• Mardi gras et crepes bretonnes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Défilés, travestis et bonhommes carnavals

    Dans les villes, particulièrement dans les ports, les jours gras sont une période de licence et de désordre, un court laps de temps où les rôles s’inversent, ou les conventions tombent où les esprits se libèrent pour marquer la fin de l’hiver. Malgré leurs réticences, les autorités civiles et religieuses laissent faire, même si elles reprouvent les débordements ou les moqueries dont elles vont être les victimes. L’une des premières mentions de carnaval remonte à 1732 et évoque un droit de « bazogues ou quoquinerie » à Pont-L’Abbé. Dans les années 1920, on interdit à Brest, le défile des Strouilles (du breton strouill, « boue ») au cours duquel les passants sont aspergés de gadoue ou du contenu des pots de chambre.

    A partir de la fin du xixe siècle, on crée des cavalcades pour tenter d’organiser les carnavals, comme à Nantes ou à Scaër. Une partie de l’energie des participants est canalisée dans la création et à l’animation des chars. Mais le naturel comme les vieux rites reviennent vite au galop, notamment la fréquentation assidue des cafés de la ville.

    Peu à peu, ces carnavals urbains débordent du mardi gras pour s’étaler sur plusieurs jours pendant lesquels on se déguise, on mange et on boit beaucoup. Le principe de l’invertion prévaut : les hommes s’habillent en femmes, les pauvres en riche, les marins en paysans… et inversement. Les défilés donnent lieu à des parodies de processions religieuses. Enfin, le mercredi des cendres a lieu le procès du bonhomme carnaval. A Douarnenez, on le nomme Den Paolig. Il s’agit souvent de la représentation d’une personnalité locale sur lequel on rend compte de tous les ragots de l’année. Puis, rituellement, le manequin qui sert de bouc émissaire pour tous les fléaux de l’époque, est exécuté rituellement, brûlé, pendu ou jeté à l’eau… Dans la cité penn-sardin, les Gras (meularjez en breton) sont toujours fort populaires et attirent des milliers de participants.

    http://ablogjeanfloch.over-blog.com/2017/04/carnavals-et-jours-gras-en-bretagne.html

     

     

     

     

     

    DICTONS

     

    ! * Lune de Mardi-Gras, tonnerre entendra[.

    * A Mardi gras, qui n'a pas de viande tue son coq - Qui n'a pas de coq tue sa femme[

    * Quand Mardi gras est de vert vêtu, Pâques met des habits blancs[

    * Au Mardi gras, l’hiver s’en va[.

    * Mardi gras sous la pluie, l'hiver s'enfuit .

    * Si le soleil est là pour Mardi Gras, il reparaîtra tout le Carême[

    * Mardi gras près du feu, Pâques auprès de la porte ; Mardi Gras près de la porte, Pâques auprès du feu[

    * Mardi Gras, beau temps, beau foin

    * Si le soleil luit tôt le matin, semailles de Mardi Gras vont bien

    * Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets[

    * Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux[ (Périgord)

    * Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y'aura des noix. (Charente)

    * Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras]. (Aveyron)

     

    « Le camelia en BretagneD'ou viennent les crepes ? »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    3
    Mercredi 26 Février à 07:33

     ⭐ bonjour mon amie Annie  ⭐

     

    ★*""*★*""*★*""*★*""*★

    ⭐Le Sourire c'est un rayon de Soleil 

    ⭐Comme un brin de Lumière 

    ⭐Qui descend sur ta page  

    ⭐Il apporte sur ton blog  

    ⭐-Un instant de Bonheur 

    ⭐Passe une Bonne Journée 

    ⭐Gros bisous d'Amitié  ton amie DANY

    ★*""*★*""*★*""*★ * * * 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :