• L 'ECOLE DIWAN (enseignement du breton)

     Et voilà que l'on reparle dans la presse de l'enseignement des langues régionales dans les écoles et c'est une bonne chose de donner aux enfants un rappel de leurs racines.

    Présentation ici, de celle que je connais le mieux mais il y en a bien d'autres (Corse, occitan, alsacien, basque, etc ....

                                                                                          

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_Diwan

    Une école Diwan (prononciation : ['diwɑ̃n]1) fait partie d'un réseau français d'écoles associatives, gratuites et laïques où l'enseignement est dispensé en langue bretonne2.

    Diwan est un mot breton signifiant « germer, sortir de terre ». La première a été créée en 1977 en Bretagne.

    ancien logo

    En 2013, les écoles Diwan scolarisent 3 705 élèves de la maternelle jusqu'au baccalauréat.  Historique :

      En décembre 1976, Reun L'Hostis, musicien, bretonnant, militant à la CGT et à l'UDB, inspiré par les exemples européens d'écoles associatives proposant un enseignement dans une langue minoritaire (Gaelscoileanna irlandaises, ikastolak basques, calandretas occitanes, La Bressola catalane, etc.) convainc le conseil municipal et le maire de Ploudalmézeau Alphonse Arzel de lui louer les locaux publics d'une ancienne école, fermée depuis cinq ans, à Lampaul-Ploudalmézeau.

    L'école maternelle ouvre à la rentrée 1977, accueillant cinq élèves et leur instituteur, Denez Abernot.

    Le premier président de Diwan est le chanteur, musicien et libraire Gweltaz ar Fur, qui occupe ces fonctions jusqu'en 1980.

    Reun L'Hostis lui succède à ce poste et reste président de Diwan jusqu'en 1986.

    Parmi les premiers membres de l'association se trouve également André Lavanant (né en 1951 à Plabennec), secrétaire de l'association en 1980, trésorier en 1981-1982, puis président de 1983 à 1989 et de 1991 à 1997.

    C'est ensuite Andrew Lincoln, membre du Parti socialiste, qui est président de 1998 à 2002.

    En 2008, à l'occasion de l'anniversaire des 30 ans d'existence de Diwan, divers événements festifs et culturels (concerts, expositions, festoù-noz) ont été organisés. Le premier concours national de skrabell (bretonnisation du terme scrabble) en breton a eu lieu, puis Ar Redadeg , course de relais de 600 km, à pied à travers la Bretagne, nuit et jour, de Nantes à Brest et, de là, à Carhaix.

    Des établissements de plus en plus nombreux Cette première école est suivie d'autres écoles maternelles, d'une première école primaire en 1980, du premier collège en 1988 et du premier lycée créé en septembre 1994 au Relecq-Kerhuon (Brest) avant d'être déplacé à Carhaix-Plouguer (Finistère). En septembre 1995, un second collège est ouvert à Plésidy (Côtes-d'Armor). Deux autres suivent, à Quimper (Finistère) et à Plœmeur (Morbihan), ce dernier s'installant ensuite à Vannes (Morbihan). L'école de Questembert est ouverte en septembre 2000. .......A SUIVRE .....

     

    « ARRETS DE BUS INSOLITES DANS LE MONDELA GRANDE CRUE DE LA SEINE A PARIS DE 1910 »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    16
    Mercredi 12 Février 2014 à 09:49
    Baptiste

    Je suis un breton de 30 ans et malheureusement, je ne connais personne autour de moi qui parle le breton...


    Espérons que les écoles Diwan résistent et continuent à apprendre le breton à nos jeunes


    Baptiste

    15
    Samedi 25 Janvier 2014 à 21:06

    Bonsoir Annie 

    Un beau billet pour nous parler de nos racines ...

    Bisous bonne soirée Mamé

    14
    Samedi 25 Janvier 2014 à 18:52

     le breton était parlé par mes grands parents paternels

     mais  ils ne  voulaient pas nous l apprendre

     les écoles  Diwan cest très bien

     bonne soirée 

     bises

     kenavo

    13
    Samedi 25 Janvier 2014 à 18:41

    Coucou Annie - Nos belles langues régionales, la culture et les traditions de nos régions sont des richesses à préserver - elles sont comme un trait d'union entre les générations - ce sont les racines des peuples - on en parle toujours pour les "arrivants en france",  la diversité serait donc une richesse quand elle vient d'ailleurs et pas quand elle est présente chez nous ? - Pourquoi enseigneront plus les langues étrangères que les régionales ? - J'ai lu un article qui annonce qu'en Bretagne, parler le Breton est devenu un avantage pour trouver un emploi maintenant - je trouve ça bien - Brewan est bretonnant moi non donc c'est en français que je te souhaite un Bon week-end - biz -

     

    12
    Samedi 25 Janvier 2014 à 18:39
    • Bonjour /soir Annie 

      Merci de ton passage et de tes belles photos du jour ..Je viens de lire un acte de naissance du 11 mai 1888 ;ou le secretaire de mairie d'Amiens écrit que la ville à froid car elle couverte de neige depuis 4 jours ....

      Nous plaignions aujourd'hui pour peu de chose ....

      Bonne soirée

      Bises amicales

       

      Gérard

    11
    Samedi 25 Janvier 2014 à 12:06

    Coucou Annie,

    Une très bonne école celle Diwan. C'est important de conserver cette langue vivante. Bien entendue, cela ne nous empêche pas d'être français avant d'être breton, mais nos arrière grand parents se sont tellement fait taper sur les doigt pour éradiquer cette langue qu'il faut que nos enfants la retrouve. J'étais horrifiée l'autre soir en entendant aux infos dire que la langue bretonne n'était qu'un dialecte. Je m'y suis remise en arrêtant de travailler et je me débrouille, c'est déjà cela.

    Pokoù bras mignon ker ha ken ar wechall ! ZAZA

    10
    Samedi 25 Janvier 2014 à 11:41

    ca permet de rester en contact avec ses racines régionales et de savoir d'ou l'on vient car beaucoup de jeunes sont un peu paumés de ce coté là, ils n'ont plus trop de repères. C 'est bien de connaitre des rudiments de langues, de danses, musiques, cuisine, de là ou l'on vient, non? Ca évite l'uniformité, bref c'est un état d'esprit, un mode de vie et de pensée.

     

    Bonne journée

    9
    Samedi 25 Janvier 2014 à 09:58

    En option pourquoi pas ? Mais l'enseignement dans une langue minoritaire je ne vois pas l'intérêt. En plus ce ne peut être que dans des écoles privées. L'éducation nationale dispense forcément son enseignement dans une langue commune au territoire français. D'autant que ce n'est pas parce qu'on habite la Bretagne, par exemple, que nos racines sont Bretonnes mais françaises, oui (pas obligatoirement mais pour la plupart des habitants). Ce serait déjà bien de concentrer tous les efforts éducatifs dans l'apprentissage de notre langue commune, car par les temps qui courent, la jeunesse en aurait grandement besoin. Je suis effarée de voir le nombre de fautes d'orthographes, sans compter les contresens, faits par de jeunes diplômés ou bac + comme on dit maintenant.

    8
    Samedi 25 Janvier 2014 à 09:49

    Bonjour Annie c'est très bien cette école de la langue Bretonne ,

    mon beau frère m'a envoyé un livre mi Breton mi Français pour la traduction c'est:

    MA  DOUE BENNIGET amusant comme livre.

    bon week-end bisous monique

    7
    Samedi 25 Janvier 2014 à 09:46

    Bonjour Nanou

    Ses agréable de faire le message avec le chanteur  Alain  Stivell  j'adore la musique breton  Merci ..

    Pour se qui es de la langue Breton quand on allez a la turbal en vacance il y avais des breton et je ne comprenais pas touts  se qui disait  lol 

    ses qui es bien dommage si il y a pas de continuité le langage Breton !!!

    Merci Nanou Bonne Journée Bisous .

    6
    Samedi 25 Janvier 2014 à 09:26
    Marenostrum

    c'est une richesse que de continuer à parler les dialectes. Cela n'empechera pas de bien parler français!!!

    C'est drole que  l'on emploie de mot diwan,qui signifie "conseil des ministres" en arabe!!!i

    Bonne journée Annie...Ici le froid est arrivé..

    5
    Samedi 25 Janvier 2014 à 08:45

    Bonjour

    oui, c'est comme ca que les langues se perdent, il faut les pratiquer régulièrement sinon, on les oublie

    bonne journée

    4
    Samedi 25 Janvier 2014 à 08:41

    oui ça se perd le breton ,moi j'ai su parler quelques mots quand j'étais enfant 

    mais à la longue tu perds si tu parles pas régulièrement bon samedi bisous

    3
    Samedi 25 Janvier 2014 à 08:30

    Le Catalan, nous l'avons toujours parlé chez nous et nous continuerons toujours, envers et contre tous. Mes petits neveux (5 et 3 ans) commencent à bien le parler, et je trouve cela génial. Bisous

    2
    Samedi 25 Janvier 2014 à 08:23

    Hello Mamé Annie

     

     

    Le nissart, je le connais sur le tas ...ma generation n'avait pas le droit de le parler jusqu'en 1970 par la republique une et indivisible. L'italien pareil, j'entendais les adultes le parler !

    Je t'offre le parfum de la Cote d'Azur en cet hiver 2014 et Je te souhaite aussi un excellent Week End. 

     

    Bizz 

     

    Pat

    1
    Mitou
    Samedi 25 Janvier 2014 à 07:55

    Coucou Annie

    Chez moi il n'y avait que mes arrières grands parents qui parlaient Breton les grands parents un peu et mon père un peu moins !!!! alors moi se sont justes quelques mots par ci par là !!!

    si les enfants sont volontaires je suis pour !!!

    gros bisous et bon week end

    MITOU

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :