• GRANDS HIVERS EXTREMEMENT FROIDS A TRAVERS LES SIECLES

    http://www.france-pittoresque.com/IMG/jpg/Paysage-Hiver.jpg

                                           Gysbretcht Lytens

     

     

    http://www.france-pittoresque.com/IMG/jpg/Louis-XVI-Hiver.jpg

     

    Luis XIV distribuant des aumones à Versailles durant l'hiver 1788 par Louis Hersent

     

     

    http://www.france-pittoresque.com/IMG/jpg/Fille-Neige.jpg

     

    petite fille dans la neige par Louis Lasalle

     

     

    Nombreux furent les hivers dont la rigueur extrême marqua les esprits des chroniqueurs du temps qui en consignèrent les effets néfastes sur les populations et les cultures :

    ainsi de l’hiver 1141-1142 durant lequel le sol était recouvert de neige du 6 décembre au 2 février ;

    de celui de 1479-1480, les charrettes traversant la Seine, la Marne, l’Yonne et tous leurs affluents ;

    du début de l’année 1544 pendant lequel le vin devait être coupé à la hache ;

    du froid de 1709 congelant l’étang de Thau, en Provence ;

    de l’hiver 1788-1789 durant lequel la masse des glaces obstrua notamment le port de Calais En 547, on traversa nos rivières sur !a glace.

    Le froid de 763 commence 1er octobre et se prolonge jusqu’en février 764.

    De 821 à 822, nos fleuves supportèrent des chariots pendant plus de trente jours.

    En 860, les gelées et les neiges durent sans interruption depuis le mois de novembre jusqu’au mois d’avril ; la mer Ionienne est gelée. On allait à Venise à cheval.

    En 873, les gelées et les neiges continuèrent aussi sans interruption depuis le 1er novembre jusqu’à l’équinoxe du printemps.

     

    La rigueur de l’hiver de 994 s’étendit du 15 novembre au 15 mai ; on eut ensuite des vents froids très dangereux, et, plus tard encore, de violentes gelées jusqu’au 12 du mois de juillet.

    Un hiver horrible se déclara le 13 novembre 1067 et se prolongea jusqu’au 12 mars de l’année suivante.

    En 1074, il y eut de grandes gelées du 1er novembre au milieu d’avril.

    D’abondantes neiges tombèrent dès la fin d’octobre 1076 et continuèrent avec un froid excessif jusqu’au 27 mars 1077.

    De 1124 à 1125, les glaces des rivières purent supporter des voitures chargées ; beaucoup d’enfants et de femmes moururent de froid. Des alternatives de gelées, de pluies et de neiges, succédèrent à ce froid si rude jusqu’au milieu du mois de mars. Les arbres ne commencèrent à fleurir et la terre ne se couvrit de verdure que dans le mois de mai .....

     

    Je vous invite à lire la suite très interessante à ce lien ......

    http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article5650

    « LE BROSSAGE DES CHATSBON VENDREDI AVEC LA ZUMBA »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    5
    Vendredi 17 Février 2012 à 15:43
    annieL

    Oui, j'ai trouvé ce site par hasard et je le trouve très interessant

    4
    Vendredi 17 Février 2012 à 13:50
    Anne d'Amico
    J'aime beaucoup ce site de la France pittoresque! Comme quoi, comme hiver, on peut trouver pire que ce qu'on vient de connaître! Et en plus, à cette époque, par de double vitrage, pas de pull polaire, pas de chauffage central..... les pauvres!
    Gros bisou ma belle!
    3
    Jeudi 16 Février 2012 à 19:47
    christian lemenuisia
    Je suis de retour après la grève de ma connexion internet
    Les tableaux sont magnifiques
    A bientôt
    2
    Jeudi 16 Février 2012 à 19:24
    chris03
    Un petit rappel est effectivement nécessaire, beaux tableaux!!!
    1
    Jeudi 16 Février 2012 à 12:32
    Mireio
    J'espère que cette année ne sera pas comme celui de 994!
    Merci pour ce billet...
    Bizzzous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :