• LA FEVE DE LA GALETTE DES ROIS

     

     

     

    Le collectionneur de fève s'appelle un fabophile

     

     

     

     

     

     

    Petite histoire de la fève :

    La fève dans la galette remonte au temps des romains. Elle était blanche ou noire et était déposée pour les scrutins. Au début janvier, les saturnales de Rome élisaient le roi du festin par une fève. Si la tradition est d'origine religieuse, elle est devenue maintenant une tradition familiale ; l’occasion de se rassembler avec les amis pour découper la galette.

    Celui qui trouve la fève est couronné roi et choisi sa reine et vice versa.

    Une légende raconte aussi que la fève serait née avec la fameuse bague de Peau d'âne qu'elle portait au doigt et qui glissa dans la pâte juste avant qu'elle enfourne le gâteau.

     

     

     

     

     

    AUTRE VERSION

    galette des rois ?

    L'épiphanie était déjà une fête au temps des romains. C'était la fête du Dieu Soleil. On tirait alors au sort un ''roi'', parmi les esclaves ou même les condamnés à mort, comme pour montrer que chacun était au même rang d'égalité.

    Puis, au Moyen Age, la tradition s'est perpétuée, avec la fête des ''fous''. On tirait alors au sort parmi les domestiques un roi, et on échangeait les rôles ! Ce roi était tiré au sort grâce à une galette, dans laquelle on avait placé une vraie fève (cousin du haricot) qui est devenue une fève en porcelaine, plus jolie et moins périssable.

     

     

    Création Martial Ducongé, Collection P. Colmar

     

     

    L'histoire  de la fève commence avec la fève (légume) : dans les temps préhistoriques, celle-ci était consommée et utilisée comme engrais. Elle a un rôle important dans les rites antiques à cause de sa forme embryonnaire. Symbolisant le fœtus chez les anciens égyptiens, ces derniers enterraient leurs morts dans des champs de fèves en vue d'une réincarnation.

    C'est le symbole de vie qui reste au Moyen Âge et la fève est utilisée dans les mariages. Elle sert aussi de jeton de vote, fonction qui commença chez les Grecs qui se servaient de fèves noires et blanches pour décider de l'acquittement ou de la condamnation. C'est lorsque l'Église décide de s'imposer, pour cesser les célébrations païennes (un exemple : dans les garnisons, on choisit un roi parmi les condamnés à mort : il était déguisé et prenait part aux débauches collectives avant d'être décapité) que l'épiphanie apparaît. Mais La coutume du gâteau traditionnel ne se répand réellement que durant le XVe siècle.

    Le gâteau et la fève figurent parmi les redevances dues au voyer de Paris (office de la voirie) au XIIIe siècle, mais elle existait déjà.

    Plus tard on mange un gâteau contenant une fève noire (le roi) et une fève blanche (la reine). En Bourgogne notamment, le gâteau remplace une urne ou un chapeau rempli de fèves avec lesquelles on tirait les rois, en disant febe domine.

    La fête des rois faillit être interdite sous la Convention car à l'époque, elle portait le nom de la fête des sans-culotte ; le gâteau fut donc rebaptisé le gâteau de l'égalité. En 1793, le maire de Paris eut beau interdire aux pâtissiers la fabrication de ce gâteau, celle-ci continua tout de même.

     

     

     

     

    La première fève en porcelaine fut fabriquée en 1874 en Allemagne sous forme de baigneur. C'est seulement à partir de 1892 jusqu'au XXe siècle que les thèmes se diversifient : on découvre des fèves avec des thèmes représentatifs de l'époque. Les thèmes religieux apparaissent, tels les crèches, Jésus, les anges, les colombes, puis laissent peu à peu leur place à la royauté et aux porte-bonheur.

    Dans les années 1960 sont apparues des fèves en matière plastique puis dans les années 1980-1990, les fèves métalliques, principalement dorées (dont certaines à l'or fin). Cependant, le chauffage des galettes dans les fours à micro-ondes a entraîné certains déboires et les fèves métalliques ont presque entièrement disparu.

    À la fin des années 1980, les fèves en porcelaine sont revenues en force. C'est dans cette même période que l'ère du dessin animé et de la bande dessinée a commencé pour aujourd'hui envahir une grande partie du marché actuel de la fève.

    Certains boulangers ou pâtissiers renommés ou non, ont alors eu l'idée de fabriquer leurs propres fèves personnalisées.

     

     

     

    « 6 JANVIER - L'EPIPHANIE-Recette de la galette des rois bretonneLA BEFANA D'ITALIE »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    Dimanche 5 Janvier à 11:25

    Nous avons hier avec notre petiite Lily (3ans ), gouté sa première galette mais elle l' appelé la "galette des reines ...alors .. ..aujourdhui ce sera la galette des rois ...hihihi....

    Bisous

    3
    lizagrece
    Samedi 4 Janvier à 13:41

    Pas de galette en Grèce donc pas de fève ... Bien entendu je fabrique moi-même ma galette et au lieu d'une fève je glisse une pièce de monnaie comme le veut la coutume grecque avec le gâteau que nous mangeons le 1er de l'an et qui s'appelle vassilopita. 

    2
    Samedi 4 Janvier à 09:01

    Pas encore mangé de galette cette année. Je pense que j'en achèterai une ce matin à la boulangerie, j'aime trop ! Allez bisous ma belle et bon W.E.

    1
    Samedi 4 Janvier à 08:54

    Joli billet et de belles fève bretonne .

    Bon samedi ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :