• LA PECHE A PIEDS EN BRETAGNE

                                                         

    la vie au quotidien.com

     

    UN SITE POUR TOUT SAVOIR SUR LA PECHE A PIEDS

     

    http://www.bretagne-environnement.org/Mer-littoral/L-homme-et-la-mer/La-peche-a-pied/Conseils-pour-le-pecheur-a-pied-responsable

    Bigorneaux, bulots, crabes, coques, praires, couteaux, palourdes, se pechent à pied, sur l'estran ou dans les rochers découverts à marée basse. De quoi se préparer un vrai pique-nique de Robinson.

                                              

    COQUILLAGES (texte de Paul Sébillot)

    "Parmi les coquillages, ceux que les gens de la cote consomment le plus sont les moules, les coques (bucarde comestible) les brigots (vignots) et les bernis (patelles). On en vend meme dans l'intérieur, et pendant la dernière semaine de careme, s'il ya une grande marée, on voit affluer sur la cote des "gas de métairies", qui viennent pecher au bas de l'eau des moules, des brigots et surtout des coques ; souvent ils en emportent un sac presque chargé.

    Les bernis sont mangés crus ou bouillis, et presque jamais on ne les consomme crus.

    Les huitres sont un objet de luxe, et les pecheurs en mangent rarement ; toutefois s'ils en prennent de très grosses, ils les mangent crues ou fricassées, comme les tripes, avec des oignons.

    Les ricardeaux ou coquilles Saint-Jacques, de meme que l'ormée ou oreille de mer, sont ordinairement livrés au commerce.

    Dans le cas seulement de grande abondance, les pecheurs font bouillir les coquilles Sint-Jacques, ou les appretent avec de la mie de pain et des fines herbes ; en ce cas, ils les font cuire dans leurs coquilles après les avoir hachées.

    Cette seconde manière est déjà pour eux du raffinement.

    Pour les ormées, on en fait des ragouts avec des pommes de terre et des carottes, ou bien une sorte de friture ou elles sont entières. A peu près toutes les femmes de la cote connaissent de les appreter.

    Sauf les crabes ordinaires, qui sont en grandes abondance et que l'on mange bouillis, les pecheurs vendent tous les crustacés qu'ils prennent"

    PAUL SEBILLOT "Coutumes populaires de la haute-Bretagne"

    Paul Sébillot (Matignon, Côtes-du-Nord, 6 février 1843 - Paris, le 23 avril 1918) est un ethnologue, écrivain et peintre français, originaire de Bretagne. Nombre de ses travaux sont consacrés à sa province d’origine.

      Il est issu d’une ancienne famille bretonne et d’une lignée de médecins depuis son arrière-grand-père. Son père Pierre Sébillot a fait l‘objet d’une citation pour son dévouement pendant l’épidémie de choléra de 1832 à Saint-Cast-le-Guildo ; il devient maire de Matignon en 1848.

    Après des études au collège communal de Dinan, Paul Sébillot fait ses études de droit à Rennes, qu’il poursuivra à Paris en 1863. Très intéressé par la peinture, il prend des cours auprès d’Augustin Feyen-Perrin et, en 1870, il expose au Salon une toile intitulée Rochers à Marée Basse, que l’on retrouve à l’Exposition de Londres de 1872.

    Comme on peut le voir les temps ont bien changé !

     

    PARTIES DE PECHE

    Peche aux "coques"

    Le rateau est exclu par les réglements. On utilisera donc ses doigts, en s'aidant si besoin d'une simple fourchette. La coque se ramasse à marée descendante. Elle s'est alors enfoncée juste sous la surface du sable. On devine sa présence à la tache grise qui marque son emplacement. Le meilleur moyen pour débusquer les coins à coques (mais aussi à praires, palourdes ou couteaux) est d'observer les débris de coquilles laissés sur le sable à marée descendante.

     

    Peche aux "couteaux"

    Il faut se munir d'une boite de sel fin. L'animal, qui se terre

    verticalement dans le sable dès que la marée descend, se repère au petit trou qu'il laisse à la surface. Le jeu consiste à verser un peu de sel dans le trou. Le couteau, qui trouve cet excès salin très désagréable, ne tarde pas cà sortir de son repaire. Il suffit alors de le cueillir.

    Au retour, il est indispensable de plonger les couteaux dans une bassine d'eau claire pendant une bonne demi-heure pour les débarasser de leur sable avant de les consommer. On peut les cuire comme des moules marinières.

                                    

    "Autrefois on pouvait déguster "les bigorneaux" sur la plage après les avoir fait mijoter dans une boite en fer blanc remplie d'eau de mer sur un feu de soude. La lourde fumée les impégnait alors d'un gout puissant d'iode"

    Pierre Jakez Hélias

                                                                             

          

                               

     gare à vous, pêcheurs inexpérimentés qui allez vous aventurer, loin du bord ! Prudence donc.

    Voici quelques règles à respecter pour une pêche en toute sécurité :

    Pensez à consulter l’horaire des marées

    Mettez des vêtements de couleurs vives

    Remettez les cailloux à leur place

    Rebouchez les trous que vous creusez

    Respectez la taille des coquillages et des crustacés que vous pêchez

    Limitez votre quantité de pêche

                                                   

    Votre équipement :

    Une paire de bottes

    Un coupe-vent

    Une épuisette

    Une petite pelle,

    une binette ou une cuillère à soupe

    Un seau ou un pannier

    Du sel

     

      

    « Les grandes marées de septembre (Suite), la laisse de merDu soleil encore du soleil »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Septembre à 06:47

    Et oui il y a la réglementation et la prudence même à la pêche à pied !

    bon week-end 

    bisou

    2
    Samedi 15 Septembre à 07:15

    voilà de quoi se faire plaisir avec prudence 

    bonne fin de semaine 

    3
    Samedi 15 Septembre à 09:01

    Je suis prête ! J'ai tout ce qu'il faut ... Je débarque !

    Par contre je ne pensais pas qu'il y avait des livres sur ce sujet .

    Bises bon samedi .

    4
    Samedi 15 Septembre à 09:08

    Bon samedi et

     

    5
    Samedi 15 Septembre à 09:14

    Bonjour 

    Il me manque des photos .

    J'adore la peche à pied ...

    Merci pour ton article 

    Bises

    6
    Samedi 15 Septembre à 09:21

    Un billet très riche Annie. Merci.

    Bises et bon weekend

    7
    Samedi 15 Septembre à 09:36

    je n'ai jamais fait ça , par contre j'ai été à la pêche à la crevette à marée basse la nuit j'avais adoré !!!! 

    suis traquarde et ne m'aventure jamais loin à marée basse ça remonte vite et des fois on peut se trouver coincée !!! 

    espère que tu vas bien, un bizou et un bon w.end flo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :