mai. La période des saintes glaces correspond à la fin d’une autre période observée par les jardiniers, celle de la Lune Rousse.

     

     

     

    Selon le dicton, « Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace ». Les Saints de Glace ont épargné vos jardins en 2017 et 2018. Cela sera-t-il encore le cas cette année le 11, 12 et 13 mai prochains ? Découvrez nos prévisions météo réactualisées sur le risque de gel tardif pour mi-mai.

     

     
     

     

    Selon notre tendance, la configuration météo prévue pour la période des Saints de glace 2019 pourrait être plutôt anticyclonique, ce qui serait synonyme de beau temps.

    L'orientation des vents varie en fonction de la position précise de ces hautes pressions, ce qui reste encore à déterminer précisemment. Le niveau des températures dépendra de ces paramètres.

    On constate depuis le début de ce printemps un temps particulièrement changeant, avec des récurrences de coups de fraîcheur et même du gel tardif.

    On peut donc craindre, si les nuits sont dégagées, une petite fraîcheur matinale sans forcément atteindre le seuil du gel. C'est à priori ce qui pourrait caractériser ces Saints de Glace 2019, à savoir des matinées fraîches avant un redoux.

    L'arrivée possible des perturbations atlantiques pourrait même faire disparaître ce risque.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Urbain, Pancrace, Servais et Mamert, ces saints oubliés d'un autre temps sont aujourd'hui célèbres pour beaucoup de jardiniers.

     

    Appelés saints de glace, ils ont une véritable histoire et représentent des dates à retenir en mai.

     

    Les saint de glace 2017

     

    L'histoire:

     

    Il faut remonter jusqu'en 500 ans après Jésus-Christ pour retrouver les premières traces de ces croyances liées aux saints de glace. À cette époque, les gens priaient saint Mamert pour qu'il protège les cultures et les plantations. N'obtenant pas toujours gain de cause, ils constatèrent que le temps se dégradait, cette baisse des températures intervenant toujours à la même période et pouvant aller jusqu'au gel.

     

    Initialement, ce furent saint Mamert (archevêque de Vienne), saint Pancrace, saint Servais et saint Urbain les premiers saints de glace.

     

    Les saints de glace changèrent de nom au fil de l'évolution des religions et des calendriers.

     

    Les saint de glace 2017

     

    Aujourd'hui, les saints de glace sont :

     

    sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande.

     

    Les scientifiques ont évidemment une toute autre interprétation et considèrent, grâce à des observations astronomiques, que la Terre arrive, à cette période de l'année, dans un espace où les poussières stellaires seraient plus importantes.

     

     

     

    Les saint de glace 2017

     

    Les dates des saints de glace:

     

    Si le nom des saints de glace a changé, les dates quant à elles restent fidèles aux origines. Il s'agit des 11, 12 et 13 mai. Une quatrième date, le 25 mai, est souvent évoquée et correspond au vieil adage : Mamert, Pancrace, Servais sont les trois saints de glace, mais saint Urbain les tient tous dans sa main.

     

    Ces saints ont chacun non seulement leur date mais également leur dicton :

     

    le 11 mai, "Attention, le premier saint de glace, souvent tu en gardes la trace",

     

    le 12 mai, "Saint Pancrace souvent apporte la glace",

     

    le 13 mai, "Avant saint Servais point d'été, après saint Servais plus de gelée".

     

    Le 25 mai, qui n'est pas un saint de glace mais qui y est rattaché, indique : Mamert, Pancrace et Servais sont des saints de glace, mais saint Urbain les tient tous les trois dans sa main.

     

     

     

    Les saint de glace 2017

     

    Le calendrier du jardinier du mois de mai:

     

    Le joli mois de mai est idéal pour la plantation des fleurs et le semis des plants de légumes.

     

    Alors toutes au jardin !

     

    Les saint de glace 2017

     

     

     

    Que faire au potager en mai ?

     

    Au mois de mai, le printemps bat son plein.

     

    La nature s'est réveillée depuis plusieurs semaines et déjà la chaleur peut ponctuellement faire son apparition, prémices de l'été approchant. Il y a beaucoup à faire au potager !

     

    La rédaction (Rédaction Jdf) JournalDesFemmes.com

     

     

     

     

     

    DICTONS

     

      « Saints Mamert, Pancrace et Servais sont toujours des saints de glace. »

    « Attention, le premier des saints de glace, souvent tu en gardes la trace. »

    « Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace. »

    « Avant Saint-Servais, point d'été ; après Saint-Servais, plus de gelée. »

    « Quand il pleut à la Saint-Servais, pour le blé, signe mauvais. »

    « Saint-Servais quand il est beau, tire Saint-Médard de l'eau. »

    « Quand la Saint-Urbain est passée, le vigneron est rassuré. »

    « Mamert, Pancrace, Servais sont les trois saints de Glace, mais Saint-Urbain les tient tous dans sa main. »

    « À la Saint-Georges sème ton orge, à la Saint-Marc c'est trop tard. »

    « Saint-Servais, Saint-Pancrace et Saint-Mamert font à trois un petit hiver. »

     

    http://pourleplaisir72.p.o.pic.centerblog.net/8x1bmo69.gif

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  Quelle tristesse... « Notre-Dame est aujourd’hui déserte, inanimée, morte. On sent qu’il y a quelque chose de disparu » - mais « cette vieille reine » renaîtra. Victor Hugo

     

    Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient étaient extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée." Ces mots auraient pu être écrits lundi soir, alors que la cathédrale Notre-Dame était en proie aux flammes.

    Un incendie, parti des combles vers 18h50 a ravagé la charpente, une large partie du toit et entraîné la chute de la flèche. Pourtant, ces lignes ont été rédigées il y a presque deux cents ans. La scène avait été imaginée par Victor Hugo en 1831, dans son chef-d’œuvre Notre-Dame de Paris.

    A SUIVRE sur le lien ...

    https://www.lejdd.fr/Societe/hugo-piaf-picasso-aragon-quand-notre-dame-de-paris-inspire-les-artistes-3892847

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

    Janvier nous prive de feuillage ; Février fait glisser nos pas ; Mars a des cheveux de nuage, Avril, des cheveux de lilas ; Mai permet les robes champêtres ; Juin ressuscite les rosiers ; Juillet met l'échelle aux fenêtres, Août, l'échelle aux cerisiers. Septembre, qui divague un peu, Pour danser sur du raisin bleu S'amuse à retarder l'aurore ; Octobre a peur ; Novembre a froid ; Décembre éteint les fleurs ; et, moi, L'année entière je t'adore !.

    Calendrier -

    Rosemonde Gérard

     

     

     

    Le sens caché des fleurs de cerisier au Japon

    Si aujourd’hui, la fleur de cerisier (sakura) s’apparente à la joie et à la bonne humeur grâce aux festivités d’Hanami qui se tiennent habituellement de fin mars à début avril dans la partie médiane du pays, elle jouit en réalité d’une symbolique beaucoup plus complexe.

    Tour à tour artistique, philosophique ou meurtrière, la fleur de cerisier se révèle être un symbole identitaire millénaire, emblématique de la culture japonaise.

    Giapponesi fanno le foto ai fiori di ciliegio

    Un symbole issu d’une longue tradition philosophique

    Instituée au sein de l’aristocratie sous la période Heian (794-1185), la contemplation des cerisiers, dite Hanami, est avant tout l’héritière d’un mouvement philosophique historique, le Mono No Aware.

    Signifiant, « le pathos des choses », ce courant prône la beauté de l’éphémère : mélancolie du temps qui passe, apologie de la nature, le Mono No Aware invite à s’émerveiller de l’instant présent.

    Et, qu’y a-t-il de plus éphémère qu’une fleur ? Épanouies le matin, fanées dès la nuit tombée, ces beautés passagères ont su charmer les nobles de l’époque qui firent coutume de venir les admirer à chaque printemps, popularisant ainsi les jeux intellectuels sur les thèmes des fleurs cerisiers et de la fugacité de l’existence.

    En effet, d’une longévité de deux semaines, les fleurs de sakura sont une allégorie parfaite du cycle de la vie. Elles naissent, vivent, et fanent à l’image des hommes qui finissent indubitablement par disparaître à leur tour.

    C’est pourquoi, Hanami reste encore aujourd’hui un appel à l’introspection. Quel est le sens de notre existence ?

    A-t-on fait les bons choix ?

    Les fleurs de cerisiers nous rappellent que la vie est courte et qu’il faut profiter de chaque instant avec ceux qui nous sont chers, comme en témoigne la photographe canadienne Helen, auteur du blog Not Without My Passport :

    «  Pourquoi ne s’émerveille-t-on pas de notre temps passé sur terre avec la même joie et la même passion ? Pourquoi ne savoure-t-on pas la vie quand celle-ci peut prendre fin à tout moment ?

    Pourquoi néglige-t-on la grâce qui nous entoure : au sein de notre famille, dans le sourire d’un inconnu, dans le rire d’un enfant, dans les saveurs nouvelles d’un plat ou dans l’odeur de l’herbe ? Les fleurs de cerisiers nous rappellent que c’est le moment d’être attentif ».

    Bien qu’ Hanami soit une période propice aux bilans, la fleur de cerisier nous invite également à nous tourner vers l’avenir :

    messagère d’un printemps qui s’annonce, de la nouvelle année fiscale, et de la rentrée des classes, la fleur de cerisier symbolise aujourd’hui le renouveau, et avec lui, l’espoir d’un futur meilleur.

    Symbole philosophique important depuis Heian, la fleur de sakura devient alors un véritable emblème à partir de l’époque Meiji (1868-1912), période où le Japon va doter la fleur d’une aura beaucoup plus politique.

    A SUIVRE ........sur le lien

    https://gogonihon.com/fr/blog/fleur-de-cerisier-au-japon/

     

     

     

    Printemps dans la région parisienne

     

    Le cerisier

     

    Un cerisier se mit à rire

    Sans savoir pourquoi.

    Les moineaux, tous à la fois,

    Rirent de l’entendre rire.

     

    Ce rire gagna les maisons

    Et, par-dessus les bois,

    Déferla jusqu’à l’horizon.

     

    « Que se  passe-t-il dans le monde ? »

    Dit Dieu surpris.

    Il vint à la fenêtre ronde

    Du paradis.

     

    Et comme, autour du cerisier,

    Le monde riait aux éclats

    Sans savoir pourquoi,

     

    Dieu lui-même dut se cacher

    Le visage dans les mains

    Pour que les anges et les saints

    Ne le voient pas rire pour rien.

     

    Maurice Carême (La lanterne magique)

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique