• LES TREIZE DESSERTS

    http://www.bloguez.com/uploads/img_37/3733/hirondelle1_Bon_mardi_1.gif

    MARDI 7 DECEMBRE 2010

    Le saint du jour: St Ambroise (340-397, évêque de Milan)

    Le prénom du jour: Ambroise Tout en rigueur et en austérité, les Ambroise sont résolument acquis à la cause des faibles et des malheureux. La générosité est la ligne de conduite de ces hommes droits, honnêtes, consciencieux, qui vont souvent jusqu'à négliger leur vie sentimentale pour mieux accomplir ce qu'ils tiennent pour leur devoir.

    Demain: Immaculée Conception

     

    Le dicton météorologique du jour:

    "Quand Saint-Ambroise voit neiger De dix-huit jours de froid Nous sommes en danger".

     

    Le proverbe du jour:

    "Où est la liberté, là est la patrie" (proverbe latin)

     

    La citation du jour:

    "Les lois sont comme les proverbes: on en trouve toujours une qui justifie la violation de l'autre" (Henry Maret)

     http://image.mabulle.com/m/mc/mc-creations.mabulle.com/creations-diverses/bonappetit/bonappetit4.gif

    Une idée de menu:

    Entrée: Salade d'endives au citron Plat principal: COURONNE AUX FRUITS DE MER Dessert: Savarin

    La recette du jour: COURONNE AUX FRUITS DE MER

    Ingrédients pour 4 personnes: 4 coquilles St-Jacques, 2 litres de moules, 250g d'oeufs de poisson, 250g de crevettes grises, 250g de crevettes roses, 350g de crème fraîche, 10g de beurre, 1 verre de vin blanc sec, 2 oeufs, 1 bouquet de ciboulette, 1 bouquet de persil, 1 poivron rouge, quelques feuilles de salade, sel et poivre

    . Préparation:

    - Nettoyez les moules et faites-les cuire dans un verre d'eau et un verre de vin blanc sec; salez et poivrez.

    - Parallèlement, faites cuire dans deux casseroles différentes les oeufs de poisson et les coquilles St-Jacques;  - Réservez pour la garniture le corail des coquilles St-Jacques, 12 moules, 12 crevettes grises épluchées et 6 crevettes roses non épluchées.

    - Passez au mixer le reste des coquilles St-Jacques, des moules, des crevettes et les oeufs de poisson.

    - Versez le tout dans une terrine pour y incorporer 2 jaunes et 1 blanc d'oeuf battus en omelette, la crème, des lamelles fines de poivron rouge, la ciboulette hachée, le sel et le poivre; mélangez bien.

    - Beurrez un moule; placez au fond le corail des coquilles St-Jacques, puis versez la préparation en y ajoutant les moules et les crevettes grises réservées entières. Couvrez d'une feuille de papier aluminium.

    - Placez le moule dans une casserole pour faire cuire au bain-marie dans le four préchauffé, pendant 45 minutes (th.7). - Sortez du four et laissez refroidir une demi-journée avant de démouler sur le plat de service. - Garnissez la couronne avec les crevettes roses réservées à cet usage.

    - Servez avec une salade verte de saison.

     http://www.ilemaths.net/img/forum_img/0361/forum_361996_1.gif

    SI CE JOUR EST VOTRE ANNIVERSAIRE:

    Au fond, vous devrez vous en prendre à vous, même si l'année ne vous paraît pas très positive. Vous serez trop exigeant ou trop injuste, n'étant en fait pas vraiment à plaindre. Puisque la santé comme la situation sociale ou les contacts amoureux resteront convenables.

     

    LES ENFANTS NES CE JOUR:

    Ils auront une grande capacité à s'oublier pour mieux être tournés vers les autres, soit pour les étudier et les comprendre, soit pour les aider et les aimer. Une activité associative, ou syndicale ou caritative, leur sera nécessaire. Ils aimeront avec admiration et étonnement l'autre.

     

    http://www.joyeux-noel.com/13desserts2.jpg

      http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/90/13_desserts_de_Provence.JPG/220px-13_desserts_de_Provence.JPGLes treize desserts :

    pompe à l'huile fougasse noix noisettes nougat blanc fruits confits pommes poires oranges raisins frais vin cuit dattes pâte de fruits Les treize desserts qui suivent le gros souper de Noël font partie de la tradition méridionale de Noël, tradition ancienne pour ce qui est des desserts et assez jeune en ce qui concerne le chiffre treize.

      http://yves.marsal.free.fr/atoutgifs/noel/ynoel85.gif

      Traditions [

    A Marseille, au XVIIe siècle, fruits frais, fruits secs et pompes « régalent les gens les deux derniers jours » avant Noël[. Dans les années 1820, dans les Bouches-du-Rhône, le « gros souper » de Noël se termine par un « dessert plus ou moins splendide selon l'aisance des familles, qui consiste en gâteaux, fruits secs, confitures, biscuits et sucreries », châtaignes et pompes[2].

     

    Avant le XXe siècle, on ne trouve apparemment aucune attestation d'une association des desserts de Noël avec le chiffre treize. Frédéric Mistral, quant à lui, ne cite pas le chiffre treize mais évoque les friandises exquises de la veillée de Noël.

    En 1885, un chroniqueur note : « Le gros souper n'est plus qu'à l'état de légende ».

     

    Au début du XXe siècle, à la suite de Mistral et de son Félibrige, la nostalgie pour les Noëls de jadis est à la mode en Provence.

     

    En 1925, dans un numéro spécial de Noël du journal La Pignato, un écrivain d'Aubagne, le docteur Joseph Fallen, écrit à propos des desserts : « Il en faut treize, oui treize, pas plus si vous voulez, mais pas un de moins, notre Seigneur et ses apôtres ! ». L'année suivante, la romancière Marie Gasquet écrit, dans Une enfance provençale, qu'à Noël « il faut treize desserts, treize assiettes de friandises, douze qui versent les produits du pays, du jardin, la treizième beaucoup plus belle, remplie de dattes ».

    Au début des années 30, le Musée du Terroir marseillais consacre une salle au repas de Noël; la tradition commence à s'installer.

    Treize, comme le Christ et les douze apôtres. Le prêtre F. Marchetti, en 1683, avait d'ailleurs décrit un usage du souper de Noël marseillais qui consistait à mettre treize pains sur la table : « douze petits qui représentent les douze apôtres, et l'un qu'on appelle le pain de notre Seigneur, beaucoup plus gros que tous les autres ». S’ils sont généralement associés à la Provence et à la tradition de Calèna du Comté de Nice, on retrouve aujourd’hui les treize desserts dans toute l'Occitanie et même en Catalogne.

    Ils sont parfois encore servis à l’issue du « gros souper », repas du réveillon de Noël lui même codifié.

     

      http://www.gralon.net/articles/vignettes/thumb-les-treize-desserts---une-tradition-de-noel-en-provence-1030.gif

    Desserts [

    Les treize desserts : pommes poires melon vert nougat noir et nougat blanc fruits confits calissons gibassié oreillettes dattes « quatre mendiants » : noix et noisettes, figues sèches, amandes et raisins secs

    En fonction des régions, des cantons, des villes et même des familles, la composition varie.

    La liste présentée ci-dessous est établie par le musée des Arts et Traditions populaires du terroir marseillais : * la pompe à l'huile (pòmpa a l’òli) : une brioche sucrée plate à l’huile d’olive ou bien la fougasse d'Aigues Mortes à la fleur d'oranger;

    * les « mendiants », représentant les différents ordres religieux catholiques ayant fait vœux de pauvreté : noix et noisettes pour les Augustins, figues sèches pour les Franciscains, amandes pour les Carmes et raisins secs pour les Dominicains ;

    * les pommes ;

    * les poires ;

    * le verdaù (melon vert conservé dans le grain) ;

    * le nougat noir et le nougat blanc ;

    * les sorbes ;

    * les raisins frais.

    Autres desserts non « officiels » que l’on peut mettre :

    * les mandarines ;

    * confiseries : chocolat, fruits confits, calissons... ;

    * la pâte de coing ou d'autres fruits ;

    * les bugnes, ou merveilles, ou oreillettes : beignets à la fleur d'oranger ;

    * les dattes. Selon la tradition, chaque convive doit manger un peu de chaque dessert pour s'assurer bonne fortune pour toute l’année.

     

    http://www.amabilia.com/images/13desserts.jpg

     

     

    NOEL PROVENCAL

     

    "Ce jour là, sur la table, trois chandelles brillaient, et si parfois la mèche tournait devers quelqu'un, c'était de mauvaise augure. A chaque bout dans une assiette, verdoyait du blé en herbe qu'on avait mis à germer dans l'eau le jour de la sainte Barbe. Sur la triple nappe blanche, tout à tour apparaissaient les plats sacramentels : les escargots (...) la morue frite et le muge aux olives, le cardon, le scolyme, le céleri à la poivrade, suivis d'un tas de friandises réservées pour ce jour là."

    Frédéric Mistral

     

    http://yves.marsal.free.fr/atoutgifs/noel/y_couronne_noel_46.gif

    « ENGLISH OR NOT ENGLISH ?(pour les photographes du dimanche)SAINT NICOLAS »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Mardi 7 Décembre 2010 à 18:52
    annieL

    heureusement qu'on ne mange pas comme ca toute l'année !

    1
    Mardi 7 Décembre 2010 à 13:32
    C'est vrai que pour les fêtes de Noël, on déguste des mets qu'on ne trouve pas le reste de l'année et c'est bien...
    Bises à vous 2
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :