• Une invitée chez nous ce matin......

    Elle était attendue, la neige est arrivée et il neige de puis 10 heures ce matin environ et ce sont meme de grosses bourrasques, les palmiers, les lauriers roses sont sous la neige, ils doivent se demander ce qui leur arrive !

    le barcares sous la neige 018

    le barcares sous la neige 017
    le port
    le barcares sous la neige 011
    la plage

    le barcares sous la neige 019

    le barcares sous la neige 022
    ma rue, alors qu'il commencait de neiger

    le barcares sous la neige 023
    vue de l'étage, les montagnes sont dans le fond

    le barcares sous la neige 027
    une partie du jardin

    et il neige toujours !
    Pas facile de prendre des photos car la neige tombe fort et, tout est blanc il n'y a plus aucun repère dans l'espace !

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • http://www.la-clau.net/imatges/noticia/barcares.jpgHISTOIRE :

     Cette étroite bande de terre située entre l'étang de Salses et la mer est de tout temps restée insalubre. Alors qu'aux alentours du XIVe siècle, les templiers firent assécher une partie du Roussillon et de la Salanque (en particulier en élevant des digues autour de l'Agly), la péninsule était laissée de côté, les moyens techniques de l'époque n'étant pas suffisamment développés pour y permettre un habitat correct. Tout commence à changer à partir du XVIIe siècle.

     En 1659 le traité des Pyrénées est signé, officialisant la frontière non plus à la limite du Fenouillèdes mais sur les crêtes pyrénéennes. Le Fenouillèdes, auparavant français, devient le lien naturel entre les catalans et les français. L'économie de la vallée de l'Agly se multiplie, et avec lui les moyens de transport. C'est ainsi qu'un port fut aménagé là où seules quelques maisons légères étaient construites, sur la péninsule.

     « Le port Sous la dépendance naturelle de St Laurent de la Salanque, ce port verra transiter de nombreuses marchandises telles le vin, l'huile, les fruits, le poisson... et le sel, denrée réglementée à l'origine d'une révolte en Vallespir. Pour l'anecdote, c'est à St Laurent qu'on peut encore voir une peinture sur une maison sur laquelle est marquée la vocation de l'habitation :
     "Prud'homie maritime". Se développant peu à peu, le Barcarès devient au XIXe siècle un port de pêche important, ayant même ses propres installations de constructions navales où l'on fabriquait les fameuses barques catalanes. De plus, à cette époque, la mode était aux bains de mer. Des nombreuses personnes venaient passer du temps sur ses plages. Le Barcarès deviendra indépendant durant le XXe siècle.
                                                                                  http://photo.abritel.fr/cv/04/608604/ta.jpg
     Durant les années soixante les promoteurs immobiliers firent élever la station balnéaire que l'on connaît, avec pour symbole le fameux Lydia.
     L'église paroissiale de l'Assomption date du XIXe siècle. Elle contient quatre statues du XVIIIe siècle, dont celle de St Pierre et celle de St Paul, des ex-votos, et quelques figures de proue de navires. http://barcarespourtous.com/IMG/jpg/village.jpg

                                 http://www.jtosti.com/villages/barcares2.jpg

    L'église


    http://media-cdn.tripadvisor.com/media/photo-s/01/2a/96/0b/superbe-petite-maison.jpg

    maisons de pecheurs modernes ! (pour la location je pense)

                            http://www.pierreseche.com/images/le_barcares_paillottes_1.jpg Le Barcarès est une ville récente, on ne peut pas parler de grands éléments du patrimoine à son sujet.
     Elle possède néanmoins une église, du XXe siècle bien sûr, dans le coeur du village, ainsi qu'une chapelle sur la plage. Cette chapelle est dédiée à Notre Dame de tous les horizons. Il faut savoir qu'à l'origine, au Barcarès, la messe était dite en plein air, près d'un autel de fortune.
     En 1976, une association est né, "Notre-Dame-de-tous-les-horizons", dont le but était de faire édifier une chapelle à la plage. La construction fut lancée et la bénédiction de la première pierre eu lieu le 12 aout 1984 par le chanoine Sivieude, vicaire général du diocèse. La consécration eu lieu le 20 juillet 1986 (fin de la construction le 23 mai 1986) Elle contient une statue de la Vierge du XVIIIe siècle, offerte à la chapelle. La cloche, elle, s'appelle "Erika".



    LE LYDIA
                                http://www.bonheurdevivre.eu/lydia/lydia00.jpg


    Le Lydia est un paquebot typique des années 30.
     Son histoire est assez classique pour un bateau de cet âge, si ce n'est sa fin très originale.

     HISTOIRE :

     Construit au Danemark dans les chantiers navals Burmeister et Wainpour pour le compte de l'armement de l'australien "Adelaïde Stemship Company Ltd", ce paquebot a été lancé en juin 1931 et reçoit le nom de Moonta. Jusqu'en 1955 il fera des croisières dans les eaux australiennes avant d'être revendu à la compagnie grecque "Hellenic mediterranean lines" qui double sa capacité en passagers (Il passe de 140 à 280 places). Ainsi modifié il se voit affecter la ligne Beyrouth-Marseille et change de nom : il s'appelle désormais "Lydia".
     Désarmé en 1967, il est revendu à la SEMETA dont le président, Gaston Pams, cherchait un symbole fort pour marquer la naissance des futures stations balnéaires du Barcarès et de Leucate.
     Le "paquebot des sables" » « La passerelle Ensablé, il sera le 1er bâtiment de la côte.

     Il sera revendu en 1974 à un groupe japonais qui y construit une discothèque et un casino. Puis il passera au groupe "Partouche" qui relance le casino. Situation Le Lydia se trouve à Port-Barcarès, après la ville du Barcarès. A la sortie du village, il suffit de retourner vers la plage.

                                                                                  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:CKEiva8VpcghwM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/63/Escut_del_Barcar%C3%A8s.svg/545px-Escut_del_Barcar%C3%A8s.svg.pn

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  • PISTES CYCLABLES AU BARCARES
                                                 http://www.cg66.fr/routes_transports/velo/img2/typo_voie_verte_02.jpg
    Hier, je suis allée à l'office du tourisme pour aller chercher le plan des pistes cyclabes, je vais pouvoir me mettre au vélo "hors saison", il n'y a personne et c'est plat.

    A voir la video, tout n'est pas parfait, mais il faut quand meme reconnaitre l'effort, car des pistes cyclabes, il n'y en a pas partout en France, à chacun piétons et vélos de vvire en bonne intelligence !
    le pire c'est de naviguer sur une route avec les voitures et les les camions !





    http://veloentet.free.fr/local/cache-vignettes/L197xH200/siteon0-8c2af.png


    L’Agly s’offre une voie verte et un retour du fret

     Le 10 février 2010 Vendredi 5 février,

     le conseil général des Pyrénées-Orientales a inauguré la voie verte de l’Agly.
     Inscrite dans le schéma cyclable départemental des Pyrénées-Orientales, cette piste cyclable de 13 kilomètres est le premier maillon d’un itinéraire qui remontera la vallée de l’Agly depuis le littoral.
     Les travaux ont été réalisés avec des participations financières de la Région, de la communauté de communes du Rivesaltais et de la communauté de communes Salanque-Méditerranée. Cette voie verte de l’Agly sera directement reliée à la Vélittorale, dont les travaux ont démarré avant l’été, et qui permettra de rejoindre Le Barcarès à Argelès-sur-Mer.
     Le projet de voie verte en pays méditerranéen est de relier Argelès à Arles-sur-Tech, notamment, en partie, sur l’ancienne voie ferrée du Vallespir. D’ailleurs la voie ferrée de l’Agly devrait retrouver son fret, à partir du mois de mai.
     La société du Train du Pays cathare et du Fenouillèdes, qui compte 15 000 voyageurs par an, s’est positionnée pour reprendre le marché afin de redynamiser la ligne entre Rivesaltes et Saint-Paul-de-Fenouillet au début, puis jusqu’à Saint-Martin-Lys ensuite. Patrice Teisseire-Dufour
                                                                http://www.cg66.fr/routes_transports/velo/img2/typo_voie_verte.jpg

    Voie Verte de l’Agly Rivesaltes-Claira
     une seconde tranche livrée mercredi 4 février 2009, par Olivier Brun Nous nous réjouissons tous de la continuité enfin réelle entre Le Barcarès et Rivesaltes de la voie verte de l’Agly. Pour les cyclistes du dimanche (et dans une moindre mesure ceux de la semaine) ce parcours agréable et sans embuche sur ses 13 km est un progrès.
     Vivement que d’autres voies de ce type voient le jour rapidement sans le retard conséquent qu’a connu celle-ci. Si je me permets de vous écrire au nom de l’AF3V (association des véloroutes et voies vertes de France) dont je suis pour Vélo en Tet le délégué départemental, c’est pour attirer votre attention sur les problèmes questions non résolues :

     - Le conseil général annonce une voie verte de 15km or elle ne fait que 13km (13,4 pour etre précis). La crédibilité des différentes collectivités locales ne passe t elle pas par une certaine rigueur dans les chiffres ?

     - La continuité de cette voie verte vers Estagel est inscrite depuis longtemps au schéma départemental des voies vertes. Pouvez-vous nous dire à quelle échéance ? - La première deception vient du fait que le passage de l’A9 n’a pas été « traité ».

     Depuis 4 ans Mme Llugany et Mr Martin ont toujours affirmé, promis, juré dur comme fer que les passages de l’A9 et de la N9 seraient en site propre, et que le retard de livraison de 3 ans était lié à ces passages et au final seule la moitié du problème a été résolu. A l’heure du viaduc de Millau est ce que le problème technique est insurmontable ? Sinon quand sera-t-il affronté ?

     - Cette voie verte se termine un peu en queue de poisson du coté de Rivesaltes. Est t il prévu une connexion avec la commune de Rivesaltes ? Si oui sera-t-elle adaptée aux vélos ? Si non comment les familles de Rivesaltes pourront laisser leurs enfant aller jusqu’à la voie verte ?

     - Ce serait dommage de ne pas mettre en valeur la proximité de cet espace naturel. Il n’y a aucune signalisation dans le bourg de Rivesaltes, et la seule qui existe incite à passer par le passage à gué sans solution alternative lorsque celui-ci est fermé. Il manque à mon avis au minimum 2 ou 3 pancartes dans le cœur de village et 2 à la sortie du pont Jaquet et au 1er embranchement ensuite. Cela est t il à l’ordre du jour ?

     - De la meme facon les jonctions avec les communes de Claira, Bompas et St Laurent sont améliorables. Est-ce à l’ordre du jour ?

     - Entre les km 9 et 10 il y a une portion de voie qui n’est ni terminée d’être revêtue, ni encadrée de barrière sur 200 à 300 m. Quelle en est l’explication ? Combien de temps cela va-t-il rester ainsi ?

     - L’expérience des autres voies vertes de la région et de la France entière montre qu’il y a souvent un problème d’entretien.
     Y a-t-il un responsable de l’entretien de cette voie verte ? (A noter que la voie verte de Thuir surtout dans sa portion urbaine, jusqu’au rond point Cémoi n’est jamais nettoyée alors que les gravillons, bris de verre et autres déchets y sont projetés par la voie voiture contiguë) En cette période où tout le monde parle de croissance verte, et où certains rêvent même de décroissance, j’espère que vous accélérerez tout ce qui va dans ce sens, chacun à votre poste. Nous ajoutons ici quelques conseils pour rejoindre cette voie verte : elle est située le long de la rive gauche et donc la berge nord de l’Agly.

     - Pour ceux qui viennent du sud (Perpignan, Girone, Barcelone, Mogadiscio….) il faut donc la « prendre » au niveau d’un pont (sauf bien sur pour les cyclistes amphibies) .
     * Soit celui du Barcares (sur la D81 entre Sainte Marie et Le Barcares),
     * soit celui de Saint Laurent de la Salanque ( sur la D 11 entre Torreilles et St L de la S),
     * soit celui de Claira (sur la D 41 entre Bompas et Claira)
     * soit à Rivesaltes.
     - Pour Rivesaltes vu que la voie verte n’arrive pas jusqu’au village, il faut traverser l’Agly par le pont Jaquet et tourner tout de suite à droite, et à l’embranchement goudronné suivant encore à droite jusqu’au centre équestre qui est un bon repère. (Si l’on traverse l’Agly par le gué on arrive directement au centre équestre). A partir de là c’est fléché il y a 1 bon km de petite route rurale qui passe notamment par un tunnel sous l’A9 (attention la flaque à la saison des pluies).

     - Pour ceux qui viennent du nord ( Narbonne, Montpellier, Toulouse, Paris, Copenhague…), en plus des accès au niveau des ponts, un accès est prévu à la fin de la plupart des chemins communaux qui viennent buter sur l’Agly et donc la voie verte. On peut aussi la « prendre » à l’embouchure directement sur la plage sud du Barcares.

     P.-S. Ce courrier a été envoyé par notre correspondant de l’AF3V, à :
     - M. le maire de Rivesaltes, - M. le président du CG, - M. le président de l’agglo Perpignan méditerrannée, - M le président d’agglo de la Salanque.

                                                                          http://www.cg66.fr/routes_transports/velo/projets/img/schema_velittorale.gif

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique