• LES FRUITS DE L'ETE (Le melon)

     

    Photo Carrefour

     melons sur le marché de barcarès

                                                           

     

    Le terme « melon », qui est apparu dans la langue française au XIIIe siècle, dérive du latin melo ou melopepone (littéralement « pomme-melon »). Les melons d'hiver portaient jadis le nom de « pompons », un mot probablement dérivé de pepones, sous lequel les Romains les désignaient au début de notre ère. Le fruit asiatique que l'on appelle « melon velu » est plus proche, en fait, de la courge. Il appartient à une autre espèce botanique (Benincasa hispida).

    Il en est de même pour le « melon amer » (Momordica charantia), cultivé dans toute l'Asie et apprêté comme un légume. On a longtemps pensé que le melon venait d'Asie centrale ou d'Iran. Des études génétiques, des essais de croisement, ainsi que la distribution de l'espèce ont permis à des chercheurs d’estimer qu'il viendrait plutôt de l'Afrique subsaharienne.

    Il existe encore dans ces régions des variétés sauvages à petits fruits non comestibles. De là, il aurait connu une très large distribution depuis le Moyen-Orient jusqu'en Chine, en passant par l'Inde et l'Afghanistan. Des vestiges archéologiques indiquent qu'il était cultivé en Iran et en Chine, il y a 5 000 ans, et en Égypte, il y a  4000 ans.

    Le très sélect melon de Montréal Sa chair verte bien juteuse - et très chère – a été servie pendant toute la première moitié du XXe siècle aux meilleures tables des grands hôtels de Montréal, Boston et New York. Il était cultivé sur les pentes du Mont-Royal, qui bénéficiait d'un microclimat idéal pour sa production. Son poids pouvait atteindre jusqu’à 15 kg. Mais, son succès passa. Il disparut des catalogues de semences au début des années 1950.

    En 1996, on retrouva des semences et depuis, quelques irréductibles jardiniers s'attachent à le préserver et à le multiplier. Les Grecs et les Romains préféraient la pastèque (melon d’eau) au melon, qui était à cette époque plutôt insipide. En fait, on le considérait comme un légume. On le consommait cuit ou en salade, vinaigré, poivré et agrémenté d'autres épices.

    À Rome, son prix était tout de même très élevé, du fait de sa rareté. L'empereur Dioclétien dut même émettre un édit pour en fixer le prix.

    Bien que les Maures aient encouragé sa production en Espagne dès le VIIIe siècle, il ne soulèvera de véritable intérêt qu'au XVe ou XVIe siècle On avait alors conçu des variétés à fruit sucré et plus gros. À la Renaissance, des moines italiens croiseront une variété produisant un fruit savoureux à laquelle ils donneront le nom de la résidence papale où ils l'avaient produit (Cantalupo).

    Christophe Colomb introduira le melon sur l'île d'Hispaniola (dans les Grandes Antilles) en 1494 lors de son deuxième voyage en Amérique. Ce sera probablement le premier fruit à y être cultivé. On le retrouve en Amérique centrale en 1516, en Virginie en 1609 et à New York en 1629.

    Le melon est aujourd'hui cultivé partout dans le monde, en pleine terre ou sous serre, selon les régions. La sélection de variétés hâtives, l'irrigation et la fertilisation permettent de le cultiver sous des climats normalement peu favorables à sa bonne croissance. Mais, il s'en trouve pour dire que ce qu'il a gagné en distribution, il l'a perdu en qualité.

    À leurs yeux, rien ne vaut le melon cultivé dans une terre peu ou pas irriguée, et exposé au chaud soleil du Sud.

    En dehors des fruits, on consomme les pépins, rôtis en Inde, séchés et réduits en poudre en Afrique. En outre, sur ce continent ainsi qu'en Chine, on prête des propriétés médicinales aux feuilles, aux tiges et aux racines de la plante.

                                                      

    Toutes sortes de variétés

    Melon brodé (Cucumis melo var. reticulatis):

    C'est celui que l'on trouve en général sur les marchés nord-américains où on l’appelle à tort cantaloup. Son écorce recouverte de lignes sinueuses rappelle une broderie en relief. Elle est habituellement démunie de côtes. Sa chair est orange et sucrée.

     

    Melon cantaloup (C. melo var. cantalupensis) :

    Son écorce verruqueuse ou lisse présente des côtes marquées. Chair orange sucrée. Pour plusieurs, c'est le nec plus ultra des melons. Le « véritable » cantaloup est surtout présent sur les marchés européens. Melon d'hiver ou inodore (C. melo var. inodorus)

     

    Gros melon:

    souvent de forme oblongue, à l'écorce lisse, à la chair vert pâle, crème ou blanche et à saveur moyennement sucrée à sucrée. Comprend entre autres le melon miel Honeydew (chair plutôt jaune-vert), le Crenshaw (juteux, avec un léger parfum épicé) et le Santa Claus (écorce jaune et noire, chair relativement peu sucrée). Melon arménien (C. melo var. flexuosus)

    Melon de forme allongée qui peut atteindre 1 m de long, à chair crème et dont la saveur, légèrement acidulée, rappelle celle du concombre. Il se mange généralement en salade ou en marinades.

     

    Melon oriental (C. melo var. conomon):

    Melon oblong qui peut atteindre 30 cm de long et 10 cm d'épaisseur. Très proche du concombre, il diffère de celui-ci par sa chair plus dense et ses semences plus petites. Très employé en Orient pour les marinades.

     

    Melon chito ou melon-mangue (C. melo var. chito):

    Fruit de la grosseur d'un citron ou d'une orange, à chair blanche rappelant celle du concombre. Melon fétide (C. melo var. dudain) Fruit de la grosseur d'un citron ou d'une orange, cultivé comme plante ornementale. Contrairement à ce que son nom indique, il dégage une odeur parfumée très agréable, mais il n'est pas comestible

     

     Choisir un melon:

    reste encore une affaire de chance. Bien que les fruits des nouvelles variétés soient plus uniformes, certains sont plus sucrés que d'autres, et l'apparence du fruit n'est pas toujours un bon indice. Selon les connaisseurs, le principal critère est le poids.

    Plus un melon est lourd, proportionnellement à sa taille, meilleur il sera. Il devrait être ferme ou légèrement souple selon qu'on le préfère plus ou moins mûr.

    La présence d'une craquelure à la base du pédoncule (là où devrait se trouver la queue) est signe d'une maturité optimale.

    Il doit exhaler, autour du pédoncule, un parfum agréable sans être trop prononcé (si une odeur d'éther se dégage, c'est qu'il est trop mûr).

     

    Conserver:

    Si le melon n'est pas assez mûr, laissez-le 2 ou 3 jours à la température de la pièce. Réfrigérateur. S'il est bien mûr, il se conservera tout au plus 2 ou 3 jours dans le bac à légumes. Mettez-le de préférence dans un sac de plastique afin d'éviter qu'il ne communique son odeur aux autres aliments.

    Congélateur:

    Coupez la chair en dés ou en boulettes et mettez à congeler dans un sac hermétique. La petite histoire du melon

     Les melons, comme le cantaloup et le melon miel, sont des fruits rafraîchissants. Ils agrémentent admirablement tant les petits-déjeuners que les desserts et les amuse-gueules. Ils fournissent une bonne quantité de vitamine A et C. perd beaucoup moins d’antioxydants et de vitamine C que s’il y est conservé en morceaux coupés.

                                                          

    AUGUSTE RENOIR, nature morte au melon et aux peches

     

    IDEES RECETTES :

    Lait fouetté au cantaloup Le melon peut être servi dans les salades de fruits ou de légumes. Dans les punchs et les sangrias.

    En glace, sorbet ou granité.

    Dans les confitures, les chutneys ou les salsas.

    Avec des gambas ou des langoustines rôties.

    avec du melon La tranche de melon servie en entrée avec du prosciutto est un incontournable de la cuisine italienne.

    On peut servir ce plat chaud : on fait revenir les tranches de melon dans la poêle que l'on déglacera avec du vinaigre balsamique. On nappe le melon et le jambon avec le vinaigre.

    En Grèce, on le mange plutôt avec du fromageféta, en alternant une bouchée de melon et une bouchée de fromage.

    Passez la chair au mélangeur avec du yogourt, du miel ou du sirop d’érable, une larme de citron et servez bien froid.

    Faites-en un cocktail bien frais en passant la chair au mélangeur et en la diluant avec de l'eau minérale. Versez du porto sur les tranches avant de servir.

    Ou servez-le « à la rouergate » arrosé d'un vin de noix. À défaut, employez un muscat bien frais.

    Pressez les pépins avec les parties fibreuses du fruit pour en tirer le jus dont vous pourrez vous servir pour déglacer une poêle ou préparer un sorbet.

    Les petits fruits coupés au moment de la taille des plants peuvent se confire au vinaigre comme les cornichons.

                                                             

    « L'ORIGINE DU PIQUE NIQUELA SNSM - La société de sauvetage en mer »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    15
    Jeudi 7 Août 2014 à 23:59

    Josy ca ne m'étonne pas ! c'est juste l'appelation "Cavaillon" le reste on ne sait pas trop d'ou ca vient !

    bonne soirée

    14
    Jeudi 7 Août 2014 à 23:38

    Bel article bravo Annie. Petite anecdote, en 2013 ma belle fille travaillait dans les melons de "Cavaillon" mais qui en fait venaient d'Espagne !

    13
    Jeudi 7 Août 2014 à 21:57
    Marenostrum

    Algéroise et italienne à la fois.....le melon est mon fruit préféré!!!!!

    Bises Annie

    12
    Mercredi 6 Août 2014 à 19:23

    dans le sud ca va ils sont bons, j'aime bien le couper en morceau et mélanger du melon charentais avec du melon blanc bien frais

    bonne soirée

    11
    Mercredi 6 Août 2014 à 17:23

    Bonjour ,un beau reportage ,sur les melons,moi,je suis dégoûtée,je trouve qu'il n'ont plus le goût sucré d'autrefois,c'est vrai aussi ,dans les  grandes surfaces ,ils sont cueillis pas mûrs et ils ne sont pas bons.

    bonne soirée.

    10
    Mercredi 6 Août 2014 à 13:17

    Bonjour Annie très bien expliquée ta page et complète , j'adore le melon d' autant qu 'il permet diverses préparations.

    bisous monique

    9
    Mercredi 6 Août 2014 à 10:43

    Coucou Annie,

    Merci pour ce billet très complet. Le melon, le l'apprécie beaucoup plus que la pastèque, surtout charentais Rouge Gorge. Un fruit que je sers souvent en entrée avec du jambon de pays. et une larme de porto.

    Bises et bon mardi. ZAZA

    8
    Mercredi 6 Août 2014 à 09:57

    J'aime bien le melon ,je ne connaissais pas toutes ces variétés bon mercredi bisous

    7
    Mercredi 6 Août 2014 à 09:20

    j'en fais une cure ...j'adore ça ,merci pour cet article très très intéressant

    bonne journée

    6
    Mercredi 6 Août 2014 à 09:06

    Il est très joli et émouvant ton poème ! c'est vrai à une certaine époque on faisait des colliers avec les pépins de melons !

    Bonne journée

    5
    Mercredi 6 Août 2014 à 08:53

    En pensant à ma douce grand-mère et pour te faire sourire ,je l'ai mis sur mon blog poème  mais très peu vont le voir  snifff   bon mercredi bises bleues comme le ciel

    Pépins de melon...

    En tranches, je découpe le fruit..
    Et voilà qu'ils me sautent à la mémoire
    Ces pépins du temps jadis,
    Quand on prenait bien soin de les garder,
    Quand ma grand-mère prenait le temps
    En souriant, de les mettre de côté...
    On filait au jardin, notre bien dans une bassine
    Il nous fallait les laver, les tirer de la filasse orange,
    Pour ensuite les étaler sur le muret... les faire sécher,
    Surveiller que les oiseaux ne se servent pas trop !
    Ensuite, Mamie nous préparait les aiguillées,
    Et en chantant, assissent autour d'elle,
    Souvent arrêté dans nos paroles par une langue tirée...
    Dame, pas facile à cinq ans de piquer dans ces graines !
    Nos colliers doucement prenaient forme...
    Mamie, un nœud s'il te plait...
    Et puis ce moment suprême,
    Où d'un geste joyeux
    Nous passions autour de son cou
    Nos merveilleux bijoux...
    Qu'elle gardait comme des trophées
    Jusqu'à la fin de la soirée...
    Où est ce temps des colliers de pépins
    Que l'on fabriquait avec entrain...
    Ils sont au jardin des souvenirs
    Pour lui tenir compagnie...
    Ils sont encore dans mon cœur,
    Jamais je ne pourrais oublier sa douceur...

     

    4
    Mitou
    Mercredi 6 Août 2014 à 08:39

    coucou Annie

    Oui mais alors Cavaillon où Charentais !!!

    en entrée où en dessert mais pas en glace !!!

    gros bisous et bonne journée

    MITOU

    3
    Mercredi 6 Août 2014 à 07:48

    BONJOUR MANé   ; Merci du Comm.  je viens de répondre mais pouf !!plus rien::!

    les mystères de l'informatique.. !!  je recommence "Super reportage ":  

    Les Melons sont de Saison...!!

    je vais alller en acheter ce matin ..  riche idée...!!   a plus  JULIE 77/22*

    2
    Mercredi 6 Août 2014 à 07:43

     bonjour

     un fruit super  qui méritait bien ce bele article

     j adore  j en mange souvent

     et dans le midi vous devez avoir le choix

     bises

     kénavo Annie

    1
    Mercredi 6 Août 2014 à 07:42

    Hello Annie

    Avec du porto ou alors en confiture ....

    Bizz

    Pat

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :